ANALYSES

Emmanuel Macron face au durcissement des négociations européennes

Interview
18 avril 2018
Le point de vue de Rémi Bourgeot


Le président français s’est exprimé hier pour la première fois devant les eurodéputés au Parlement européen à Strasbourg pour évoquer sa vision de la réforme de l’Union européenne, et en particulier de la zone euro. Or, l’absence de concession du nouveau gouvernement allemand crispe les ambitions de la France. La visite du président français à Berlin ce jeudi va peut-être permettre à ces deux pays de refonder leurs liens, importants pour l’avenir de l’UE. Le point de vue de Rémi Bourgeot, économiste et chercheur associé à l’IRIS.

Que doit-on retenir de la réforme sur l’Union européenne présentée par le président français ?

Le projet initial d’Emmanuel Macron pour la réforme de l’UE se concentre sur la zone euro, avec l’idée d’approfondir l’union monétaire par le biais de deux mécanismes : un renforcement de l’union bancaire et la création d’un budget spécifique pour la zone euro. Toutefois, ces négociations s’avèrent très difficiles, notamment avec Berlin, dont les réticences traditionnelles sur les sujets touchant à la solidarité financière et aux transferts entre pays membres sont renforcées par la crise politique.

À l’occasion de son discours devant le Parlement européen à Strasbourg, la question de la zone euro n’a dès lors pas été centrale, du fait de l’impasse sur cette question. Par souci d’insister sur la notion « d’Europe des peuples » et d’amorcer une négociation au sein de l’Union, le président français a davantage focalisé son discours sur des sujets jugés importants pour Berlin, en évoquant notamment la crise migratoire. Pour cela, Emmanuel Macron a affirmé l’idée d’une assistance financière accrue de la part de l’Union européenne au profit des collectivités territoriales qui accueillent des réfugiés. Il s’agissait notamment d’envoyer un signal à Berlin, en vue de son déplacement de jeudi, en ce qui concerne la solidarité dans la gestion de cette crise, mais également à certains pays de l’Union qui sont en première ligne de ce dossier, comme l’Italie ou la Grèce.

Le président a par ailleurs dû évoquer le sujet de l’intervention en Syrie face au scepticisme exprimé, à défaut de critiques frontales, par plusieurs des partenaires européens de la France. Par ailleurs, alors que l’Europe de la défense était au cœur de la réponse de l’Union au Brexit, les divergences dans les approches stratégiques, notamment au niveau franco-allemand, continuent à soulever un certain nombre de questions quant à son évolution.

Au niveau de la zone euro, quel est le projet de la France ? Quels sont les points de convergence avec l’Allemagne ?

Concernant le dossier de la zone euro, il existe un clivage difficilement dépassable au sein de l’Union, et qui précède les difficultés supplémentaires issues de la crise politique allemande. D’une part, la vision française qui consisterait à approfondir la zone de manière structurelle, et de l’autre, la vision allemande partagée avec la plupart des pays du nord de l’Europe, qui privilégient un durcissement des contrôles tout en restant dans tous les cas assez opposés à l’accroissement de la solidarité financière et surtout à toute idée de transfert systématique entre pays au sein de la zone, en particulier du Nord vers le Sud. Ces derniers jugent tout ce qui pourrait aller à terme dans le sens d’une « union des transferts » comme inacceptable pour les contribuables du nord de l’Europe.

