Publications
Note de lecture

Mémoires

Alexandre Tuaillon / Printemps 2011

Tony Blair Albin Michel, 2010, 802 p.

Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années passées à la tête du gouvernement britannique. Mettant fin à la domination conservatrice Thatcher-Major de dix-huit années, l’inventeur du concept de « New Labour » a tenu à délivrer « sa part de vérité ». Un exercice indispensable, tant l’image d’Anthony Charles Lynton Blair au moment où il quitte le pouvoir le 27 juin 2007 est en contraste avec celle du jeune leader audacieux et talentueux s’installant au 10 Downing Street un soir de mai 1997. C’est sous les huées des opposants à la guerre d’Irak qu’il quitte ses fonctions, laissant la place à son rival de toujours, Gordon Brown.
Blair revient sur les réformes de fond qu’il a menées avec plus ou moins de difficultés dans son pays : santé publique, droits d’inscription à l’université, politique de sécurité intérieure. L’essentiel de l’ouvrage est évidemment consacré à l’action gouvernementale sur le plan national. Les relations fluctuantes avec les syndicats, la réforme et le redéploiement des services publics britanniques après des années de libéralisme thatchérien. Blair s’inscrit dans le « collectif », chaque collaborateur, chaque élu du Parlement a le droit à sa petite citation, faisant du livre un véritable « Who’s Who » de la vie politique britannique de la période. Les éloges sont nombreux, tous les personnages rencontrés ont été « formidables », « exceptionnels », « injustement calomniés ». Les « médiocres » n’ont, semble-t-il, jamais croisé la route de l’ancien Premier ministre.
Mais ce qui semble occuper le plus son quotidien, c’est bien sa lutte permanente avec Gordon Brown. Avec près de 200 références dans le livre, Brown revient en moyenne toutes les quatre pages. Blair lui reconnaît l’intelligence et la maîtrise parfaite des enjeux économiques. Mais il souligne le caractère néfaste du personnage, qui s’appuie tantôt sur des médias amis, tantôt sur de fidèles parlementaires pour tenter de bloquer, de contrer, de ralentir l’action du gouvernement auquel il appartient mais qu’il ne dirige pas. Le Chancelier de l’Échiquier n’acceptera une trêve qu’après un dîner en tête-à-tête avec son « ennemi de l’intérieur », au cours duquel ils décident ensemble de la stratégie de passation de pouvoir. Mais très rapidement, les « circonstances » et les élections qui approchent incitent Blair à se raviser : Brown ne peut pas faire gagner les travaillistes. Le pacte implose et Blair décide – contre son gré, mais pour la nation – de rester à sa place. La guerre d’usure est lancée, les rivalités se feront moins sourdes. En juin 2007, Brown finira enfin par obtenir ce qu’il convoite depuis si longtemps, mais son succès sera de courte durée.
Sur le plan interne et international, Blair commençait plutôt bien. La paix arrachée en Irlande du Nord, après des décennies de violences, aurait pu lui garantir une place aux côtés des plus grands Premiers ministres de l’histoire britannique. Mais, curieusement, il s’attarde assez peu sur cette victoire, se contentant de raconter la marche vers ce moment historique par le petit bout de la lorgnette (il faisait chaud, on mangeait peu, c’était dur). Les étudiants en science politique devront chercher d’autres sources d’information pour étayer leurs thèses sur le processus de paix en Irlande du Nord !
Évidemment, après le 11-septembre et davantage que l’Afghanistan, c’est l’Irak qui occupe le plus Tony Blair. Bien sûr, il pleure les morts d’Irak, et les droits de son livre iront à une association de victimes du conflit. Mais au fond, il ne regrette rien. Ceux qui lui reprochent d’avoir foncé tête baissée dans ce conflit ne comprennent rien, ils n’avaient pas les bonnes informations, ils sous-estimaient grandement les risques que Saddam Hussein faisait peser sur le monde, ils n’ont aucune humanité envers les milliers de victimes du bourreau de Bagdad. Si Blair ne nie pas que la situation irakienne après l’intervention américano-britannnique n’est pas meilleure, il tient à rappeler qu’elle a permis de débarrasser le monde d’un dictateur et que là est l’essentiel. L’argument demeure un peu faible, et l’on devine que l’heure n’est pas à la repentance pour l’auteur.
Les attentats de New York, de Londres, les conflits en Irak et en Afghanistan sont autant d’occasions pour Blair de chanter les louanges de son « ami » George W. Bush, un homme brillant et courageux, injustement brocardé. Jacques Chirac figure également en bonne place. Si Blair ne lui pardonne pas la position de la France sur le conflit irakien, il lui reconnaît une stature incontestable de chef d’État, et une vraie capacité de conviction.
L’Europe n’est en tant que telle pas traitée dans un chapitre particulier. Abordée aux détours de réformes intérieures ou d’enjeux électoraux, Blair ne s’y attarde pas. Se déclarant « résolument européen », il luttera pour que son parti ne tourne pas le dos à la construction européenne. Expliquant l’euroscepticisme bien ancré au sein de la société britannique, la réponse de Blair se veut simple même s’il accepte d’en reconnaître l’absurdité : « notre problème avec l’Europe c’est que nous ne l’avions pas inventée, du moins n’en étions-nous pas les membres fondateurs » (p. 604). Si Blair rappelle volontiers son rôle actif dans le processus de Lisbonne et dans la création de l’euro, il ne cache pas que le refus de prendre part à la monnaie unique relevait à la fois tant de circonstances intérieures que du flou autour du projet économique de l’Europe.
S’il est un dossier sur lequel le futur représentant du Quartet ne s’appesantit pas, c’est bien le conflit israélo-palestinien. Dans l’euphorie de son début de mandat, Blair laisse supposer qu’il pourra s’appuyer sur son expérience nord-irlandaise pour agir au Moyen-Orient. Mais avec l’expérience du pouvoir, il finit par penser à autre chose. Évoquant la guerre israélo-libanaise, Blair s’arrête quelques instants sur le conflit israélo-palestinien pour en arriver à la conclusion que « si la situation en Israël et en Palestine est un puissant ferment de frictions et de conflits, la cause est à trouver dans les divergences religieuses » (p. 677). Et de proposer une méthode usée jusqu’à la corde pour résoudre le conflit israélo-palestinien : faire un usage mixte entre le hard power et le soft power, et de renvoyer la responsabilité première à la « lutte plus profonde, plus large qui affectait le Moyen-Orient et l’islam dans leur ensemble » (p. 679).

Les autres notes de lecture
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Repenser l’économie.
Les lauréats du Prix du meilleur jeune économiste, décerné par Le Monde / Cercle...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Pour la prochaine gauche
En publiant Pour la prochaine gauche, Michel Wieviorka poursuivait un objectif affiché :...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...