Publications
Note de lecture

Staline

Note de lecture rédigée par Yannick Prost, Haut fonctionnaire et maître de conférences à Sciences Po

Par Oleg Khlevniuk - Paris, Belin, 2017, 601p.

Il n’est pas évident de susciter un grand intérêt pour une énième biographie de Joseph Staline. Néanmoins, l’évolution de l’historiographie sur la période soviétique grâce à l’ouverture des archives rend nécessaire la rédaction d’une synthèse sur l’état des connaissances. Par ailleurs, la nostalgie du temps de la puissance parmi les Russes, voire la possible instrumentalisation de l’histoire par l’actuel pouvoir en place au Kremlin rend utile ce rappel de ce qu’a été le stalinisme et un récit où l’on trouve davantage de traces de sang que de génie.

Cet ouvrage dessine le portrait d’un homme brutal, sans états d’âme, peu versé dans les abstractions intellectuelles même s’il en a eu parfois la prétention. J. Staline n’est pas un dogmatique et n’a pas massacré ou laisser mourir des millions de gens par intransigeance idéologique : il fut l’un des plus grands criminels de l’Histoire simplement pour pouvoir rester au pouvoir. Le début de son ascension se fait dans l’ombre de Lénine, qui perçoit l’incompétence militaire du militant et la brutalité de l’intrigant. Mais ce dernier est doué pour manœuvrer dans les luttes au sein du Parti communiste et sait placer ses affidés dans l’appareil.

À la mort de Lénine, il compense son manque de brio par un solide réseau d’hommes dévoués, ce qui lui permet d’éliminer son rival Léon Trotski, puis toute opposition au sein du Politburo, et de devenir définitivement le maître du pays au milieu des années 1930. Hanté par la possible réédition d’une offensive des puissances capitalistes, comme l’a subie la Russie bolchevique entre 1918 et 1920, il industrialise son pays à marche forcée, sacrifiant sans pitié et en toute connaissance de cause 5 à 7 millions de personnes dans la plus grande famine de l’histoire russe (1932-1933). Puis, il mène une épuration contre toute possibilité de résistance ou d’opposition à l’intérieur de l’armée, du parti, des institutions, faisant arrêter 1,6 million de personnes durant la Grande Terreur de 1937-1938 – dont 700 000 seront fusillées et beaucoup moururent en déportation. Mais la police politique, qui reçoit les pleins pouvoirs pour écraser les forces vives du pays, apparaît comme un dangereux contre-pouvoir : J. Staline coupe donc les têtes de ses dirigeants.

Au fil des années, la technique est rodée : dès qu’un collaborateur prend trop d’importance dans le fonctionnement de l’État soviétique, J. Staline le fustige publiquement, le fait arrêter ou le limoge. Dans les années 1930, il fait exécuter, mais il devient plus laxiste avec l’âge, acceptant la repentance et un nouveau « serment d’allégeance ». Or il n’y eut jamais de cinquième colonne ou de complot contre le secrétaire général. Les véritables opposants avaient tous été éliminés dès les années 1920. Le Commissariat du peuple aux Affaires intérieures (NKVD) se voyait assigner des quotas de traîtres et de saboteurs à débusquer dans chaque région, dans chaque district, et la méthode consistait à fabriquer de toutes pièces de faux complots, à torturer les premières victimes pour qu’elles donnent les noms de nouvelles proies à cueillir. La mort de J. Staline – les derniers travaux d’historiens n’ont pas pu confirmer l’hypothèse d’un assassinat – a opportunément empêché une nouvelle purge majeure contre les juifs et les médecins – accusés de prendre part à un complot des « blouses blanches ».

La conduite de la Grande Guerre patriotique est entachée des mêmes aberrations, et le généralissime a dû masquer son incompétence et ses erreurs en accusant ses généraux. Persuadé qu’il parviendrait à amadouer l’Allemagne par le pacte de non-agression, il ne crut pas aux rapports de ses services qui lui prédisaient l’invasion imminente : il fut totalement dépassé par les événements et incapable de réagir durant les premiers jours de l’opération Barbarossa. Heureusement, ses collaborateurs – ceux qu’il n’avait pas fait massacrer au cours des années précédentes – le poussèrent à se ressaisir afin qu’il mobilise la nation : l’Union soviétique était au bord de l’anéantissement.
Les autres notes de lecture
Sauvons le Progrès
Physicien nucléaire – il dirige un laboratoire au sein du Commissariat à l’énergie...
Realpolitik: A History
Au fil des événements et des périodes historiques, le mot « realpolitik » a...
Éloge du compromis
Éloge du compromis est un titre séduisant par les temps qui courent....
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Repenser l’économie.
Les lauréats du Prix du meilleur jeune économiste, décerné par Le Monde / Cercle...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Pour la prochaine gauche
En publiant Pour la prochaine gauche, Michel Wieviorka poursuivait un objectif affiché :...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...