L'édito de Pascal Boniface

« L’emprise » – 3 questions à Achraf Ben Brahim

Édito
13 avril 2017
Le point de vue de Pascal Boniface
Achraf Ben Brahim, chef de projet multimédia et consultant, est l’auteur « d’Encarté », une enquête remarquée sur la crise des partis politiques français. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son second livre, « L’emprise : enquête au cœur de la djihadosphère », aux éditions Lemieux.

Comment les médias occidentaux sont-ils tombés dans le piège tendu par l’État islamique ?

Le traitement médiatique de l'État islamique (EI) reste à mon sens lacunaire, principalement par peur de "faire le lit du djihadisme". Nous sommes incapables d'avoir un traitement dépassionné de la question, si bien qu'en dehors des images d'exactions ou d'attentats, peu de choses sont retenues. Chaque fois que les bureaux médiatiques de l'EI mettent en scène des exécutions qui se concurrencent par le degré de cruauté, les rédactions se jettent dessus et commentent en boucle. Le problème de ces images est de ne représenter qu'une infime partie de la communication djihadiste. Le gros de la propagande est composé de scènes de combats et, surtout, de thématiques religieuses, économiques, sociétales et politiques. C'est avant tout cet aspect-là qui explique l'attraction de l’EI. Mais il est peu traité ou déconstruit par les différents médias.

La ruse a fonctionné car ces images ont servi de leurres. Pendant que les commentateurs s’en horrifiaient, l'EI a pu tranquillement déployer son véritable arsenal médiatique sur la toile, à savoir des productions très bien montées sur le dinar-or, l'obligation du califat ou encore la charia et vanter la solidité de ses politiques publiques à Raqqa et Mossoul. Ce qui fut d’une redoutable attractivité.

Plus grave encore, c’est qu’ironiquement, certains médias n’ont fait qu’augmenter la crédibilité de l’EI auprès des aspirants djihadistes. C’est en effet ces premiers qui ont permis au second de se forger une réputation afin d’opérer par la suite une véritable "OPA du djihad", au détriment des autres groupes djihadistes, ignorés par les médias. L'EI s'est ainsi payé à peu de frais une campagne de publicité pour cibler les "radicalisés" occidentaux. Ce qui a manifestement porté ses fruits puisque pendant plusieurs mois, le groupe a absorbé des arrivées massives de toutes sortes et de toutes nationalités.

Pourquoi, alors que beaucoup accuse les Frères musulmans et organisations dérivées de faire le lit des djihadistes, écrivez-vous qu’ils sont leurs ennemis ?

Les mouvements djihadistes, à commencer par l'EI, sont hostiles aux Frères musulmans. À titre d'exemple, l'EI n'a pas hésité à déclarer apostat le président égyptien déchu, Mohamed Morsi, dans un numéro de Dar-Al-Islam, leur magazine.

Il y a également beaucoup de divergences entre ces derniers sur les volets religieux, politique et sociétal. En effet, l'EI a une vision bien plus rigoriste de l'islam. Cela se traduit par l'application d'une charia sans compromis quel que soit le contexte, le bannissement de la femme du champ politique et une rupture totale avec le monde extérieur. Il prône un califat islamique, modèle politique en contradiction avec les régimes politiques que nos sociétés connaissent et considère la démocratie et le vote comme une innovation et une mécréance. Les Frères musulmans, quant à eux, s'inscrivent dans ce processus pour arriver au pouvoir. Mais les divergences ne s’arrêtent pas là.

L'EI prône le djihad armé, les Frères musulmans le condamne et veulent convaincre par des campagnes de bienfaisance et des politiques sociales envers les populations. Ainsi, en Égypte, il n'est pas rare de voir des villes entières être dépendantes des aides de la confrérie.  De ce fait, les Frères musulmans sont perçus par les djihadistes comme au mieux laxistes, au pire – et le plus souvent - apostats. À l'inverse, les Frères musulmans perçoivent l'EI comme des fanatiques aux pratiques éloignées de l'islam.

CFCM, UOIF, EMF, conférence des imams et même Tariq Ramadan sont jugés apostats par l’État islamique. Pourquoi ?

A partir du moment où une figure religieuse diverge sur l'obligation de la charia, du djihad, du califat ou de la Hijra (émigration vers un pays musulman), aux yeux de l'EI, elle apostasie. C'est le cas des personnalités comme Tariq Ramadan, qui appelle au vote, reconnait la démocratie et encourage l’ascension sociale pour former un "micro-lobbying musulman". Ce qui suggère donc le maintien du musulman dans un pays jugé mécréant. De la même manière, le désormais célèbre imam de Brest, Rachid Abou Houdeyfa, présenté comme le fer de lance de l'islamisme en France, est considéré apostat et menacé de mort en permanence par l'EI, en raison de sa condamnation des attentats et de son appel à s'inscrire dans le processus civique français.

Concernant l'UOIF et ses mosquées, le djihadiste Rachid Kassim, instigateur de plusieurs attentats et tentatives d'attentats, affirmait - lors des entretiens effectués pour l'ouvrage - regretter de ne pas pouvoir revenir dans sa ville natale pour y mettre le feu, considérant les mosquées françaises comme des « temples républicains ».

C'est pourquoi l’EI est avant tout aux prises avec sa propre communauté́ religieuse et demeure en conflit permanent avec ces personnalités que les djihadistes excommunient et affublent du titre de « serpillères de la République ». Il faut donc sortir de ce carcan qui consiste à apposer le label « islamiste » à tort et à travers. N’est pas islamiste ou djihadiste qui veut. Cette appellation, jetée à tour de bras au hasard des discours, a des conséquences très négatives.

On ne débat plus, on ne compare pas les discours. On fait peur en faisant appel aux bas-instincts de l’individu, consistant à le dissuader de toute pensée critique puisqu’il suffit de dire « c’est un islamiste fondamentaliste ». La formulation ainsi jetée, avec ce qu’elle suggère, à savoir attentats et assassinats, entrave la réflexion. Surtout quand ceux présentés comme islamistes sont pour l'EI de vulgaires apostats à éliminer.

En réalité, ces confusions arrangent un large pan de la sphère politico-médiatique. D’un côté, il y a une paresse médiatique qui ne formule pas de raisonnement critique par ignorance du sujet. Et de l'autre, des politiques qui, faute de pouvoir se saisir véritablement du problème (preuve avec le fiasco de la déradicalisation), se rabattent sur ces entités pour donner l'impression de combattre le phénomène.

L'adage veut que faute de grives, on mange des merles. C’en est ici l’illustration.
Tous les éditos