L'édito de Pascal Boniface

« Mohicans » – 3 questions à Denis Robert

Édito
11 janvier 2016
Le point de vue de Pascal Boniface
Journaliste d’investigation à Libération, écrivain, réalisateur de documentaires et spécialiste de la lutte contre la criminalité financière, Denis Robert est aussi romancier et plasticien. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage « Mohicans : connaissez-vous Charlie ? », aux éditions Julliard.

Votre livre est un hommage émouvant à Choron et Cavanna, les créateurs du Charlie Hebdo. En quoi ont-ils été novateurs, voire révolutionnaires, pour la presse ?

Ils étaient libres. Et les hommes libres capables d'écrire, de créer et de dessiner, ça ne court pas les rues.

Ils ont inventé un art qu'on dit « bête et méchant », mais qui était en réalité intelligent et gentil. Seuls les cuistres et les sots ne l'ont pas compris. Et ne le comprennent toujours pas. Ces hommes, c'était la bonté même.

Cavanna était l'ange tutélaire et inquiet de ce « bordel créatif » qu'était Hara-Kiri d'abord, Charlie Hebdo ensuite. Et Choron, une sorte de diable bienveillant. Sans Choron, cette aventure de presse n'aurait jamais existé et duré aussi longtemps. C'était lui l'éditeur, le producteur. Il allait chercher de l'argent partout pour que les dessinateurs et les chroniqueurs soient payés. Il avait également prévu le désastre à venir avec l'arrivée de Philippe Val. Il est le seul à avoir refusé le marché qu'on lui proposait. Cavanna le dit d'ailleurs avec beaucoup de désespoir: « Choron avait vu juste, on n'aurait jamais dû y aller ». Sans Cavanna, rien n'aurait été possible éditorialement. L'inventeur de la formule magique c'est lui. Mais Cavanna avait besoin de Choron pour créer et faire émerger tous ces talents.

Ça n'existe nulle part ailleurs un ange et un diable qui s'aiment autant et qui sont capables de générer une telle armée de guerriers : Reiser, Topor, Willem, Fred, Delfeil, Wolin, Fournier et tous les autres. Ces gars-là, toute l'équipe des débuts, de 1960 à 1982, étaient des guerriers magnifiques, libres, indépendants des pouvoirs, ne cherchant ni les honneurs, ni l'argent ou la postérité. On est tous leurs enfants, même ceux qui ne le savent pas encore. Ils ont tellement lutté contre la censure. Ils ont décadenassé la société française sous De Gaulle, Pompidou, Giscard. Finalement Mitterrand les a tués. Il subsiste pourtant une fibre bête et méchante. Ceux qui savent se reconnaîtront.

Et pourtant ils se sont querellés, séparés, tout en conservant une estime réciproque : comment expliquez-vous cela ?

J'ai passé du temps avec les deux. Moins avec Choron qu'avec Cavanna. Mais avoir bu des coups ou dîner avec Choron permet de sentir l'homme. Choron était l'ami de Lefred qui lui-même était mon ami. Il a fini sa vie dans la Meuse, pas très loin de chez moi, et venait souvent à Nancy. Cavanna, j'ai fait ce film avec lui, passé du temps en tête à tête à l'interroger, à l'écouter.
C'étaient des types généreux. Ils avaient conscience du temps qui leur restait sur Terre. Ils étaient revenus de presque tout : le pouvoir, l'argent, l'amour, la mort, le cancer, la politique, la connerie, Parkinson. Et ils étaient conscients de leur liberté, de leur différence, des trains qu'ils avaient manqués. Ils avaient un ego moins développé qu'on ne l'imagine. Ils s'engueulaient. Comme des frères. Mieux que des frères parce qu'ils n'avaient pas de parents en commun.

