Publications
Note de lecture

Le dé-développement économique de la Palestine

Note de lecture rédigée par Gérard Larose, Ingénieur-économiste

par Olivia Elias - Paris, Association France Palestine Solidarité, 2013, 95 p.

En mettant en œuvre le concept de dé-développement forgé par Sarah Roy et en se référant notamment aux travaux de la Banque mondiale et de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Olivia Elias démontre que « la paix par le progrès économique » proposée par les dirigeants israéliens est illusoire dans un contexte d’occupation-colonisation.

L’ouvrage débute par une présentation de l’environnement institutionnel mis en place des juin 1967 afin de subordonner l’économie palestinienne aux intérêts israéliens. « Les territoires palestiniens occupés [TPO] ont été transformés en un marché captif et leur économie en une économie satellite, pourvoyeuse de main-d’œuvre bon marché et spécialisée dans les services et les industries à faible valeur ajoutée ainsi que dans la sous-traitance » (p. 13). Les conséquences sont désastreuses : désindustrialisation, sous-investissement patent dans les infrastructures, concentration et déséquilibre des échanges avec Israël, incapacité chronique à créer des emplois. Les accords d’Oslo et le Protocole de Paris ne modifient pas fondamentalement la donne. Quatre dispositions du Protocole s’avèrent particulièrement néfastes : maintien de la plupart des tarifs douaniers israéliens, alignement de la taxe sur la valeur ajoutée sur le taux israélien, perception par les autorités israéliennes des recettes douanières pour le compte des Palestiniens et règle du consensus pour le fonctionnement des comités mixtes. En vertu de ces accords, Israël cesse formellement d’apparaître comme puissance occupante pour se présenter comme partie à un contrat avec l’Autorité palestinienne (AP). Cependant, en plus de n’exercer sa souveraineté que sur une portion réduite et de plus en plus morcelée des TPO, l’AP ne dispose pas des instruments essentiels de la politique économique. Son seul véritable pouvoir – limité par la règle du consensus – concerne les dépenses budgétaires. Il faut aussi tenir compte de la rétention périodique des recettes douanières et de la myriade de restrictions / obstacles imposés aux entreprises palestiniennes alors que les concurrents israéliens en sont exemptés. « Dans un contexte d’occupation militaire et de colonisation accélérée », les accords d’Oslo « ont fonctionné comme un étau qui a enserré et étouffé l’économie palestinienne » (p. 35).

Conjuguée aux destructions massives opérées lors de la seconde Intifada et lors des opérations punitives contre Gaza, soumise à blocus depuis 2006, à l’accaparement croissant des ressources et aux restrictions / obstacles à l’activité économique, la fragmentation territoriale des TPO renforce la dépendance à l’égard de l’aide internationale. De 2007 à 2012, celle-ci alimente une croissance superficielle, essentiellement fondée sur le développement du secteur public dont les effectifs, en forte hausse, sont pour moitié affectés à des tâches sécuritaires.

Le constat que dresse l’auteur au terme de ces vingt années est accablant : forte régression de l’industrie et de l’agriculture, exportations anormalement faibles par rapport au produit intérieur brut (PIB), notamment celles des biens à forte valeur ajoutée, prédominance des très petites entreprises cantonnées au marché domestique, déficits structurels des finances publiques et contrôle du commerce extérieur dans lequel Israël se taille artificiellement la part du lion. Le coût de l’occupation apparaît exorbitant pour l’économie palestinienne : 6,9 milliards de dollars en 2010, soit 85 % du PIB, largement plus avec les coûts fiscaux – les recettes fiscales qui seraient issues de la production supplémentaire possible sans occupation et celles qui sont perdues du fait de l’absence de contrôle palestinien sur le commerce extérieur et des obstacles à la circulation des marchandises permettraient au budget palestinien de se passer d’aide internationale. Dans des conditions normales, l’économie palestinienne pourrait donc fort bien fonctionner sans aide extérieure.

L’intitulé de la conclusion, « La souveraineté politique, préalable au développement », s’impose alors, pour autant qu’il s’agisse d’une souveraineté réelle, sur un territoire viable. Étant donnée l’importance des échanges avec Israël, l’Union européenne pourrait jouer un rôle majeur si elle poursuivait sur la voie tracée par les récentes lignes directrices en matière de financement de la recherche et développement. Quant à la France, il lui est demandé d’agir dans le même sens en mettant le respect du droit international au cœur de la résolution du « conflit ».
Les autres notes de lecture
Sauvons le Progrès
Physicien nucléaire – il dirige un laboratoire au sein du Commissariat à l’énergie...
Staline
Il n’est pas évident de susciter un grand intérêt pour une énième...
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...