ANALYSES

L’avion furtif X-2, future arme high-tech japonaise de dissuasion ?

Tribune
27 avril 2016
Le démonstrateur technologique X-2 japonais « Shinshin » - précédemment nommé ADT-X (Advanced technology demonstrator) - a effectué son premier vol le 22 avril. Ce biréacteur expérimental de 13 tonnes mesure 14,2 m de long et a une envergure de 9,1 m, soit des dimensions légèrement inférieures à celles du F-35, souligne Air & Cosmos. Il est majoritairement construit en fibre de carbone. L'X-2 est motorisé par deux XF5-1 d'IHI Corporation. « Le premier vol d'essai est un succès », a indiqué le groupe Mitsubishi Heavy Industries (MHI), qui conçoit l'appareil et qui le codéveloppe avec les services de l'Etat. Ube Industries a fourni les matériaux absorbant les ondes radar, NEC et Toshiba, le système de communication. Le développement a débuté en 2009 et quelques 220 entreprises japonaises sont impliquées dans ce programme mené par l'Agence d'acquisition, de technologies et de logistique du ministère de la Défense. Le budget cumulé avoisine désormais les 40 milliards de yens (320 millions d'euros au cours actuel).

Cet appareil, le premier engin furtif made in Japan est encore à l'état de prototype, mais il est destiné ultérieurement à équiper les « forces d'autodéfense aériennes » (FAD aérienne, l'armée de l'air japonaise). Il vise à venir compléter une flotte de 42 F-35 A d'origine américaine, commandée par la FAD aérienne japonaise à l'horizon 2025-2030, en remplaçant les actuels F-2, développés en partenariat avec les Etats-Unis. Seuls les Etats-Unis, la Russie et la Chine ont été communément reconnus pour avoir mis au point et testé avec succès des avions furtifs. Selon Popular Science, il est prévu que vers 2017-2018, la force aérienne chinoise aura son premier escadron de chasseur furtif opérationnel J-20, actuellement à l'essai.

À la lumière du pacifisme constitutionnel du Japon, la décision de Tokyo de créer un prototype furtif peut sembler étonnante. Pourtant, la création du X-2 peut être le signe que le Japon sait de quel côté le vent souffle, souligne à juste titre le Christian Science Monitor. En 2015, la FAD aérienne du Japon avait dû effectuer 571 décollages en urgence pour répondre aux incursions chinoises dans son espace aérien, une augmentation de 23 % sur l'année précédente (464 incursions). Le Japon est également préoccupé par l'augmentation de l'activité chinoise dans le Sud de la mer de Chine et en mer de Chine orientale. Le Japon, les États-Unis et d'autres pays asiatiques riverains sont préoccupés par la construction d'îles artificielles chinoises et l'activisme militaire de Pékin, y compris le déploiement de missiles en mer de Chine méridionale. Et le Japon doit aussi administrer son propre conflit territorial avec la Chine, sur les îles Senkaku / Diaoyu en mer de Chine orientale, qui fait monter de façon similaire les tensions entre les deux pays.

Au regard de ces multiples facteurs de tensions, la création japonaise du prototype X-2 pourrait correspondre à un processus de dissuasion vis-à-vis de la Chine, car ce prototype d'appareil de combat a été construit pour aider le Japon à tester comment créer un futur modèle de combat furtif. Tokyo avait essayé d'acheter des F-22 Raptors américains aux capacités furtives les plus avancées mais le Congrès américain a interdit l'exportation de la technologie du F-22. Or, la flotte actuelle de la force aérienne d'auto-défense du Japon comprend 190 avions de combat vieillissants F-15J. Dans ce contexte, le Japon estime qu'il doit impérativement moderniser sa force aérienne pour pouvoir être capable de contrer, à l'avenir, les menaces chinoises.
Le gouvernement japonais décidera au cours de l'année fiscale 2018 s'il développera son avion, en faisant uniquement appel aux industries locales ou avec l'aide de partenaires étrangers. Il pourrait être question de ventes à l'exportation, car le marché japonais est trop étroit pour absorber les coûts de production devenus prohibitifs.

L'échec tout récent du Japon concernant l'appel d'offres du renouvellement des sous-marins australiens, un marché colossal de 34 milliards de dollars, qui a été attribué mardi 26 avril à l'entreprise française DCNS, et sur lequel Tokyo avait fondé de grands espoirs à l'export, pourrait néanmoins stimuler les ambitions nippones et les reporter sur d'autres projets d'avenir comme le X-2.
Sur la même thématique