Leur brouille est directement liée à la reprise en main du titre par Philippe Val en 1992. Choron en tant que directeur de publication l'avait déposé. Mais comme il était interdit de gestion, il avait utilisé un prête-nom. Philippe Val et son avocat Richard Malka ont vite compris l'intérêt qu'il y avait à ressortir un journal sous l'étiquette Charlie Hebdo. Mais Choron résistait. Cavanna ne parvenant pas à le convaincre de rejoindre l'équipe qui se constituait autour de Val et de Cabu, a accepté l'idée de faire un procès à Choron sur la paternité du titre. On entre alors là dans une histoire tumultueuse que je raconte dans le livre. Et qui est en définitive la saga d'une spoliation et d'un détournement.

Choron va perdre ses procès, sur la base de témoignages dont on sait aujourd'hui qu'ils étaient en partie faux. Mais Cavanna va perdre à long terme son journal. Puisque Val, avec l'appui de Malka, va progressivement et habilement l'évincer de son journal. C'est très triste. Cavanna, au soir de sa vie, en était malheureux. Il me le dit face caméra : « Je me suis fait avoir, j'aurais dû écouter Choron. C'est lui qui avait raison contre tout le monde… » Ces procès ont cassé quelque chose entre eux, mais l'affection, l'amour qu'ils se portaient est, je crois, resté intact. Choron ne disait pas de mal de Cavanna. Et Cavanna non plus. Ils se sont fait avoir par des types plus malins qu'eux. Et sans talent.

Val et Malka ont usé et abusé du génie de Cavanna et de Choron et de tous les autres pour faire un journal différent qui a lentement dérivé et est devenu, selon l'aveu même de Cavanna, un mauvais canard politique, avec des petits dessins pas terribles. Ils y sont allés franco. Ils sont à l'image de l'époque. Ce sont des hommes de réseau, de pouvoir, ambitieux. Et ils ont gagné la partie. Ils la gagnent tous les jours. Les suites médiatiques et politiques de l'attentat de janvier ont été - de ce point de vue - une sorte de point d'orgue. On les a vus partout s'approprier la mémoire de Charlie. C'est sûrement ce qui m'a réveillé et décidé à écrire ce livre qui est bien autre chose que la seule narration d'une aventure de presse. Je le vis et je l'ai écrit comme un drame shakespearien. Une histoire française pleine d'amour, de colère, de passion, de fantômes et de trahisons. Je suis arrivé tard dans cette histoire avec un regard extérieur. Mais mon livre et le film existent maintenant, malgré les pressions, les tentatives nombreuses d'étouffement, les menaces de procès. Tout cela sort aux forceps. Ce qui me rend heureux c'est de voir que, loin des medias mainstream, le public, les lecteurs s'en emparent. Et que ce savoir se diffuse largement. Au grand damne des usurpateurs.

Pourquoi êtes-vous si dur avec Philippe Val et Richard Malka, qui se présentent pourtant comme les héritiers de Choron et Cavanna et les représentants de Charlie Hebdo ?

Le Charlie Hebdo de 1992 était une copie quasi conforme - quasiment la même équipe et les mêmes dessins - de La Grosse Bertha, un hebdomadaire satirique qui vendait alors environ 15 000 exemplaires par semaine. Val a changé l'étiquette, a appelé ça Charlie Hebdo et le journal s'est vendu à 150 000. Là commence l'arnaque. S'ils avaient respecté l'esprit des créateurs, cela ne poserait pas de problème. Ils ont dilapidé cet héritage, se sont enrichis sur cet héritage. Et ont détourné son sens profond. Charlie Hebdo était un journal boussole pour la gauche et l'écologie. Ils ont gardé la boussole mais ont truqué le mécanisme. Le public et les lecteurs se sont fait avoir sans rien savoir de ce qui se passait en coulisse. C'est un peu comme dans ces familles où après avoir piqué sa pension, sa maison et ses chaussettes, on cache le vieux père à l'hospice en attendant qu'il crève. Mais que surtout ça se fasse dans le silence, maintenant que tout est réglé et qu'on est en haut de l'affiche. Ben voilà, je brise ce silence. Et je ne suis pas dur. Je me trouve très gentil.
Tous les éditos