L'édito de Pascal Boniface

« La cuisine olympique » – 3 questions à Armand de Rendinger

Édito
24 février 2017
Le point de vue de Pascal Boniface
Consultant international dans le domaine du sport, Armand de Rendinger a travaillé durant plus de trente ans au sein du cabinet de conseil Andersen Consulting. Observateur permanent de l’évolution du mouvement olympique, il répond à mes questions à l’occasion de la parution de l’ouvrage : « La cuisine olympique : quand la France se pique aux jeux », aux éditions Temporis.

Le tandem Lapasset/Estanguet est-il le bon choix pour porter la candidature de Paris 2024 ?

Considérant que les précédentes candidatures parisiennes à l’organisation des J.O. n’avaient pas suffisamment mis en avant le monde du sport, le projet Paris 2024 a opté en 2015 pour la mise en place d’une gouvernance coprésidée par le champion olympique Tony Estanguet et l’ancien président de l’IRB (International Rugby Board), Bernard Lapasset. Ce choix stratégique est pertinent. Il rappelle des souvenirs heureux, notamment le succès d’Albertville pour les Jeux d’hiver de 1992, dont la candidature fut incarnée par Jean-Claude Killy et le président du Conseil général de Savoie, Michel Barnier.

Cependant, la comparaison s’arrête là. Le contexte olympique d’aujourd’hui n’est plus le même qu’à l’époque où le Comité international olympique (CIO) était présidé par Juan-Antonio Samaranch et s’apprêtait à vivre une mutation économique et politique sans précédent. Aujourd’hui le sport, avec d’autres valeurs plus matérielles, est devenu le prétexte obligé du CIO et chaque candidature aux J.O.se dote de leaders sportifs. Dans le cadre de la compétition pour 2024, Paris et Los Angeles ne dérogent pas à la règle de « tout pour le sport », lien indispensable et mantra suprême de l’Olympisme.

Aussi la question qui se pose n’est pas de savoir si le choix du tandem français est pertinent, mais si les hommes sont bien choisis au regard des décideurs du CIO et en comparaison avec les leaders sportifs du projet de Los Angeles. Pour ma part, j’écrivais déjà en 2006, dans mon livre « Jeux Perdus, Paris 2012, Pari Gâché », que Tony Estanguet serait, dans un avenir proche, un excellent candidat pour prendre la tête d’un nouveau projet olympique français, alors que nombre de ses pairs, plus anciens et plus prestigieux à l’époque, n’avaient pas pu, su ou voulu incarner une candidature française aux J.O. Il est cependant difficile de passer après Jean-Claude Killy et l’aura qu’il avait su susciter, notamment au sein du milieu olympique.

Dans la mesure où il le souhaitait véritablement et compte tenu de son palmarès unique en médailles d’or olympique, Estanguet a la crédibilité et la légitimité pour porter le projet Paris 2024. Son implication dans le projet en est une illustration parfaite. Sans ignorer les qualités et la contribution de Bernard Lapasset, le tandem qu’il est censé créer avec lui n’est que circonstanciel et répond au besoin français de créer une unité politique. Sur ce point, l’affichage est réussi.

Mais c’est la scène internationale qui sera primordiale dans la décision. Or, à sept mois de la décision de Lima, voilà ce que l’on peut entendre de la part de certains décideurs olympiques.

  • La mise en avant du sport est reconnue pareillement au sein des deux candidatures.

  • Paradoxalement, c’est davantage la forme - degré et motivation - d’implication des deux maires (Hidalgo et Garcetti) qui est relevée que la notion de tandem (ou toute autre forme de gouvernance).

  • Les différences de positionnement et d’influence des deux Comités nationaux olympiques (CNOSF et USOC) dans les gouvernances de chacune des candidatures ne sont pas surprenantes et ne posent pas de problèmes particuliers à ce stade.

  • L’historique olympique, le savoir-faire, les ambitions, les engagements personnels et surtout le comportement des quatre figures sportives à la tête de chacune des candidatures vis-à-vis des membres du CIO (Tony Estanguet et Teddy Riner pour Paris, Angela Ruggiero et Janet Evans pour Los Angeles) sont les cinq critères principaux de jugement de ces derniers. Il est à noter qu'ils ont tout le loisir de juger Ruggiero et Estanguet, respectivement Présidente et Vice-président de la Commission des athlètes du CIO, à l’aune de ce qu’ils pensent de l’utilité de cette dernière et surtout de la manière dont ils affichent leurs convictions en matière de gouvernance du CIO, de dopage, de finalités des J.O. et d’engagements politiques.