Depuis l’élection du président Macron, la France plaçait d’importants espoirs dans cette réforme. Le gouvernement français, du fait de son engagement européen et de ses projets de réformes structurelles au niveau national, pensait jouir d’une crédibilité suffisante sur la scène européenne pour convaincre l’Allemagne de consentir à un certain nombre de concessions de fond. Il s’agissait de penser qu’Angela Merkel accepterait ces modifications après les élections allemandes du mois de septembre dernier. Toutefois, avec la montée de l’extrême droite (AfD), entraînant un affaiblissement marqué des partis de gouvernement, notamment du bloc conservateur (CDU-CSU) et des sociaux-démocrates (SPD), la crise politique a suspendu toute forme de négociation européenne sur la zone euro et même conduit à un durcissement marqué de la position allemande, sur la base de réserves déjà profondes. La contestation de l’implication de l’Allemagne au sein de la zone euro est en effet un des premiers objectifs de l’AfD, au même titre que l’immigration ; ce qui exerce une pression marquée sur les deux partis de coalition contre l’intégration européenne. Au-delà de l’aggravation de la situation et du durcissement de la position allemande au sein de la coalition, le blocage actuel est lié plus fondamentalement à des définitions différentes de l’union monétaire.

Cette forte réticence s’est notamment exprimée avec le rejet à peine masqué de la proposition française par Wolfgang Schäuble, alors qu’il était ministre des Finances, concernant la création d’un budget substantiel au sein de la zone euro. Il y avait opposé l’idée moins ambitieuse sur le fond, mais ambitieuse dans la forme consistant à transformer le Mécanisme européen de stabilité (MES) en un Fonds monétaire européen, qui pourrait également soutenir les pays membres en dehors des périodes de crise systémique. Aujourd’hui, même cette proposition de Wolfgang Schäuble a tendance à être jugée trop ambitieuse, notamment par le ministre des Finances allemand actuel, le social-démocrate Olaf Scholz.

Sur la question de l’union bancaire et de la mise au point d’une garantie commune des dépôts bancaires, le sujet ne peut être complètement écarté, mais toute avancée est repoussée au lendemain d’un véritable assainissement de la situation du secteur bancaire d’un certain nombre de pays, dont l’Italie en particulier. En plus de l’Allemagne, un certain nombre d’États du nord de l’Europe, emmenés par les Pays-Bas, affichent collectivement leur opposition au projet de la France visant au parachèvement de la zone euro. On constate réciproquement une forte déception en France du côté du gouvernement et de l’administration face à une situation européenne qui pourrait ternir l’image d’Emmanuel Macron comme réformateur de l’UE.

Face aux tentations autoritaires et populistes et avec l’émergence d’un scepticisme du côté allemand, la France est-elle en capacité de devenir le fer de lance d’une nouvelle Union européenne, davantage démocratique et soudée ?

En plus d’obtenir certaines concessions au moins symboliques sur certains dossiers liés à la zone euro, Emmanuel Macron aura probablement à cœur de lancer de nouvelles pistes de réforme et de coordination, comme il l’a fait sur la question de la taxation des GAFA ou sur la politique douanière d’une Union européenne qu’il voudrait pouvoir présenter comme protectrice.

Le président français va plus généralement devoir déployer une nouvelle approche de sa politique européenne, en se concentrant probablement sur des aspects plus concrets de la coordination macro-économique entre les pays de l’Union, et par un approfondissement des relations entre la France et l’Allemagne ancré dans la réalité de conceptions différentes de l’intégration européenne et des crises politiques qui traversent les deux pays. Si la négociation en cours reste dans l’impasse actuelle, des crispations sur différents sujets pourraient émerger, à la fois sur certains déséquilibres profonds au sein de l’Union ou à propos d’éléments qui semblaient acquis, y compris dans des secteurs comme l’aéronautique.

Durant les prochaines semaines, Emmanuel Macron va devoir choisir entre deux options. D’un côté la voie d’une crispation et d’un relatif retrait, et de l’autre, celle qui consisterait à développer de nouvelles options concrètes. Ces projets concrets reposeraient moins sur une réforme structurelle de la zone euro et plus sur le problème tout aussi grave du rééquilibrage réel entre économies européennes, notamment sur le plan commercial, et en dépassant le cadre de la focalisation sur les comptes publics. Il est probable que l’on assiste à une combinaison de ces deux approches, mais dans tous les cas les négociations sont appelées à se complexifier entre partenaires européens.
Sur la même thématique
Les enjeux de l’espace en Europe