Publications
Note de lecture

Sauvons le Progrès

Note de lecture rédigée par François Pène, Étudiant en Géopolitique et Prospective à IRIS Sup'

Par Étienne Klein - Paris, L'aube, 2017, 77p.

Physicien nucléaire – il dirige un laboratoire au sein du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) –, Étienne Klein est un intellectuel complet : il s’est, entre autres, fait connaître du grand public par de nombreux livres de philosophie des sciences, ainsi qu’une émission hebdomadaire sur France Culture. Le présent ouvrage prend la forme d’une discussion avec Denis Lafay, journaliste et auteur.

Le Progrès est en crise. Tel est le postulat initial de ce court essai : voici le Progrès peu à peu remplacé dans le langage par son quasi-synonyme, l’innovation. Loin d’une simple querelle sémantique, l’auteur soutient une thèse beaucoup plus complexe, car défendre le Progrès reviendrait à défendre un ensemble de valeurs, une vision du monde moderne allant bien au-delà de l’innovation tant vénérée à l’heure de la « startup nation ».

Mais qu’est-ce que le Progrès ? Le terme semble daté, comme renvoyant à la période des Trente Glorieuses. Au-delà d’une simple dimension consumériste, le Progrès donne une perspective au présent en laissant entrevoir un futur meilleur et directement intégré à la marche de l’Histoire : en reniant le Progrès, c’est cette perspective qui s’effondre, et « le présentisme furieux dans lequel nous nous complaisons mutile notre capacité à nous projeter vers l’avant, en direction de notre horizon temporel » (p. 23). S’opposent alors deux visions : le Progrès s’appuyant sur le temps constructeur pour aller vers un avenir meilleur, et l’innovation, qui se contente de lutter contre le délitement présent. Cet antagonisme va de pair avec une défiance envers la science et une idée enracinée d’avoir atteint un niveau plateau dans l’avancé de monde : les grandes révolutions sont derrière nous, tandis que le caractère humaniste et universel du Progrès a paradoxalement échoué à s’étendre à l’ensemble de l’humanité, laissant de côté une majorité n’ayant pas accès à la modernité. Parle-t-on alors de « la généralisation des acquis technologiques et d’une distribution fondée sur une juste répartition [à l’ensemble des populations], ou [d’une] simple course en avant [technologique], sectorielle et confinée ? » (p. 30).

Obnubilés par les questions d’éthique et les dangers technologiques, nous avons perdu notre capacité à percevoir les bons côtés du Progrès : si hier encore, les accidents ou catastrophes industriels étaient considérés comme un risque intrinsèque à l’avancée du monde, ils sont aujourd’hui devenus des facteurs d’inhibition pure et simple. Pour autant, l’éthique et la sécurité collective ne doivent pas être laissées de côté : l’avancement des connaissances scientifiques n’apporte en lui-même pas de réponse à la question de savoir ce que nous pouvons et ce que nous devrions : « que voulons-nous faire socialement des savoirs et des pouvoirs que la science nous donne ? Les utiliser tous, par principe […], ou les choisir, faire du cas par cas ? » (p. 39).

Le Progrès, qui a pour vocation initiale de soutenir les communautés, semble apparaître dans les consciences comme un facteur d’assujettissement, tant par l’évolution des mœurs vers un monde « tout-technologique » que par une dépendance croissante à des énergies non renouvelables dans un monde fini. Selon cette logique, le Progrès et la recherche se retrouvent eux-mêmes assujettis à « la double dictature de l’utilitarisme et du rendement » : « “combien ça coute ?” et “à quoi ça sert ?” » (p. 44). Les grandes découvertes scientifiques, celles-là mêmes sur lesquelles reposent la plupart de nos technologies, ne se sont pas réalisées à l’aune de ces représentations court-termistes.

L’évolution du rapport à la science et la remise en cause de sa légitimité s’inscrivent finalement dans l’ère dite de la « post-vérité », notamment caractérisée par la présidence de Donald Trump – rejetant en bloc le changement climatique –, et dans un contexte de défiance généralisée envers toute sorte d’expertise. L’étude de l’histoire des sciences prend alors son sens, permettant de différencier la connaissance de la simple croyance.

En définitive, Étienne Klein signe, avec Denis Lafay, un ouvrage à la fois court, efficace et d’une densité extrême. Si la vitesse d’enchaînement des questions soulevées peut parfois laisser le lecteur dans un sentiment d’incomplétude, l’essai philosophique n’a par essence pas tant vocation à apporter des réponses qu’à provoquer la réflexion. En cela, Sauvons le Progrès remplit sa mission.
Les autres notes de lecture
Staline
Il n’est pas évident de susciter un grand intérêt pour une énième...
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...