L'édito de Pascal Boniface

« Atlas des migrations » – 3 questions à Catherine Withtol de Wenden

Édito
31 mai 2016
Le point de vue de Pascal Boniface
Catherine Wihtol de Wenden, docteur en sciences politiques, est professeur à Sciences Po, directrice de recherche au CNRS et membre du comité d’orientation de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Elle répond à mes questions à l’occasion de la parution de l’ « Atlas des migrations : un équilibre mondial à inventer », aux Éditions Autrement et cartographié par Madeleine Benoit-Guyod.

Sommes-nous passés d’un monde où la difficulté n’est plus de quitter son pays mais d’entrer dans un pays qui n’est pas le sien ?

Par le passé, de nombreux régimes autoritaires - aussi bien monarchistes que communistes - ont rendu très difficile la sortie du territoire national. Les populations étaient enfermées à l’intérieur de frontières, soit parce qu’elles constituaient une ressource agricole, fiscale et militaire, comme ce fut le cas aux XVIIIe et XIXe siècles, soit parce que les élites politiques ne souhaitaient pas leur permettre de fuir massivement vers d’autres horizons, comme ce fut le cas pour les régimes communistes. En revanche, particulièrement au XIXe siècle, les frontières étaient largement ouvertes pour l’immigration de travail et de peuplement. De même en Europe, jusque dans les années 70, les politiques frontalières étaient favorables aux travailleurs internationaux.

Nous sommes donc passés d’une situation mondiale où sortir d’un territoire était difficile et entrer dans un pays étranger l’était moins à une situation inverse, depuis la chute du communisme. Les pays du sud ont multiplié les distributions de passeport, car il était dans l’intérêt de la stabilité de leurs systèmes politiques (pas toujours démocratiques) de se vider d’une partie de leur population. Parallèlement, le monde contemporain a vu les politiques d’entrée se durcir considérablement. Ainsi, si le droit de sortie s’est démocratisé, avec la possibilité facilitée d’obtenir un passeport, le droit d’entrée s’est restreint au fur et à mesure qu’un arsenal de mesures sécuritaires et anti-terroristes étaient adoptées.

Vous estimez que l’Europe pourrait faire face à la crise actuelle des réfugiés en appliquant une directive de 2001 sur la protection temporaire des réfugiés. Qu’est-ce que cela impliquerait ?

Cette directive a été mise en place en 2001, essentiellement pour répondre aux flux migratoires en provenance d’ex-Yougoslavie. Elle stipulait que tant que les réfugiés connaîtraient une situation de conflit chez eux, ils étaient autorisés à rester pour une période limitée, mais renouvelable régulièrement, dans les pays d’accueil avec, selon les cas, la possibilité de travailler. Beaucoup sont désormais rentrés chez eux, soit dans le cadre de politiques de retour mises en œuvre par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), soit de leur propre gré. Cela permettait une certaine fluidité, et une marge de manœuvre appréciable pour les migrants qui pouvaient rester dans leur pays d’accueil ou prendre le chemin du retour.

Il serait tout à fait possible d’appliquer cette politique pour la crise syrienne actuelle. Cette directive a été peu évoquée au profit d’un droit d’asile pourtant très difficile à obtenir. Les catégories individuelles de la persécution ou de la crainte fondée de persécution, définies par la Convention de Genève de 1951, sont en effet interprétées de façon restrictive depuis les années 90.  Malgré l’ampleur de la crise, seuls 45% des migrants ont obtenu le statut de réfugié, selon la Convention de Genève

Les migrations sud-sud semblent moins visibles que celles nord-sud. Ne sont-elles pas pourtant en train de gagner en importance ?

Les migrations sud-sud sont surtout moins connues. Aujourd’hui, sur un total de 244 millions de migrants selon les Nations unies, on constate qu’il y a pratiquement autant de personnes qui se dirigent vers le nord que de gens qui vont vers le sud de la planète. L’essentiel des flux est évidemment compris dans les migrations sud-sud et sud-nord.

Les migrations sud-sud sont liées à plusieurs facteurs. Elles sont notamment dues à une régionalisation des migrations internationales. Aujourd’hui, il y a plus de gens qui proviennent de la même aire régionale que d’ailleurs, car de nouveaux flux ont gagné en importance : les femmes, les mineurs non accompagnés, les réfugiés ou encore les déplacés environnementaux qui n’entreprennent pas de long voyage faute de ressources ou de réseaux. Ainsi, les réfugiés choisissent en priorité un pays proche de leur terre d’origine. C’est le cas des Syriens qui pour l’essentiel sont allés en Turquie, en Jordanie et au Liban. Cela favorise le phénomène de régionalisation qui accroit les flux sud-sud. Quant aux déplacés environnementaux, ce sont pour les deux-tiers des déplacés internes, c’est-à-dire qu’ils migrent au sein même de leur pays.

Par ailleurs, des phénomènes nouveaux comme l’émergence économique de certains pays expliquent l’attractivité de pays du sud où il est plus aisé d’entrer que dans les pays du nord. Ainsi, les pays du Golfe sont la troisième destination migratoire au monde après l’Europe et les États-Unis.
Tous les éditos