Publications
Note de lecture

Willy Brandt

Note de lecture rédigée par Augustin Sémiramis, Diplomate

par Hélène Miard-Delacroix - Paris, Fayard, 2013, 350 p.

Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux faits historiques majeurs : un fait symbolique d’abord, avec son geste mémorable d’agenouillement au mémorial du ghetto de Varsovie le 7 décembre 1970, une stratégie visionnaire en matière diplomatique ensuite, avec la mise en place de l’« Ostpolitik » à destination de la République démocratique allemande (RDA) à partir de 1969, en rupture avec la dogmatique « doctrine Hallstein » pratiquée jadis par Konrad Adenauer.

Toutefois, la lecture de la biographie de Willy Brandt, né Herbert Frahm (1913-1992) dans un quartier ouvrier de Lübeck, apparaît indispensable non seulement pour comprendre le parcours tumultueux du « paria norvégien », déchu de sa nationalité allemande en 1938, exilé pendant douze ans en Scandinavie, maire de Berlin en 1957, chancelier en 1969, jusqu’à la reconnaissance internationale avec la réception du prix Nobel de la paix (1972), mais surtout pour mieux appréhender l’évolution des deux Allemagne de la guerre froide. Hélene Miard-Delacroix, historienne germaniste de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, puise à l’envi dans sa large connaissance de la relation franco-allemande et donne une réelle profondeur historique à la narration de la vie d’un homme qui se voyait en « Kennedy allemand » (p. 202). Pour l’anecdote, c’est W. Brandt qui aurait soufflé à John F. Kennedy, le 25 juin 1963, de « s’adresser à la fierté des Berlinois [et de] donner de l’importance à la dimension humaine » (p. 111) lors de son discours du lendemain, « Ich bin ein Berliner », sur le balcon de l’hôtel de ville de Schöneberg. Son tropisme atlantiste prononcé lui vaudra d’ailleurs le surnom d’« homme des États-Unis » au Quai d’Orsay, ainsi que des divergences marquées avec François Mitterrand.

Face à l’arrivée du nazisme, W. Brandt fait le choix – qui lui sera maintes fois reproché durant sa carrière politique – de s’exiler en 1933 en Norvège, pays duquel il apprend rapidement la langue, acquiert la nationalité et où il connaît « ses années les plus heureuses (p. 30) ». Journaliste prolifique au visage buriné, le jeune homme est bon vivant, séducteur et amateur de boissons alcoolisées. Il le restera toute sa carrière. Farouche opposant au régime nazi, dont il ne reconnaît pas la légalité, il milite sans relâche depuis Oslo au sein du mouvement ; ouvrier, se rend en Espagne durant la guerre civile et considère l’Union soviétique comme une « force réactionnaire de premier plan, en plus de Hitler » (p. 46). Apres avoir publié un livre polémique intitulé Criminels et autres allemands en 1946, c’est sous la nationalité et l’uniforme norvégiens que W. Brandt intègre la mission militaire à l’ambassade de Norvège a

Berlin en 1946, préférant ce poste à celui de chargé de communication à l’ambassade de Norvège à Paris, afin de se rapprocher de la scène politique berlinoise. Et l’auteur de détailler l’ascension graduelle du futur chancelier au sein du parti social-démocrate (SPD) à partir de 1948, date à laquelle il recouvre sa nationalité allemande.

L’ouvrage présente l’intérêt d’insister sur une période moins connue de la carrière de W. Brandt, à savoir son passage à la mairie de Berlin (1957- 1966), ou sa méthode de « politique de petits pas » à la Jean Monnet se dessine progressivement et ses convictions de « changement par le rapprochement » à destination de la RDA commencent à émerger, avant d’alimenter la « politique vers l’Est » à partir de 1969.

À travers le parcours de l’homme providentiel de la gauche allemande d’après-guerre, c’est bien une ambitieuse analyse d’un pays traumatisé par les séquelles du régime nazi et déchiré « par la ligne du front » de la guerre froide (p. 110) à laquelle se livre H. Miard-Delacroix. Selon elle, beaucoup d’Allemands ont vu en W. Brandt ce qu’ils auraient peut-être préféré être au cours du XXe siècle. Comme l’ont montré les célébrations nationales du centenaire de sa naissance le 18 décembre 2013, l’héritage laissé par l’ancien chancelier décédé en 1992, quelque temps après la réunification allemande, dépasse largement le camp social-démocrate. Retracer la vie de W. Brandt permet, ainsi, de donner au lecteur des clés de lecture précieuses pour comprendre l’Allemagne d’aujourd’hui, et de demain.
Les autres notes de lecture
Sauvons le Progrès
Physicien nucléaire – il dirige un laboratoire au sein du Commissariat à l’énergie...
Staline
Il n’est pas évident de susciter un grand intérêt pour une énième...
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...