L'édito de Pascal Boniface

« Éthique et sport » – 3 questions à Philippe Sarremejane

Édito
5 janvier 2017
Le point de vue de Pascal Boniface
Philippe Sarremejane est Professeur des universités. Il enseigne l’éthique du sport dans le cadre du master Entraînement et optimisation de la performance sportive de l’Université Paris-Est. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de l’ouvrage « Éthique et sport », aux Éditions Sciences humaines.

Existe-t-il une éthique spécifique au sport ?

Depuis une cinquantaine d’années, de nouvelles réalités pratiques liées à l’évolution des comportements, de la science et des techniques, ont suscité des interrogations inédites. Afin d’y répondre de manière concrète, les grands courants traditionnels de l’éthique théorique ou de la méta-éthique ont évolué depuis la fin des années 60 en de nombreuses éthiques « appliquées ». La bioéthique, l’éthique médicale, l’éthique de l’entreprise ou de l’environnement, sont autant de signes de cette évolution. Le sport peut-il s’inscrire dans ce large mouvement ? Nous le croyons car le sport est en prise directe avec de nombreux domaines – économique, politique, biologique, scientifique et technologique – qui traduisent de profonds changements et qui ne cessent d’interroger les sociétés.

Les cas qui illustrent la spécificité de l’éthique du sport sont relativement nombreux. Nous nous en tiendrons ici à un exemple : si l’essence du sport est le dépassement de soi par de nouvelles performances, on peut considérer que l’athlète qui établit un nouveau record a acquis des pouvoirs dont ne dispose pas le commun des mortels. Ces pouvoirs sont certes plutôt associés à l’excellence motrice (force, puissance, habileté, adresse, etc.), mais ils sont aussi psychologiques comme le courage, l’acceptation de la souffrance, du risque, voire du risque ultime, puisque certaines pratiques extrêmes amènent à risquer jusqu’à sa vie.  Le sport est ainsi devenu le « laboratoire de l’amélioration de l’humain », le moyen de créer une surnature humaine. Cette dernière pose de fait tout un ensemble de questions éthiques, souvent associées par ailleurs à la problématique du dopage. Quelle est la nature même de cette surnature ? Peut-on utiliser tous les produits ou techniques susceptibles d’améliorer l’humain ? Si les athlètes invalides peuvent bénéficier de prothèses, pourquoi ne pas généraliser l’usage d’un exosquelette à tous les athlètes valides ? Pourquoi aussi freiner cette tendance par des mesures anti-dopages ? Pourquoi ne pas tolérer les nouvelles biotechnologies et les nouvelles molécules au service de la performance dans le cadre d’un suivi médical ? On constate que ces questions nouvelles n’ont pas de réponses aisées, tranchées et définitives.

L’éthique du sport est en permanence soumise à ces cas auxquels elle essaie de répondre au nom d’une certaine définition de l’homme, de ce qui est acceptable ou inacceptable pour lui.

Vous écrivez qu’il n’est pas facile de répondre à la question : « le sport est-il éducatif ? » N’est-ce pas paradoxal ?

Oui, effectivement cela peut paraître paradoxal car il est communément attendu de la pratique sportive qu’elle soit un moyen d’éducation de la jeunesse. C’était d’ailleurs le projet initial de Pierre de Coubertin qui, en s’inspirant du modèle anglais, voulait instaurer en France une véritable éducation par le sport. Les pouvoirs publics, que ce soit par le biais des clubs, de l’éducation physique ou des différentes politiques de la Ville, ont constamment misé sur les vertus éducatives du sport. La référence à l’équipe de France black, blanc, beur, championne du monde de football en 1998, est bien ici le signe d’une intégration réussie par le sport. Le premier argument en faveur d’un sport éducatif est celui de la nature même du sport. Le sport est une pratique censée, par l’expression de règles précises et contrôlées – par les arbitres –, poser des limites à la violence et véhiculer des valeurs, comme celles du respect, de la loyauté, de l’entraide, du courage ou de la solidarité. Pourtant, de nombreuses questions se posent. La première concerne la nature même des valeurs du sport. Ces valeurs sont-elles unanimement et intrinsèquement les bonnes valeurs ? Le fait de soutenir, parfois de manière catégorique et absolue, son équipe nationale, peut aboutir à une forme de chauvinisme excessif, voire une dérive nationaliste. Le sport peut donc véhiculer, selon la pratique, des valeurs ambiguës.

