Publications
Note de lecture

Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe)

Stéphane Audoin-Rouzeau Paris, Le Seuil, coll. « Les livres du nouveau monde », 2008, 330 p.

Historien de la Grande Guerre, Stéphane Audoin-Rouzeau s’est attaché, avec ce travail, à poser les premiers jalons de recherches futures au sujet du « phénomène guerrier ». Ne se contentant plus d’aborder la Première Guerre mondiale, l’historien a non seulement étendu son champ d’étude au fait guerrier du xixe au xxie siècle, mais il a surtout cherché à interroger les silences qui entouraient, selon lui, l’analyse d’un tel phénomène social. Les silences en question pourraient se ramener à la mise en lumière du paradoxe qui accompagne le développement de la guerre totale au xxe siècle. Alors qu’on a assisté, à cette occasion, à une profusion d’écrits, sous forme de livres de témoignages issus, bien souvent, de soldats anonymes qui ont voulu rendre compte de leur expérience du combat, révélant, au passage, un besoin vital de dire et de décrire ce qu’ils ont vécu et éprouvé en tant que combattant ; alors que le cinéma et la littérature se sont également emparés d’un tel objet, Stéphane Audoin-Rouzeau remarque, en revanche, qu’on a assisté à un geste opposé dans le champ des sciences sociales. « Si des milliers de témoins ont pris la plume au xxe siècle, souvent pour la première et la dernière fois de leur vie », pour raconter une expérience centrale dans la vie de millions de personnes en Occident et dans le monde, en revanche, les chercheurs en sciences humaines et sociales ne se sont intéressés que de manière marginale à cette problématique, notamment ceux qui ont pourtant eu à porter les armes. Sociologue, anthropologue, historien, etc., ces acteurs des sciences sociales qui ont dû, à un moment de leur vie, s’éloigner de leur activité scientifique pour éprouver l’« activité guerrière » ont entretenu un rapport extrêmement complexe avec cet événement collectif qu’est la guerre.
Ce que cherche à penser l’auteur, ce n’est donc pas la guerre en général, ce n’est pas une analyse des relations entre États à travers le prisme de la guerre. Ce qui s’écrit sous la plume de S. Audoin-Rouzeau ne relève ni d’une histoire militaire ni d’une histoire diplomatique ni d’une nouvelle analyse polémologique construite sur le mode du grand discours globalisant, cela a déjà été fait ; non, ce qui l’intéresse, c’est principalement la question du manque d’intérêt des sciences sociales pour le fait guerrier lui-même, pour ce qui se joue au « ras du sol », au plus près des combats, dans la quotidienneté pourrait-on dire de la pratique guerrière, dans les manières de faire, les gestes, les représentations qui font le combat et le combattant. À cet égard, d’ailleurs, l’ouvrage n’entend pas fournir de résultats empiriques ou de conclusions définitifs quant à l’étude du phénomène guerrier, mais il s’attache surtout à proposer des pistes susceptibles d’être approfondies par d’autres. Seul, en effet, le dernier chapitre de l’ouvrage « Combat et physicalité : accéder aux corps ? », s’essaie à une ébauche d’étude du combat, le reste de l’étude se rapprochant davantage d’une analyse de type épistémologique ou réflexif sur la pratique de l’historien, sur la manière de se comporter face à un tel objet de recherche : la violence de guerre, l’expérience de combat. Comment le mettre à bonne distance ; comment traiter cet « objet détestable » sans en atténuer, dans le geste d’objectivation, les effets sociaux et humains ; comment éviter que le geste d’explication ne se transforme en excuse ; comment réussir à en faire « sinon un objet froid, du moins un sujet moins brûlant dont il serait permis de se saisir au même titre qu’une activité sociale comme une autre ».
Et l’historien de tenter de percer le mystère d’une question à laquelle les personnes concernées n’ont jamais vraiment répondu, ou bien de manière discrète : pourquoi, en somme, Norbert Elias, auquel l’auteur consacre de longues pages – notamment au sujet de son concept de « processus de civilisation » –, mais aussi Marcel Mauss, Pierre Renouvin, Marc Bloch, Edward Evans-Pritchard, etc., chacun dans leur champ disciplinaire, ont écarté, esquivé ou éludé cette expérience guerrière de leur travail scientifique ? Pourquoi un tel geste d’évitement, de refoulement, voire de déni, de ce phénomène, alors même qu’ils disposaient, plus que d’autres, d’outils pour tenter d’objectiver ce qu’ils avaient vécu et pratiqué ? Pourquoi est-ce que les sciences sociales se sont donc détournées de l’épreuve du combat et de l’attitude effective des soldats en tant de guerre.
En réfléchissant à ce que pourrait être une anthropologie historique de la guerre, S. Audoin-Rouzeau n’entend pas simplement faire œuvre d’historien en comblant des lacunes historiographiques ; le programme de recherche qu’il défend entend surtout reposer à nouveaux frais la question de la violence de guerre et ce qu’elle traduit de nos sociétés, notamment dans des sociétés occidentales qui semblent l’avoir évacué de leur horizon d’attente.
Les autres notes de lecture
Sauvons le Progrès
Physicien nucléaire – il dirige un laboratoire au sein du Commissariat à l’énergie...
Staline
Il n’est pas évident de susciter un grand intérêt pour une énième...
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...