L'édito de Pascal Boniface

« Nos très chers émirs » – 3 questions à Christian Chesnot

Édito
7 novembre 2016
Le point de vue de Pascal Boniface
Christian Chesnot est grand reporter à France Inter, spécialiste du Moyen-Orient. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de l’ouvrage aux Éditions Michel Lafon : Nos très chers émirs : sont-ils vraiment nos amis ? co-écrit avec Georges Malbrunot, grand reporter au Figaro.

Les cas de corruption que vous évoquez sont-ils une spécialité française ou des États du Golfe ?

Ce n'est pas une spécialité française. En fait, le Qatar, et plus généralement les autres pays du Golfe, comme l'Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis, s'intéressent de très près à trois pays occidentaux : les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Pourquoi ? Parce que ces trois pays, tous membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, sont les garants de leur sécurité. Washington, Londres et Paris ont tous signé des accords de défense avec les pétromonarchies et sont leurs principaux fournisseurs d'armements. Bref, les pays du Golfe dépendent entièrement d’eux pour leur sécurité. D'où la tentation de nouer des liens très proches avec les hommes et femmes politiques des pays occidentaux. Si certains élus ont été « arrosés » par le Qatar, essentiellement pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy (2007 à 2012), nous révélons dans notre livre que le Qatar a également financé la campagne des travaillistes et conservateurs anglais en 2015. Aux États-Unis, le vice-prince héritier, Mohamed Bin Salmane, s'est vanté d'avoir participé à hauteur de 20% au financement de la campagne d'Hillary Clinton.

Comment distinguer les stratégies classiques de diplomatie d’influence d’une politique active de corruption ?

Les pays du Golfe, en particulier le Qatar et les Émirats arabes unis, ont développé une véritable stratégie de soft power, dont les principaux vecteurs sont l'éducation, la culture et le sport. Ce sont des États jeunes - leur indépendance datent du début des années 70 - donc ayant tendance à investir doublement dans ces domaines universels et apolitiques. Grâce à leurs immenses capacités financières, ils peuvent se permettre d'acheter tout ou presque : les tableaux les plus chers au monde ou des clubs de football prestigieux, comme le PSG ou Manchester City. Sur ce point, ils ne sont pas critiquables. Après tout, dans le village global actuel, leur argent ne provient pas de la drogue ! Pour autant, leur argent achète parfois les hommes, dans une forme de clientélisme. Et quand il y a un problème ou un obstacle, nous confiait un financier qui travaille dans les pays du Golfe, ils ont un réflexe qu'ils résument en une phrase : "Buy them !" (Achetez-les !). Résultat : il y a eu des dérives dans notre classe politique, qui a parfois eu du mal à résister aux sirènes financières du Golfe. Mais sur ce point, les torts sont partagés : les Occidentaux ont tendance encore à considérer les émirs du Golfe comme des bédouins rustres et mal éduqués à qui il faut soutirer le maximum de pétrodollars, tandis que de leur côté, ils nous perçoivent comme des gens facilement achetables, via la diplomatie du carnet de chèque et de la Rolex.

Quelles seraient les bases d’une relation saine entre la France et les États du Golfe ?

Dans notre esprit, il ne s'agit pas de rompre nos relations avec les pays du Golfe, qui sont anciennes et bénéfiques pour la France. Ceci dit, nos rapports avec ces pays ont besoin d'être assainis et clarifiés pour éviter les malentendus et incompréhensions. Leur agenda diplomatique ou religieux n'est pas forcément le nôtre. Il y a aussi un besoin de transparence en matière de prosélytisme religieux au moment où le président François Hollande estime qu'il existe un problème avec l'islam. Par ailleurs, la région a connu un "big bang" avec la signature de l'accord sur le nucléaire iranien, le 14 juillet 2015 à Vienne. C'est un fait majeur qui rebat les cartes au Moyen-Orient. Certes la France n'a pas à arbitrer les tensions entre chiites et sunnites, mais un alignement trop systématique sur les positions des monarchies du Golfe peut devenir contreproductif. On le voit dans le dossier du Yémen, aujourd'hui dans l'impasse, mais aussi dans la tragédie syrienne où la France a longtemps fermé les yeux sur le soutien tous azimuts de ces pays en faveur des rebelles, y compris les plus extrémistes comme le Front Al-Nosra, filiale locale d'Al-Qaïda. Les émirs ont une large responsabilité - partagée avec la Turquie d'ailleurs - dans la "jihadisation" de l'insurrection contre le régime de Bachar Al-Assad.
Tous les éditos