L'édito de Pascal Boniface

Handicap International et la lutte contre les mines antipersonnel : un travail salutaire

Édito
27 septembre 2013
Le point de vue de Pascal Boniface
Samedi 28 septembre, l’ONG Handicap International, lauréat du prix Nobel de la Paix, organise dans une trentaine de villes en France sa 19e "Pyramide des chaussures". Il s’agit d’une mobilisation citoyenne contre les mines antipersonnel et les bombes à sous munitions (BASM).
 
Chacun est appelé à apporter une paire de chaussures pour constituer une pyramide en signe de protestation, et de signer la pétition pour faire pression sur les États afin qu’ils signent les deux conventions venant interdire ces armes.
 
Des traités ignorés par les grandes puissances

 

Le traité d’Ottawa, signé en 1997, interdit les mines antipersonnel. Celui d’Oslo, signé en 2008, interdit les BASM. À ce jour, 34 États n’ont toujours pas signé le traité d’Ottawa et 84 celui d’Oslo.
 
Parmi les pays qui n’ont adhéré à aucune de ces deux conventions, on peut citer des grandes puissances militaires comme les États-Unis, la Chine, la Russie et Israël. Par rapport à l’ampleur de leur arsenal, on peut se demander ce qu’apportent de façon complémentaire les mines antipersonnel particulièrement inhumaines.
 
Ces armes, en effet, tuent une fois que le conflit est terminé et ce sont les civils qui en sont les principales victimes. Aujourd’hui, toutes les deux heures, les mines ou les BASM font une victime dans le monde. 72% de ces victimes sont des civils et 42% sont des enfants. Dans plus de 80 pays, les populations civiles continuent de vivre sous la menace de ces armes qui peuvent tuer longtemps après que les autres armes se soient tues.
 
C’est la situation au Cambodge qui a fait prendre conscience aux responsables de Handicap International de la nécessité d’agir dans une perspective large, au-delà de la médecine d’urgence et des amputations pratiquées par centaines dans les camps de réfugiés khmers. Handicap s’est occupé de fournir des prothèses aux victimes et de les accompagner dans la voie de la rééducation.
 
Des armes très utilisées en Syrie

 
Estimant que ce n’était pas suffisant, l’ONG s’est investie dans la lutte pour l’interdiction des mines antipersonnel qui a abouti au traité d’Ottawa signé en 1997. Handicap International et les cinq autres ONG ayant mené la campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel ont reçu cette année là le prix Nobel de la Paix conjointement.
 
L’Irak demeure le pays le plus touché par les mines antipersonnel et les bombes sous munitions. 50 millions de ces armes ont été utilisées, les terres agricoles irakiennes sont encore fortement affectées par ces armes qui privent les civils de la possibilité de les exploiter ou de le faire dans la menace constante d’un accident.
 
Actuellement, ce type d’armes est largement utilisé en Syrie, ce qui permet de craindre qu’une fois que ce conflit aura pris fin, il continuera de faire de nombreuses victimes.
 
Il faut saluer le travail de Handicap International et sa perspective globale de l’action humanitaire de soins aux victimes, de mobilisation des citoyens, d’alerte et de pression sur les dirigeants.
 
 
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
La liste des villes où se tiennent ses pyramides peut être consultée sur le site www.pyramide-de-chaussures.fr
 
Tous les éditos