Publications
Note de lecture

Katrina, 2005. L’ouragan, l’État et les pauvres aux États-Unis

Yves Gounin, Haut fonctionnaire

Romain Huret Ehess, Paris, 2010, 234 p.

À la fin du mois d’août 2005, l’ouragan Katrina a causé la mort de plus de 1800 personnes et la disparition de 700 autres. C’est moins la violence du cyclone que la lenteur des secours et l’indifférence des autorités publiques à l’égard des plus démunis qui ont profondément choqué l’opinion publique. Comme le 11-septembre quatre ans plus tôt, la première puissance mondiale découvrait qu’elle était vulnérable et qu’elle recelait des poches de pauvreté qu’elle avait jusqu’alors préféré ignorer.

Romain Huret aurait pu se borner à raconter le « fait divers » Katrina. Il le fait d’ailleurs fort bien, évitant le double piège du sensationnalisme victimaire et de la dénonciation accusatrice. Son récit nous fait comprendre la rationalité bureaucratique de la FEMA, l’agence fédérale chargée des secours, dont les retards et le manque d’empathie furent légitimement stigmatisés. Son analyse fait froid dans le dos : il n’y a eu ni raté organisationnel ni insuffisance logistique mais un choix rationnel et assumé faisant primer la sécurisation de la zone sur l’aide aux populations sinistrées. Cette priorité, initiée dans les années Reagan, s’était accentuée depuis le 11-septembre et son rattachement au nouveau Department for Homeland Security. Elle explique l’inertie de l’agence et son invisibilité alors qu’elle était le plus impatiemment attendue dans les rues inondées de La Nouvelle-Orléans. Les plus visibles furent les militaires qui, dans une grande majorité, revenaient d’Irak et tenaient les civils en suspicion.

Romain Huret utilise ce « fait divers » pour remettre en perspective l’histoire sociale des États-Unis depuis un siècle. L’ouragan Katrina est un révélateur des limites de l’État contractuel (contract state) mis en place par Ronald Reagan et consacré par George W. Bush. Le rôle de cet État contractuel n’est pas de dispenser des services, mais de faire en sorte qu’ils soient dispensés en sous-traitant ses missions, même régaliennes, à des entreprises privées. Cette contractualisation a montré ses limites. L’invisibilité de l’État, à l’instant où le besoin de protection était le plus grand, est apparue comme une trahison propre à nourrir toutes les rumeurs (les digues auraient été détruites volontairement), toutes les paranoïas (« George Bush n’aime pas les Noirs »).

Durant le xxe siècle, deux ouragans avaient frappé La Nouvelle-Orléans avec une force aussi grande, mais avaient provoqué une réaction des autorités publiques autrement plus efficaces. En 1927, Herbert Hoover, alors ministre du Commerce, organise les secours avec une efficacité qui lui vaudra d’être élu à la Maison blanche l’année suivante et d’y prôner un modèle d’État associatif que développera quelques années plus tard Franklin D. Roosevelt et son New Deal. En 1965, le passage de l’ouragan Betsy coïncide avec l’apogée de l’interventionnisme politique de l’État providence prôné par Lyndon Johnson.

À la différence de ses cousines européennes, l’opinion publique américaine se caractérise par une réticence envers l’intervention pérenne de l’État et lui préfère l’intervention ponctuelle en faveur des victimes. Ce statut de victimes, qui aurait pu attirer la compassion de leurs concitoyens, a été précisément dénié aux « réfugiés » afro-américains de La Nouvelle-Orléans. On leur a reproché de ne pas avoir quitté la ville – alors que les classes moyennes blanches, elles, avaient eu la prescience de le faire. On sous-estimait leur absence de mobilité. Rares étaient ceux qui avaient une famille ou des amis hors de la ville pour les héberger. La plupart vivaient de petits boulots, plus ou moins licites, qu’ils auraient perdus s’ils avaient quitté la ville. Rester, pour eux, était un choix rationnel, pas un signe d’inconséquence.

C’est cette underclass que Katrina a propulsé sur l’avant de la scène, révélant le hiatus entre son besoin d’État et la lenteur des secours, et provoquant une prise de conscience cathartique de la profondeur des clivages sociaux.
Les autres notes de lecture
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Repenser l’économie.
Les lauréats du Prix du meilleur jeune économiste, décerné par Le Monde / Cercle...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Pour la prochaine gauche
En publiant Pour la prochaine gauche, Michel Wieviorka poursuivait un objectif affiché :...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...