Publications
Note de lecture

Les menaces biologiques. Biosécurité et responsabilité des scientifiques

Fleur Gorre - IPRIS-IRIS / Printemps 2009

Henri Korn, Patrick Berche, Patrice Binder Paris, PUF, 2008, 166 p.

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Cette citation de François Rabelais prend tout son sens à l’aube des avancées scientifiques et des enjeux en termes de biosécurité qui en découle. À une époque dominée par la globalisation des moyens d’information et de communication, l’accès aux techniques scientifiques couplé aux progrès récents de la science augmentent le risque de dissémination d’armes biologiques.

Cet ouvrage a pour ambition d’informer et d’alerter les autorités mais aussi la communauté scientifique sur l’usage dual pouvant être fait des progrès accomplis en biologie. À ce titre, le Livre blanc de la Défense, publié le 17 juin 2008, accorde une place centrale au terrorisme biologique et chimique en le situant au cœur des préoccupations en termes de sécurité intérieure.

Ce problème peu ou mal connu n’est néanmoins pas nouveau. La première utilisation d’agents pathogènes d’origine biologique date de 1347. La description des caractéristiques des armes biologiques nous éclaire sur la nature des problèmes que leur dissémination peut poser. En effet, parce que fabricable artisanalement, elles sont facilement réalisables ; elles utilisent des agents pathogènes naturels ; elles ne font pas appel à des connaissances avancées ; elles ne requièrent pas nécessairement d’infrastructures industrielles complexes et elles sont faciles à distribuer, et à moindre coût. Elles possèdent une charge psychologique lourde et suscitent la peur au sein des populations. Nous sommes alors tenter de croire qu’elles sont une arme de prédilection pour les groupes terroristes, d’autant plus qu’il est difficile d’identifier l’agresseur en cas d’utilisation. Or, leur emploi à des fins stratégiques nécessite des processus complexes de militarisation réalisables qu’à l’échelle étatique. De plus, le passé nous enseigne que leur utilisation est imprévisible et que la propagation et le devenir des agents infectieux reste incontrôlable.

Au-delà des nombreuses recommandations, cet ouvrage met en lumière les besoins urgents de règles internationales pour encadrer certaines recherches duales dont des applications détournées sont à craindre. Malgré les volontés de la communauté internationale de légiférer l’interdiction des armes chimiques et biologiques, aucun accord ne possède de réel pouvoir coercitif.

La frontière entre recherches offensives et recherches défensives est floue, et il est difficile de faire la différence entre une pandémie d’origine naturelle ou criminelle. De plus la détection, le traitement et les études concernant ces pathologies sont similaires sur le plan militaire et dans le domaine de la santé publique. La priorité est donc d’identifier le point critique au-delà duquel le risque entraîné par l’usage d’un agent biologique devient plus important que ses avantages. Or l’amélioration des conditions de vie joueront toujours en faveur du développement de la recherche. De plus, la dérive des recherches, la publication de séquences complètes de génomes comme ce fut le cas de deux agents en 2001 et 2003 des bacilles de la peste et du charbon n’est pas acceptable. La communauté scientifique doit mettre en place un système garantissant la liberté de la recherche tout en ciblant les projets dont les résultats pourraient être utilisés de façon malveillante. Dans cette optique, plusieurs initiatives sont nées des efforts conjoints de la communauté internationale. Il est notamment recommandé de filtrer les recherches et leurs publications, de mettre en place un comité scientifique de surveillance pour la biosécurité ou encore d’instaurer un code de conduite aux hommes de science. Or, la longue liste de propositions d’action décrite dans cet ouvrage témoigne des lacunes existantes en matière de dispositifs à mettre en place pour lutter contre le développement de ces armes.

Le dialogue et les échanges d’informations entre les instituts de recherche et les pouvoirs publics à l’échelle nationale et internationale s’imposent. Mais c’est à la communauté scientifique que revient la responsabilité de surveillance et d’information. Les hommes de sciences ont le devoir moral d’éviter de contribuer au progrès du bioterrorisme. Néanmoins, tous ces efforts ne pourront aboutir sans une complète adhésion des États de la communauté internationale – États qui ne sont pas toujours enclins à abandonner leurs programmes de recherches scientifiques à des fins militaires pouvant leur garantir un avantage de puissance.

Les autres notes de lecture
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Repenser l’économie.
Les lauréats du Prix du meilleur jeune économiste, décerné par Le Monde / Cercle...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Pour la prochaine gauche
En publiant Pour la prochaine gauche, Michel Wieviorka poursuivait un objectif affiché :...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...