Publications
Note de lecture

Être arabe aujourd’hui

Akram Belkaid Carnets Nord

Il y a quelques années, Akram Belkaïd avait publié un remarquable ouvrage intitulé Un regard calme sur l’Algérie (Seuil, 2005). Le regard de l’auteur y était en effet calme et lucide, mais nullement dépassionné. Derrière l’examen clinique du pouvoir, de la société et du mal-être algériens, au-delà des réflexions judicieuses sur la décennie noire qui a suivi le coup d’État du 11 janvier 1992, on sentait poindre une profonde indignation, une volonté de poursuivre la lutte et de ne pas céder à la résignation face aux structures mafieuses, à la régression sociale et à une économie gangrenée par la corruption. On sentait qu’A. Belkaïd, malgré la souffrance de l’exil, avait choisi le pessimisme actif et conservé une lueur d’espérance.
Il avait déjà compris que la seule voie honorable pour un intellectuel arabe d’aujourd’hui était aussi la plus inconfortable qui soit, puisqu’il s’agit de lutter simultanément sur deux fronts : contre les pouvoirs en place et contre l’alternative islamiste, sans faire de concessions aux premiers pour combattre les deuxièmes, sans jamais s’appuyer ni sur les uns ni sur les autres.
Dans Être arabe aujourd’hui, on retrouve un A. Belkaïd se réjouissant d’avoir vu les peuples arabes relever enfin la tête et contribuer ainsi à se donner une image positive et à défaire les stéréotypes. Ce qui n’empêche pas l’auteur de porter un regard très nuancé sur la situation actuelle, dont il saisit la difficulté.
L’ouvrage s’ouvre par un hommage à l’intellectuel libanais Samir Kassir, assassiné en 2005 après avoir posé un juste diagnostic sur le malheur arabe, et plaidé pour un printemps des peuples de la région. A. Belkaïd en vient vite aux soulèvements de 2011 et balaie l’appellation paresseuse de révolution du jasmin, préférant parler de révolutions pour la dignité après des décennies d’humiliation. Il revient ensuite sur les raisons profondes de ces révolutions, évoquant la colère contre les kleptocrates, les successions dynastiques et les joumloukiyyas (monarchies républicaines), mais aussi les évolutions démographiques, le rôle de Wikileaks, d’Al-Jazira et des nouveaux médias, et bien sûr l’universalité de l’aspiration démocratique.
Sa connaissance profonde des enjeux économiques lui permet de voir les problèmes structurels sous-jacents qui ont accéléré l’effondrement des régimes : les économies de rente, la faillite des Dubaï Boys (équivalents arabes des Chicago Boys friedmaniens) et l’échec de leurs recettes néolibérales, qui continuent toutefois d’avoir la faveur des islamistes.
La perspicacité de l’auteur apparaît encore plus nettement dans son analyse du rôle de l’islamisme en cette période de transition. Écrivant avant les poussées islamistes aux élections tunisiennes et égyptiennes, A. Belkaïd pointait l’erreur qui consistait à croire que nous étions entrés dans une phase post-islamiste. Il soulignait : « Tergiverser ou louvoyer avec l’islamisme en croyant qu’il finira pas disparaître de sa belle mort politique et idéologique au profit d’une démocratie apaisée et sécularisée risque d’apporter de cruelles désillusions. En réalité, comme me l’a dit un soufi irakien, ‘rien ne se fera en dehors de l’islam’. Que l’on me comprenne bien, il ne s’agit nullement d’un slogan islamiste mais, à l’inverse, l’expression de la conviction qu’il faudra tôt ou tard, pour qu’une démocratie juste s’installe et perdure, que les musulmans acceptent de s’investir dans une nouvelle exégèse des textes coraniques par le biais d’une renaissance de la pensée islamique » (p. 147). Pour A. Belkaïd, il n’est point de salut sans exégèse, tant il est vrai que la menace djihadiste perdure et que le wahhabisme est l’« ennemi du printemps arabe » (p. 136).
Il évoque aussi le rôle clé des femmes arabes et la nécessité d’avoir envers l’occident une attitude décomplexée, de prendre sans hésiter ce qu’il a de mieux à offrir sans pour autant se faire d’illusions quant à la realpolitik. Il termine en citant Primo Lévi et sa mise en garde contre les chefs charismatiques, incitant à se méfier des hommes providentiels. « Un seul héros, le peuple » : c’est en partie pour avoir oublié ce slogan algérien des années 1960 que le monde arabe a subi pendant cinq décennies le joug des dictateurs.
Les autres notes de lecture
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Repenser l’économie.
Les lauréats du Prix du meilleur jeune économiste, décerné par Le Monde / Cercle...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Pour la prochaine gauche
En publiant Pour la prochaine gauche, Michel Wieviorka poursuivait un objectif affiché :...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...