L'édito de Pascal Boniface

Sarkozy et les droits de l’homme

Édito
30 avril 2012
Le point de vue de Pascal Boniface
Le 29 avril 2007, dans un discours - supposé fondateur - prononcé à Bercy, Nicolas Sarkozy déclarait qu'il voulait être le « président de la France des droits de l'homme ».

Le 14 avril 2012, la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) dans un appel, dénonçait les manquements aux Droits de l'homme accumulés par Nicolas Sarkozy pendant son mandat et encourageait les Français à exprimer dans les urnes leur volonté de retrouver le vrai visage de la République.
 
Selon la LDH, en cinq ans, l'action du président de la république - à nouveau candidat - s'est partagée entre le mauvais et le pire.

Comment expliquer ce grand écart entre les déclarations du candidat Sarkozy et le verdict extrêmement sévère de la Ligue des droits de l'homme ?

Il y avait en fait une ambiguïté initiale qui n’aurait pas dû échapper aux nombreux intellectuels médiatiques, qui s’étaient ralliés à Sarkozy au nom justement de cet engagement en faveur des droits de l'homme. Comme ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a eu souvent maille à partir avec les O.N.G. de défense des droits de l'homme en France. Il s’est, à plusieurs reprises, moqué des « droit-de l’hommistes ».

Dès 2007, les droits de l'homme sont mis en avant à l’étranger mais pas en France. Sarkozy se veut militant en dehors des frontières, mais pas en dedans. Il y a donc dès le départ une césure entre les droits de l’homme célébrés chez les autres et ceux en France où l’ingérence est fustigée.

Les droits de l’homme constituent en fait une politique classique de puissance repeinte aux couleurs de la morale. Ils ne sont évoqués que contre les pays avec lesquels nous n’avons ni alliance, ni intérêts.

Il a par ailleurs une logique qui transcende ce découpage interne/externe. En France, les victimes des manquements aux droits de l’homme sont avant tout « les autres » : musulmans, roms, immigrés. Le discours d'avril 2007 mettait surtout en cause le non-respect des droits de l'homme dans les pays musulmans en évoquant l’intégrisme, la burqa, la femme qu'on oblige à prendre un mari, auxquelles s'ajoutaient les infirmières bulgares et Ingrid Betancourt.
 
La realpolitik, qui « fait renoncer à ses valeurs sans gagner des contrats », était également condamnée, la Tchétchénie le Darfour étaient jugés inacceptables et la Russie et la Chine étaient indirectement visées.

Le discours d'avril 2007 qui se veut général et universel est donc largement connoté et vise une cible principale, l'islam et les pays musulmans, qui sont désignés sans être nommés, pesant sur les libertés en France comme à l’étranger. En faisant une référence à l'affaire des caricatures publiées dans Charlie hebdo il affirmait que ceux qui ne sont pas capables d'entendre la critique des caricatures ne sont pas obligés de demeurer sur le sol de la république française.

La philosophie des droits de l’homme de Nicolas Sarkozy est donc dès le départ centrée sur la dénonciation de leur violation dans les pays musulmans et pour les rivaux du monde occidental : Chine, Russie. L’exercice de pouvoir conduira à taire la critique face à ces deux pays. Il n’y a pas un mot sur Guantanamo par exemple. Pour le reste, c’est indexé sur l’impact médiatique (Ingrid Betancourt, les infirmières bulgares, le Dalaï Lama), les droits de l’homme « vus à la télé », cela correspond à une absence de relation réelle avec les ONG de terrain, qui ont une approche universelle et une fréquentation assidue d’intellectuels médiatiques dont les principes sont souvent à géométrie variable.

C’est donc dès 2007 une approche occidentaliste d’une part, « people » de l’autre. Tout ceci ne fait pas une politique cohérente de défense des droits de l’homme. Et si la France veut reprendre un rôle leader en ce domaine, elle le fera d’autant mieux que ses autorités stabilisent une véritable partenariat avec les ONG crédibles et universalistes (LDH, Amnesty International, Human Rights Watch, etc)
Tous les éditos