L'édito de Pascal Boniface

« Le pouvoir du sport » – 3 questions à M-C Naves et J. Jappert

Édito
20 octobre 2017
Le point de vue de Pascal Boniface
Marie-Cécile Naves est politologue, chercheuse associée à l’IRIS et vice-présidente du think tank européen Sport et Citoyenneté (S&C). Julian Jappert, est directeur de S&C et enseignant en droit du sport. Ils répondent à mes questions à l’occasion de la parution de l’ouvrage : « Le pouvoir du sport », aux éditions Fyp.

En quoi le sport peut-il être utile à l’émancipation des femmes ?

Les bénéfices d’une pratique régulière et adaptée du sport sur la santé ont été mis en évidence par un grand nombre d’études françaises et internationales, et ce, que l’on parle de prévention des maladies chroniques ou de certains cancers (notamment celui du sein), ou même du traitement de certaines pathologies, en complément des protocoles thérapeutiques traditionnels. Or, malgré d’immenses progrès dans le dépistage de certains cancers féminins, la vigilance en matière de prévention des maladies cardio-vasculaires est plus faible chez les femmes, du fait de stéréotypes genrés fortement présents dans la santé.

En outre, chez les jeunes en particulier, les bienfaits de la pratique dans le cadre de l’EPS, du sport scolaire et universitaire, comme du sport en club ou de l’activité physique exercée de manière libre, sont immenses pour la cohésion et l’insertion sociale, le respect de l’autre, la mixité et la lutte contre l’exclusion. Mais, à l’adolescence, les filles sont nombreuses à abandonner le sport (en dehors de l’EPS bien sûr) parce que la société leur envoie de nombreux messages négatifs, « illégitimants », décourageants : conditions de pratique plus favorables aux garçons dans beaucoup de clubs et dans le cadre de la politique de la ville, très faible médiatisation des sportives qui occasionnent un manque de role models pour les filles, etc.

Or, le sport permet aussi de prendre confiance en soi, d’avoir une bonne image de son corps, d’apprendre à se dépasser, à atteindre des objectifs. Il est donc un vecteur d’empowerment, particulièrement précieux pour les femmes et les jeunes filles dans le champ scolaire et universitaire et dans le monde professionnel, qui reste très compétitif. Apprendre aux filles comme aux garçons qu’il n’existe pas de « sports d’hommes » et de « sports de femmes », pas plus qu’il n’existe de manière de pratiquer « masculine » ou « féminine », accroît leur liberté en ouvrant le champ des possibles. Cela se retrouvera d’ailleurs dans leurs choix professionnels. Une société qui tend vers l’égalité est une société plus confiante, plus pacifiée, plus performante, etc. En un mot : plus forte.

La diplomatie sportive peut-elle être considérée comme la récupération politique du sport par des régimes douteux ?

Parler de « récupération » est peut-être excessif, mais il est certain que la diplomatie du sport et par le sport ne se limite plus, en effet, aux pays développés. Tous ont compris le pouvoir extraordinaire du sport – et en particulier l’organisation de grandes compétitions internationales comme les championnats masculins de football, de handball, de rugby, ou les Jeux olympiques et paralympiques – pour améliorer ou adoucir leur image, renforcer leur rôle économique et politique sur la scène internationale – comme la Chine ou la Russie, par exemple - ou dans le but de devenir incontournables au plan régional, voire au-delà – c’est le cas du Qatar.

On a pu regretter que les promesses en matière de droits humains n’aient pas été tenues à Pékin en 2008 ou à Sotchi en 2014, mais, sous l’impulsion notamment de la FIFA, on sent un « frémissement » au Qatar, notamment par l’amélioration de la protection des travailleurs immigrés, même s’il faut rester prudent. Cela signifie que le soft power du sport porte en lui un potentiel de développement, bien sûr économique, mais aussi de lutte contre les inégalités. Or, comme le notent les grandes organisations internationales (ONU, OCDE et même FMI), le chemin vers davantage d’égalité (entre les femmes et les hommes, entre les communautés, entre les classes sociales, etc.) est une condition sine qua non d’une croissance vertueuse.

Le sport est-il en pointe ou en retard dans la lutte contre les discriminations ?

Le sport français et mondial est globalement en retard sur ce sujet, précisément parce qu’il est sous-utilisé par les décideurs comme levier d’innovation et de changement sociaux. Malgré des progrès récents, on en reste souvent aux discours incantatoires quand il s’agit des « valeurs du sport », comme la méritocratie, le vivre-ensemble et la tolérance. Mais, pour influencer efficacement les plus jeunes, ces promesses doivent se concrétiser.

Ainsi, en ce qui concerne la pratique, les propos consistant à dire que les inégalités et les discriminations à l’encontre des filles dans le sport sont spécifiques aux banlieues défavorisées – pour le dire autrement : à forte proportion immigrée ou musulmane - se multiplient et sont dangereux, en plus d’être faux. Dans sa lutte contre le sexisme, le sport doit impérativement éviter de tomber dans le piège identitaire, lequel a aussi ceci de commode qu’il permet de se dédouaner de ses propres pratiques.

Quant à la gouvernance sportive, elle doit renouveler ses acteurs en luttant contre un entre-soi qu’on ne tolère plus en politique, mais dont le sport s’accommode encore très bien. Pour cela, le non-cumul des mandats dans le temps, au sein des fédérations et du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) est une nécessité. Mais les discriminations ont ceci de pervers qu’elles sont en partie involontaires. D’où l’enjeu de sensibilisation qui passe par la formation interne, le mentorat et les bonnes pratiques, françaises et européennes. Les initiatives sont nombreuses en la matière - il y a des fédérations vertueuses. De plus, avoir été ancien sportif de haut niveau ne fait pas automatiquement de vous un bon gestionnaire ou un bon manageur du sport. Le secteur du sport, comme l’entreprise ou le champ politique, ne peut plus se passer de compétences pointues. Et parce qu’il véhicule certaines valeurs, il doit être exemplaire dans l’optimisation des talents et l’ouverture à tous, notamment les jeunes, les femmes et les personnes de toutes origines. Le sport doit être représentatif de la société française. Mais pour cela, il faut le prendre au sérieux.
Tous les éditos