La seconde question est la suivante : suffit-il de faire du sport pour être ensuite vertueux de manière durable dans sa vie en général ? On peut effectivement observer les règles et respecter les valeurs du football pendant le temps du jeu et ne pas systématiquement les mettre en pratique à l’école, au travail, dans sa famille et, de manière générale, dans l’espace public. Non seulement on ne peut garantir une extension des comportements moraux du sport à tous les domaines de l’expérience vécue, mais qui plus est, en dernière instance, la moralité repose toujours sur la capacité décisionnelle de l’individu. Autrement dit la moralité est étroitement liée à la liberté. On ne peut être moral par habitude ou par contrainte ; on est moral que si l’on parvient à s’auto-contraindre au regard d’une règle juste délibérément choisie. La seule façon d’espérer acquérir une conduite morale par la pratique sportive sera donc, dés le plus jeune âge, de pratiquer dans un contexte dont les acteurs - entraîneurs, joueurs, dirigeants, professeurs, parents – sont eux-mêmes les garants des valeurs d’intégrité et de probité. C’est l’unique moyen de mettre en place une sorte de prédisposition morale à la moralité.

Selon vous, de quelle façon l’éthique du sport est-elle mise sous tension ?

L’éthique du sport est sous tension, car l’éthique en général est toujours l’expression d’un désaccord, une contradiction au sein des valeurs ou des principes qui la fondent. Les valeurs de l’éthique ne forment pas un ensemble conceptuel cohérent et ordonné. Le sport ne fait que traduire à sa manière cette ambivalence. Nous avons déjà évoqué la dérive nationaliste des supporters qui par ailleurs se doivent de soutenir leur patrie, leur nation. On pourrait tout aussi bien évoquer la violence. A priori l’éthique la condamne car elle enfreint le principe du respect de l’intégrité physique et psychologique de la personne. Or, il est facile de constater que le sport, qui est affrontement et rivalité, non seulement la tolère mais l’exacerbe aussi réglementairement comme en boxe ou au rugby. La question se pose alors du degré de violence tolérable en sport. Où doit-on placer la limite ?

La tension la plus vive est intrinsèquement liée à la nature même du sport. Le sport est dépassement et affrontement. Dépassement de soi et des autres, affrontement contre soi et contre les autres. Et cette tendance n’a pas de limites. Il n’y a pas de limite sportive au sport. Le sport pour tous, le sport loisir, ne sont certainement pas exposés de la même manière à cette loi, mais le sport professionnel, le sport de haut niveau et le sport extrême sont en permanence inscrits dans cette logique du dépassement. Et cette tendance va inexorablement s’opposer aux principes de l’éthique. Pour battre des records du monde - en natation ou athlétisme, par exemple - il faudra mobiliser toujours plus de moyens. Il faudra toujours plus développer la « machine » corporelle, la force, la puissance, la souplesse, l’adresse, la vitesse, la capacité respiratoire, etc. avec tous les risques que cela implique pour la santé et l’équilibre personnel. Et lorsque les moyens « naturels » de l’entraînement ne suffisent plus, l’athlète est tenté par les artifices et le dopage.

Par ailleurs le sport lui-même est désormais pris dans un système mondialisé d’exploitation médiatique, économique et politique. Chacun de ces éléments est mu par une logique propre. L’économie du sport exploite tous les produits du sport selon la seule logique du profit. Et il faut bien admettre que ces secteurs d’exploitation du sport, qui le financent, le médiatisent, ou l’instrumentalisent politiquement, ne peuvent être exclusivement éthiques. Tout comme on ne peut concevoir qu’un joueur laisse gagner son adversaire par amitié ou par amour, il est tout aussi inconcevable qu’une firme de sportwear arrête de faire du profit pour satisfaire, au nom de la solidarité, la concurrence. Une solution à la course effrénée aux records consisterait à imposer une limite aux performances. Mais ce ne serait-ce pas là le plus sûr moyen de détruire le sport ? Le sport reste manifestement pris dans des contradictions qui semblent insurmontables et qui maintiennent l’éthique dans une situation d’équilibre relativement précaire.
Tous les éditos