Publications
Note de lecture

La Globalisation. Une sociologie

Yannick Prost / Été 2010

Saskia Sassen Paris, Gallimard, 2009, 341 p.

Saskia Sassen est célèbre pour ses analyses des phénomènes globaux, tellement lues et commentées que cet ouvrage apparaît davantage comme la synthèse de ses travaux – sur les migrations, les villes « globales », la mondialisation financière – et un état des lieux de la question que comme un ouvrage novateur. Par ailleurs, livre relativement court au regard du sujet, demeure d’une certaine manière assez abstrait, désincarné, et les exemples illustratifs auraient été les bienvenus.
S. Sassen se préoccupe de clarifier la nature de la globalité, tant politique qu’économique ; car finalement, affirme-t-elle, peu d’aspects de la situation actuelle échappent à une réalité nationale essentielle. Malgré la diffusion d’informations semblables à travers la planète et la possibilité de raccourcir le temps et l’espace grâce aux technologies de l’information et de la communication, il n’y a eu ni globalisation des luttes politiques, ni dispersion des centres de décision et d’impulsion. Au contraire, l’émiettement des unités de production a entraîné un renforcement des centres. Plus les fonctions de direction sont complexes, plus une main d’œuvre, toujours plus experte et qualifiée, est nécessaire et entraîne des besoins d’économie d’échelle, et donc une concentration de ces ressources rares au même endroit. Une vingtaine de villes « globales » bénéficient de ce phénomène de concentration, nous retrouvons ici le concept de « métropolisation » développé dans les années 1990 en géographie (on regrette que l’auteur, caractéristique dans l’ensemble d’une approche très anglo-saxonne, n’ait pas cité les travaux de Pierre Veltz[1]). Par ailleurs, toute une série de fonctions de services sont sous-traités et externalisés dans les zones périphériques. Mais loin d’être insérées dans un réseau extranational et en quelque sorte hors sol vis-à-vis de l’implantation géographique, ces villes reflètent les caractéristiques de leur milieu d’émergence. Ainsi, elles ont contribué à imposer le système technique, normatif et conceptuel de l’Atlantique du Nord. Par ailleurs, le pouvoir financier demeure concentré dans cette région du monde, car « à l’exception de quelques records absolus en capitaux aux Japon et des achats de dollars américains par la Chine, ces régions font l’effet de nains en comparaison du système nord-atlantique » (p. 65).
La globalisation a consolidé la place de ces villes en aspirant deux types de population migrante : les personnes très qualifiées et les membres des classes sociales modestes. Les premiers bénéficient d’une grande latitude pour se mouvoir à travers le réseau mondial des villes globales, renforçant les liens entre elles. La seconde catégorie suit des chemins plus contraints pour travailler dans l’environnement de services qui entoure ces centres globaux de direction. Ces deux types façonnent des espaces urbains nouveaux, mais c’est sans doute le second, numériquement bien plus important, qui forme un nouvel espace politique caractérisé par le phénomène diasporique et les revendications de type communautaire ou ethnique. La deuxième catégorie, n’est pas cosmopolite, mais plutôt « dénationalisée », s’enracinant en fait dans un double environnement local.

L’État voit-il son autorité s’amenuiser ? Le rôle des institutions multilatérales n’est pas vraiment exploré, mais l’auteur s’arrête judicieusement sur la constitution des réseaux d’experts et de décideurs des administrations nationales, qui ont développé une intense collaboration pour résoudre les problèmes entraînés par les flux transnationaux. Si l’univers de ces administrations devient global, leur chaîne hiérarchique demeure essentiellement nationale. Mais cette production de normes connaît un début de globalisation pure par mise en place de cours d’arbitrage, d’organismes et d’accords complètement dénationalisés tout en ne formant véritablement de nouvelles organisations interétatiques. Pourtant, dans l’ensemble, les autorités étatiques ont vu leur importance se renforcer pour gérer une globalisation économique et financière toujours plus complexe. Il n’existe pas de réseau, financier ou numérique, qui soit totalement hors sol et échappe aux contraintes territoriales, et donc à la loi d’un État. La coordination entre les services des États s’est nettement améliorée pour trouver des solutions à l’indépendance (Internet) ou à la dérive (finance) de certains acteurs de la globalisation.




[1]. Pierre Veltz, Mondialisation, villes, territoires : l’économie d’archipel, Paris, PUF, coll. « Quadriges », 2007.


Les autres notes de lecture
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Repenser l’économie.
Les lauréats du Prix du meilleur jeune économiste, décerné par Le Monde / Cercle...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Pour la prochaine gauche
En publiant Pour la prochaine gauche, Michel Wieviorka poursuivait un objectif affiché :...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...