L'édito de Pascal Boniface

« Géopolitique de la Méditerranée » – 3 questions à Béligh Nabli

Édito
8 octobre 2015
Le point de vue de Pascal Boniface

Béligh Nabli est directeur de recherche à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), au sein duquel il a fondé l’ « Observatoire des mutations politiques dans le monde arabe ». Il enseigne également les relations internationales à l’Institut d’études politiques de Paris. Il répond à mes questions à l’occasion de son dernier ouvrage « Géopolitique de la Méditerranée » paru aux éditions Armand Colin.


La Méditerranée a-t-elle une identité mosaïque?


Posée à l’espace méditerranéen, la question identitaire convoque des représentations contradictoires : l’une invoque le rapprochement, le métissage, le brassage des différences; l’autre, la séparation et la fragmentation de blocs antagonistes. Cette dernière vision l’emporte aujourd’hui, entretenue par la force et le succès du discours sur le « choc des civilisations » dont la Méditerranée serait le théâtre. Cela étant, l’histoire et la géographie ont favorisé le mélange des populations, l’échange des idées et des croyances ainsi que la diffusion des modes de vie des sociétés établies sur le pourtour méditerranéen. Croisements, métissages et phénomène d’hybridation des cultures sont à l’origine d’une « identité commune mosaïque ».


Vous évoquez une profonde graduation entre des modèles extrêmes ?


Historiquement, les peuples du monde méditerranéen ont expérimenté divers modèles d’organisations sociales et politiques. Si l’État offre aujourd’hui un cadre commun à ces sociétés qui n’ont pas rompu avec certaines structures traditionnelles infra et/ou transnationales (tribus, clans familiaux, etc.), la question du pouvoir politique n’est pas traitée de manière unique ni même homogène. Le principe démocratique est né dans la Grèce antique, mais ne s’est pas diffusé à l’ensemble du bassin méditerranéen. L’exercice du pouvoir en Méditerranée reflète le vaste champ des possibles offerts par les sciences politique et constitutionnelle.


Partant, et sans prétendre établir de typologie, il est possible de distinguer des situations politiques qui recoupent plus ou moins les aires géopolitiques de la Méditerranée : les pays de la rive européenne constitutifs de l’« arc latin » (Italie, France, Espagne et Portugal) se caractérisent par un ordre politique et juridique qui tente d’allier démocratie et État de droit. L’application de ce modèle politique libéral nourrit un sentiment de supériorité morale de la rive nord-européenne sur le reste du pourtour méditerranéen. Un phénomène similaire est palpable dans le discours officiel israélien, reposant notamment sur le slogan suivant lequel il s’agirait de la « seule démocratie de la région » du Moyen-Orient. Une prétention discutable car Israël – comme le Liban et la Turquie – relève d’un modèle politique hybride ou « semi-démocratique ». Pour des raisons différentes, cette remarque s’applique aux pays issus de l’ex-Yougoslavie (Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie-Monténégro) ou du bloc communiste (Albanie). En effet, malgré la démocratisation dans les Balkans, le nationalisme, le populisme et la corruption exacerbés font encore obstacle au respect de l’Etat de droit.


Enfin, sur la rive sud et est de la Méditerranée, les régimes nés du mouvement de décolonisation et/ou de libération nationale ont basculé dans l’autoritarisme « républicain » (Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Syrie) ou « monarchique » (Maroc, Jordanie). Après une longue période de statu quo, le soulèvement de peuples arabes en 2011 a ouvert une nouvelle page politique, dont le premier bilan est relativement sombre au regard de la contre-révolution égyptienne et le chaos qui règne en Libye et en Syrie. Reste que le monde arabe connaît une authentique expérience de transition démocratique en Tunisie. Mieux, cette séquence historique n’est pas terminée; en atteste l’actuelle mobilisation citoyenne au Liban.


La Chine est-elle en train de devenir une puissance méditerranéenne ?


La Méditerranée n’échappe pas à la montée en puissance - économique et commerciale - de la Chine. Une partie non négligeable des flux commerciaux chinois traverse la Méditerranée. Les hydrocarbures figurent ici au premier rang de ses préoccupations stratégiques, compte tenu des besoins énergétiques du pays. Premier importateur mondial d’or noir, la Chine, en situation de dépendance énergétique, considère qu’il s’agit là d’une question de « sécurité nationale ». Partant, l’une de ses priorités stratégiques dans la région est de protéger ses circuits d’approvisionnement et ses voies commerciales, ceux-ci offrant une véritable passerelle vers les marchés européens.


Toutefois, les facteurs de soft et de hard power dont dispose la Chine dans la région demeurent relativement limités. Malgré des relations historiques, de coopération culturelle et militaire avec la plupart des pays du pourtour méditerranéen, la Chine ne représente à ce jour ni une puissance culturelle, ni une puissance militaire de premier rang dans la région. A défaut de pouvoir disposer d’une base militaire dans la région, le développement de la puissance navale et de la capacité de projection de la Chine (voir le Livre blanc sur la stratégie militaire publié le 26 mai 2015) ouvre de nouvelles perspectives. Du reste, il est à noter que des manœuvres conjointes inédites ont été organisées le 12 mai dernier en Méditerranée orientale, entre des navires chinois et russes...


Pour autant, la stratégie pragmatique de la Chine qui exclut tout interventionnisme militaire et un quelconque «messianisme» ne devrait pas être remise en cause … tant que ses approvisionnements en hydrocarbures seront assurés, notamment grâce à la fonction de gendarme dévolue aux Etats-Unis. Si un retrait américain devait néanmoins se vérifier dans la région – hypothèse peu probable –, la Chine sera alors contrainte d’assumer pleinement et directement la responsabilité de sa propre volonté de puissance.

Tous les éditos