  • Dans ce contexte, l’institution du CIO n’échappe pas aux oppositions classiques existant entre les membres élus (les athlètes) à qui on demande de s’engager, tout en restant discret, et les membres cooptés qui représentent la tradition et la pérennité du comité.

  • Enfin, l’importance de la discipline sportive d’origine d’Estanguet, de Riner, de Ruggiero ou d’Evans a peu d’importance dans le jugement que peuvent porter les membres du CIO sur les qualités de ces champions sportifs.


En conclusion, Estanguet représente effectivement un bon choix pour Paris 2024. Mais ne nous méprenons pas : tout ne se jouera pas sur sa personnalité et son approche, bien différentes de celles de Ruggiero, dans la mesure où l’essentiel de la décision réside ailleurs.

Pourquoi estimez-vous que certains de nos débats de politique intérieure puissent jeter une ombre sur cette candidature ?

La France a une double réputation dans le monde de l’Olympisme :

  • Elle est à la fois reconnue et appréciée pour sa Déclaration universelle des droits de l’homme mais suscite aussi « l’agacement », par ses leçons de démocratie aux autres Nations, que celles-ci partagent ou non ses valeurs démocratiques.

  • Elle est reconnue pour cultiver avec « plaisir » le culte de l’alternance politique, tout en sachant assurer une certaine pérennité quant à ses engagements, au travers de la stabilité de son administration.


Aussi, aujourd’hui, ce n’est pas le changement politique éventuel que craint le CIO en mai prochain, mais l’image que donne à l’étranger le débat démocratique français, notamment à travers l’instrumentalisation des J.O. à des seules fins politiques : utilisation des évènements tragiques (attentats terroristes) pour justifier la nécessité d’obtenir les J.O. ; débats relatifs au port du voile, au type de repas à servir dans les cantines scolaires ou au burkini ; déchirement autour de la « crise identitaire », la nécessité de décréter ou non l’état d’urgence, les zones de non-droit dans les banlieues, les partis extrémistes…Sans s’immiscer dans notre politique interne, des décideurs du CIO, bien intentionnés ou non, reconnaissent ne pas se retrouver dans cette France, au regard de laquelle ils sont particulièrement exigeants.

Ce sont ces formes de débats, jugés souvent « surréalistes », qui pourraient jeter une ombre sur le projet Paris 2024 et non l’instabilité politique française. Au-delà des conflits sociaux et de la réputation d’être un pays où les grèves se multiplient, c’est en priorité les questions de sécurité (territoriale, politique, économique et sociale) qui préoccupent le CIO. En la matière, Paris et la France seront appréciées avant tout sur la nature et la portée des mesures qui sont prises, et non sur de simples déclarations d’intention, en espérant que les débats cités ci-dessus n’altéreront pas le contenu et n’obéreront pas l’image de ces mesures.

À l'inverse, l'élection de Donald Trump favorise-t-elle la candidature de Paris 2024 ?

Il va de soi que l’élection de Trump est un évènement qui ne peut pas laisser insensibles de nombreux responsables olympiques. Mais, plus encore, ce sont ses déclarations discriminatoires vis-à-vis de certaines populations qui sont jugées contraires au principe d’universalité contenu dans la Charte olympique. Cette situation touche effectivement l’image des États-Unis, en Olympisme comme ailleurs, et pourrait être favorable à la candidature parisienne. Il est mieux pour Paris 2024 que cela se produise aux États-Unis plutôt qu’en France.

La question est donc de savoir si cette nouvelle donne a une telle importance qu’elle peut influencer le vote des membres du CIO, au point qu’elle « plombe » d’une manière définitive et inéluctable la candidature de Los Angeles. Partageant l’avis de nombre de membres du CIO, je n’en suis pas certain. Toutefois, si le vote entre les deux villes s’avérait serré, les quelques voix qui manqueraient à Los Angeles pourraient trouver leur origine au sein des décideurs hésitants (féminins ou issus de pays musulmans) qui souhaiteraient marquer leur indépendance politique par rapport à la docte habituelle du CIO : pas d’ingérence dans la vie politique locale et les États restent souverains.

