Publications
Note de lecture

Edward Saïd. Le roman de sa pensée

Note de lecture rédigée par Sophie Bessis, chercheuse associée à l'IRIS

Par Dominique Eddé - Paris, La fabrique Éditions, 2017, 240p.

Le lecteur qui a pour habitude de commencer un livre par sa table des matières sera d’emblée dérouté : l’ouvrage de Dominique Eddé n’en comporte pas. Seules quelques césures marquées par des chiffres romains aident à passer d’un thème à un autre, dans un désordre apparent qui ne saurait cacher la remarquable cohérence du propos. Car le récit que l’auteure fait de l’œuvre, intimement liée à sa vie, du personnage hors normes que fut le grand écrivain américano-palestinien défie tous les canons de la biographie. Sans rien céder à la rigueur de l’analyse, en mobilisant une somme considérable de connaissances, à la mesure de l’étendue des savoirs d’Edward Saïd, elle retrace le parcours intellectuel et littéraire, politique et militant de ce dernier en une synthèse étonnante où se mêlent la proximité affective et la distance nécessaire à tout regard critique, le portrait personnel et l’analyse empathique mais sans complaisance d’une œuvre protéiforme, l’acuité de la lecture et l’intimité avec l’homme et sa trajectoire. Dans une construction serrée et savante, mais éloignée de tout académisme, la romancière et essayiste franco-libanaise réussit la performance de rendre à sa complexité un penseur érigé en icône du combat contre l’impérialisme culturel occidental après la parution – en français en 1980 – de son célèbre essai, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident.

Allant de l’un à l’autre des nombreux ouvrages d’Edward Saïd, l’auteure nous fait entrer avec finesse dans ce laboratoire de convictions, d’assurances, de doutes, de contradictions, qui a fabriqué une pensée trop souvent réduite à une critique de l’Occident et à une défense passionnée de la cause palestinienne, alors que les principes qui la fondent l’ont sauvée des dérives dans lesquelles ont sombré beaucoup de ceux qui se réclament de son héritage. Car ce pourfendeur lucide et sans concessions de la colonisation israélienne ne s’est jamais enfermé dans un carcan nationaliste et n’a cessé d’avoir l’universel pour boussole. C’est pourquoi, rappelle Dominique Eddé, il avait en horreur l’antisémitisme et a recherché les voies d’une paix possible, c’est-à-dire fondée sur la justice, entre deux peuples à qui la géographie n’offre pas d’autre solution que la cohabitation.

Dans son travail universitaire – mais ce terme semble trop étroit tant il en a dépassé le cadre –, cet intraitable procureur des matrices intellectuelle et littéraire de l’entreprise coloniale n’a cessé de vivre dans l’intimité de leurs auteurs, dont son presque jumeau le romancier anglo-polonais Joseph Conrad auquel il a consacré sa thèse, ce « compagnon secret » lui aussi produit de deux univers culturels difficiles à faire vivre ensemble. Les pages que Dominique Eddé consacre à la relation Saïd-Conrad, comme celles où elle scrute l’ambivalence de son rapport aux œuvres d’Albert Camus et de George Orwell, ou ses incursions dans le passé familial de l’enfant grandi entre Jérusalem et Le Caire et parti dès l’adolescence étudier aux États-Unis, ne sont pas seulement de l’ordre de l’information : elles disent ce qui fit Edward Saïd. Sans jamais disparaître, puisqu’elle est la plus connue du personnage, l’image de l’intellectuel à l’autorité impérieuse fait place à un homme à la pensée mobile et tourmentée, déchirée entre l’Orient de son appartenance et l’Occident de sa culture, ces deux pôles peut-être « irréconciliables » résumés jusque dans son nom, Edward Saïd, souvent Saïd contre Edward.

Cette polyphonie – au sens musical du terme – d’un auteur qui a exploré tant de disciplines, dont le premier ouvrage se nomme Beginnings et l’un des derniers Out of place, est illustrée par la dernière partie de ce « roman de la pensée » consacrée au rapport d’Edward Saïd à la musique et à son amitié avec le grand chef d’orchestre israélo-argentin Daniel Barenboim. Amitié qui fait comprendre à l’un et l’autre la lourdeur de l’histoire et la part de tragédie qui forgent pour chacun le rapport au monde et à l’altérité. Le sentiment occupe en effet une large place dans cet ouvrage, décliné sous toutes les formes de l’amour, des gens, d’une phrase, d’un son ou d’un paysage. Là réside peut-être sa plus grande originalité. À l’aide d’une forme totalement inédite et libérée de toute contrainte, Dominique Eddé pulvérise les frontières imposées par la séparation étanche entre les genres littéraires et use de toutes les ressources que lui fournit la parfaite maîtrise de son écriture pour rendre Edward Saïd à son humanité.
Les autres notes de lecture
Sauvons le Progrès
Physicien nucléaire – il dirige un laboratoire au sein du Commissariat à l’énergie...
Staline
Il n’est pas évident de susciter un grand intérêt pour une énième...
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...