Publications
Note de lecture

Penser l’après-crise. Tout est à reconstruire

Augustin Roch – IRIS / Automne 2009

Jean-Pierre Pagé Paris, Autrement, janvier 2009, 130 p.

couv-2009-08-018.jpg  Il est toujours difficile de se lancer dans une analyse critique de la crise actuelle tout en restant force de proposition afin de réformer le modèle politique et économique régissant le capitalisme. C’est pourtant ce qu’essaie de faire, parfois de manière intéressante, l’économiste Jean-Pierre Pagé. L’objet de son livre est ainsi de « montrer que le monde affronte une crise de caractère systémique – et non plus seulement conjoncturel – qui en altère profondément le fonctionnement, et que l’exploration de voies nouvelles de développement est désormais indispensable » (p. 11).


 


J.-P. Pagé dénonce, dans le premier chapitre, l’imposture néolibérale, obnubilée par la libéralisation des marchés. Par la remise en cause du keynésianisme des Trente Glorieuses, facteur de développement économique raisonné, elle a engendré un capitalisme financier, perturbateur des équilibres politiques et socio-économiques antérieurs. L’auteur décrit assez bien l’émergence de la thèse libérale, devenue pensée unique vénérant le marché comme solution aux problèmes alors qu’elle « paralyse les esprits et neutralise les imaginations » (p. 11). La désillusion est généralisée, induisant un protectionnisme latent et un retour du nationalisme à travers le monde. Le chapitre 3, consacré au dévoiement des institutions financières internationales, est particulièrement instructif, notamment sur les politiques dogmatiques de transition vers le capitalisme, menées par le FMI et la Banque mondiale en ex-URSS.


 


Dans le deuxième chapitre, J.-P. Pagé rappelle la lente dérive du capitalisme en faisant un parallèle avec les thèses de Karl Polanyi, celui-ci ayant montré que l’incapacité du capitalisme à s’autoréguler, dans les années 1930, avait favorisé le développement du fascisme en Europe. Pour J.-P. Pagé, nous devrions revenir à un capitalisme faisant le compromis entre la recherche du profit et le nécessaire besoin d’équilibre social. Un retour au mode de régulation des Trente Glorieuses est ainsi indispensable car le capitalisme, sans garde-fous, court à sa perte. L’auteur fait ici sienne la thèse d’Immanuel Wallerstein.


 


Les différentes formes de capitalisme (nordique, rhénan, anglo-saxon) sont présentées et analysées dans le chapitre 4, notamment la comparaison entre efficacités économique et sociale. Loin de faire l’apologie de tel ou tel modèle, l’auteur avance que les réformes, sous-entendu les réformes libérales visant à « améliorer » les modèles d’Europe continentale, sont un leitmotiv purement politique alors que leur contenu libéral est un échec.


 


J.-P. Pagé s’attache alors, dans les trois chapitres suivants, à proposer des solutions afin de « recréer un projet sociétal pour le monde » (p. 84). Les différents défis qui nous attendent ne trouveront pas la solution dans le marché mais bien dans la politique. L’objectif est de reconstruire les fondements d’un fonctionnement équitable de la société, via une redéfinition du rôle de l’État, notamment. L’auteur reprend aussi l’idée de K. Polanyi selon laquelle le libéralisme discrédite la démocratie, à travers l’augmentation des inégalités. Là aussi, il existe un besoin de se réinventer pour renforcer la démocratie.


 


Un « nouveau monde » plus solidaire doit donc émerger, non pas issu des réformes, palliatif bien commode mais inefficace, mais via une refondation du capitalisme. Le consumérisme destructeur doit être corrigé, les échanges réorganisés afin de limiter une concurrence devenue malsaine car source de paupérisation. L’auteur avance que l’Europe a un rôle à jouer du fait de sa capacité à intégrer politique et économie, même si des améliorations sont nécessaires. De même, une alliance avec la Russie est envisageable comme pilier du nouveau monde.


 


Toutefois, ces dernières propositions souffrent, à l’image de certaines parties du livre, d’un manque de réalisme, voire d’une certaine naïveté. Le « rapprochement de ces deux ensembles [Europe et Russie], dans le respect mutuel et l’addition de leurs différences » (p. 118) cache une vision très européano-centrée de J.-P. Pagé, qui ne colle pas spécialement avec les desiderata des pays émergents. En effet, ceux-ci, à l’inverse de l’auteur, ne voient pas la mondialisation comme un phénomène purement négatif, mais comme source de développement, ce que rappelle C. De Boissieu dans la préface du livre. De même, l’analyse de l’auteur, bien que dense, mériterait parfois plus d’explications et moins de critiques unilatérales ou d’envolées incantatoires.


 

Les autres notes de lecture
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Repenser l’économie.
Les lauréats du Prix du meilleur jeune économiste, décerné par Le Monde / Cercle...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Pour la prochaine gauche
En publiant Pour la prochaine gauche, Michel Wieviorka poursuivait un objectif affiché :...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...