Or nous ne sommes pas encore dans la situation du « vote serré », et nous continuons à vivre en Olympisme dans le paradoxe, pour ne pas dire l’hypocrisie, de prétendre que le CIO est apolitique, quand il ne fait que de la politique et ne cesse de se référer à la Charte olympique. Mais l’institution faîtière du mouvement olympique ne s’est pas prononcée sur les mesures annoncées par Trump, pourtant contraires à l’idéal olympique.

À l’instar du dopage ou de la corruption, le CIO, comme le jugeait sévèrement le journal L’Équipe, donne l’impression de « se laver les mains ». En effet, plutôt que de prendre ses vraies responsabilités, l’institution préfère déléguer – tout en les maintenant sous son contrôle - les sanctions à prendre vis-à-vis de certaines communautés aux Fédérations internationales sportives et aux Comités nationaux olympiques, s’abritant derrière le principe du « wait and see ».

Aussi, le CIO avait-il l’occasion de rappeler ouvertement les principes de la Charte olympique. Il ne l’a pas fait. Pourquoi ? Sans doute, attend-il de juger l’acceptabilité des mesures discriminatoires générales à l’égard d’une catégorie de personnes, et non individuelles, qui seraient concrètement prises par Trump. Le CIO, dans sa globalité, fera ce constat au regard de ce qui lui semble indispensable à mettre en place comme mesures drastiques et efficaces, au nom de la sécurité, contre les risques de terrorisme. Éternel débat - auquel le CIO n'échappe pas - entre respect des libertés individuelles à préserver et efficacité des mesures collectives à prendre en matière de sécurité. Dans le domaine sécuritaire, comme dans tous ceux qui touchent la politique des États, les déclarations et les prises de position de son président sont attendues et valent consensus.

Le CIO a besoin de s’entendre, pour des raisons essentiellement politiques et économiques, avec les puissants du monde olympique que sont en premier lieu les États-Unis, la Russie et la Chine. D’aucuns appelleront cela du cynisme, quand d’autres du pragmatisme. Dans un contexte mondial mouvementé, d’autant plus dans un moment où le nombre de villes intéressées pour organiser les J.O. se réduit comme une « peau de chagrin » (Hambourg, Rome et maintenant Budapest pour 2024), et où l’après J.O. de Rio se traduit par un déficit financier et d’image pour les J.O. particulièrement préjudiciable, il n’est pas certain que le CIO puisse se mettre à dos ces grandes puissances.

Nous sommes donc actuellement loin de la certitude que la situation politique française ou l’effet Trump aurait une conséquence rédhibitoire sur l’une des deux candidatures, d’autant plus que le CIO, flairant le danger, pourrait envisager, le cas échéant, d’attribuer l’organisation des J.O. de 2024 et de 2028 en septembre prochain aux deux villes restant en piste.

Aussi, je reste aujourd’hui convaincu que le CIO aspire à revenir, dans la tourmente actuelle, à plus de calme et à penser attribuer les J.O. à un pays qui ne lui poserait pas de problème, en matière d’image et surtout d’organisation. Le choix devrait se faire entre Paris et Los Angeles pour 2024 sur des critères essentiellement géopolitiques. Qui de l’Europe, avec la France et Paris, et des États-Unis, avec la Californie et Los Angeles, serait en mesure de rassurer la majorité et la présidence du CIO ? Les critères pris en compte, que j’ai nommés par commodité les « 4S », sont détaillés ci-dessous, par ordre croissant d’importance :

  • La Séduction, critère subjectif.

  • La Stabilité politique et sociale, critère objectif.

  • La Sécurité avant, pendant et après les J.O., critère politique.

  • La Supériorité du pays, de la ville et du Comité national olympique, critère économique.


Sur cette question et surtout sur la pondération entre ces critères, certains membres du CIO ont déjà répondu. Mais le débat est loin d’être figé et nous allons être témoins de toutes les interprétations possibles, bonnes ou erronées, et de multiples rebondissements, prévisibles ou surprenants, d’ici le 13 septembre 2017. À sept mois du vote d’attribution des J.O., des orientations significatives se dessinent, mais tout reste encore ouvert.
Tous les éditos