L'édito de Pascal Boniface

Marine Le Pen : une politique étrangère gaulliste, vraiment ?

Édito
5 mai 2017
Le point de vue de Pascal Boniface
Au cours de la campagne présidentielle de 2017, Marine Le Pen a tenté d’inscrire sa politique étrangère dans les pas du général de Gaulle. Se réclamer d’une lignée gaulliste peut paraître étonnant de la part de la candidate du Front national, dans la mesure où l’extrême droite – notamment son père – a toujours combattu de Gaulle, allant même jusqu’à tenter de commettre un attentat à son encontre. 

Marine Le Pen évoque le gaullisme et non pas le gaullo-mitterandisme, la référence à un président de gauche lui étant sûrement insupportable. Néanmoins, peut-elle réellement se réclamer d’une lignée gaulliste ?

S’allier avec la Russie et s’opposer aux États-Unis ne suffit pas à caractériser le gaullisme. Certes, de Gaulle a entretenu des relations avec l’Union soviétique, qu’il qualifiait de « Russie éternelle ». Cependant, il s’agissait davantage pour lui de donner plus de marge de manœuvre à la France, afin de desserrer l’étau étroit de l’alliance américaine. Ceci étant, de Gaulle n’a jamais hésité à soutenir fortement les États-Unis dans les pires moments de crise, comme la construction du mur de Berlin en 1961 ou la crise de Cuba en 1962. Pour le général, la Russie n’était qu’une carte à jouer parmi d’autres, en aucun cas une relation unique, encore moins une relation de dépendance. S'il s’est fortement opposé à Washington à de nombreuses reprises, rejetant notamment l’idée d’une Europe purement états-unienne, il ne s'en est jamais désolidarisé. Le gaullisme ne se résume donc pas au schéma systématique d’opposition aux États-Unis d’une part et d’alliance avec Moscou d’autre part.

De même, François Mitterrand s’est inscrit dans cette tradition gaulliste. S’il a notamment soutenu les États-Unis lors de la crise des euromissiles en 1983, il s’est également opposé frontalement à eux, par exemple lors de la livraison d’armes au Nicaragua – contre lequel Washington était en guerre larvée - et surtout lors de la « guerre des étoiles » souhaitée par Ronald Reagan.

Il est donc historiquement exagéré de la part de Marine Le Pen de se réclamer d’une lignée gaulliste. Cette dernière ne signifie en aucun cas détruire l’Europe ou en sortir. Le général était un partisan convaincu de l’Europe, même s’il estimait qu’elle n’en faisait pas assez. Il a toujours défendu les intérêts français en faisant pression sur les autres pays européens. À l’époque, le poids de la France était plus fort puisqu’elle faisait partie des six membres fondateurs de la Communauté économique européenne et que la relation bilatérale avec l’Allemagne lui était plus favorable qu’aujourd’hui. Or, même en position de force, de Gaulle n’a jamais donné l’impression de vouloir détruire la construction européenne. Ses différends avec l’Allemagne - par exemple au sujet de la clause du traité franco-allemand de 1963 rendant l’OTAN incontournable – ne se sont jamais transformés en hostilité à l’égard de Berlin, comme l’a déclaré Marine Le Pen.

En outre, le gaullisme ne correspond ni au repli sur soi, ni à la fermeture des frontières et à l’isolement international. Au contraire, de Gaulle était partisan d’alliances tous azimut, notamment avec le Tiers-Monde. Il a notamment mis fin à la guerre d’Algérie, alors que Marine Le Pen semble bien loin d’une telle conception. Le discours général de la candidate du FN sur l’islam et les musulmans est aussi bien éloigné de la politique de réconciliation avec les pays arabes entamée par de Gaulle.

Pour de Gaulle comme pour Mitterrand, il était nécessaire d’accroître la marge de manœuvre française au sein de l’OTAN. Le général a ainsi quitté les organes militaires intégrés de l’organisation après que Washington ait refusé ses réformes. Cependant, de Gaulle a tout de même entretenu des relations avec l’OTAN, en signant des accords entre chefs d’états-majors (Ailleret-Lemnitzer) dans l’éventualité d’un conflit avec l’URSS. Il ne faut donc pas caricaturer le gaullisme avec l’image d’une relation franco-américaine uniquement conflictuelle. Tant pour Mitterrand que pour de Gaulle, les États-Unis restent un allié de la France, même s’il est parfois encombrant : il est nécessaire pour la France d’affirmer sa différence, son absence de soumission, ce qui ne signifie pas pour autant une opposition systématique. Encore une fois, Marine Le Pen fait preuve de contradiction : elle dit vouloir quitter l’OTAN et s’opposer aux États-Unis mais dans le même temps, elle a attendu – vainement – une rencontre avec Donald Trump. Sa politique envers Washington est donc très contingente, oscillant entre hostilité envers Barack Obama et offre de service à Trump. « Imagine-t-on le général de Gaulle » attendre en vain à la table d’une cafétéria une éventuelle photo opportunity ? Hormis le repli sur soi général, aux antipodes du gaullisme réclamé par Marine Le Pen, la politique étrangère du FN ne présente donc pas de fil directeur.

Lors du débat d’entre-deux tours, Emmanuel Macron a de nouveau fait référence au gaullo-mitterrandisme ; ce n’est pas la première qu’il emploie cette expression. Il a précisé sa pensée en expliquant vouloir une alliance avec les États-Unis, tout en s’y opposant si nécessaire, comme ce fut le cas pour la guerre en Irak en 2003. Il est peu probable que Macron demande la sortie des organes militaires intégrés de l’OTAN. Néanmoins, la France peut très bien rester dans l’OTAN tout en étant plus active et plus exigeante envers les États-Unis. Reste l’épineuse question de la défense anti-missile que Washington souhaite déployer en Europe et en Corée ; braquant de la sorte Moscou et Pékin, qui risquent de renforcer leur coopération au détriment des Occidentaux. La France peut jouer un rôle important en s’opposant à ce système anti-missile en Europe, qu’elle a jusqu’alors accepté. Mitterrand était lui-même isolé en s’opposant à la guerre des étoiles de Reagan mais l’Histoire lui a donné raison.

Toute référence au gaullo-mitterandisme est bienvenue lorsque l’on considère – comme moi – qu’il s’agit de la meilleure diplomatie que Paris peut conduire. En se référant de nouveau à cette lignée, Macron a envoyé un signal, plutôt de bon augure. Espérons que cet engagement soit tenu et confirmé par la diplomatie qu’il mettra en place s’il est élu président.
Tous les éditos