ANALYSES

Venezuela : les enjeux nationaux et régionaux de la bataille entre l’opposition et Nicolas Maduro

Interview
28 octobre 2016
Le point de vue de Christophe Ventura
Dans quel contexte politique se trouve le Venezuela aujourd’hui ? Quels sont les acteurs et les revendications des deux camps dans cette crise ?

Le Venezuela est, aujourd’hui, le théâtre d’affrontements politiques intenses entre le gouvernement chaviste et son opposition majoritaire à l’Assemblée nationale sur fond d’approfondissement de la crise économique et sociale qui secoue le pays depuis 2013. C’est cette dernière, qui s’est abattue sur toute l’Amérique latine, notamment du Sud, en 2013 lorsque Nicolas Maduro remportait au même moment l’élection présidentielle, qui est le point de départ de la situation actuelle.

Le pays vit la plus grave crise économique de son histoire. Cette dernière se déploie dans un contexte plus global de récession économique en Amérique latine et de chute de la demande mondiale et d’effondrement du prix des ressources naturelles et des matières premières. Le Venezuela dépend quasi-exclusivement de ses exportations de pétrole.

La dégradation constante de l’économie, des conditions de vies matérielles de la population a atteint un point critique. Ceci a dégénéré en mécontentement social - notamment au sein des secteurs populaires qui constituent la base sociale du chavisme -, puis en crise politique radicalisée. Les tensions entre le chavisme et la droite ont accompagné la vie du pays depuis le premier jour de la Révolution bolivarienne (1998). Ce n’est pas la première fois que la polarisation qui caractérise la vie politique et sociale vénézuélienne prend un tour dramatique - rappelons-nous du coup d’Etat contre Hugo Chavez en 2002 -, mais aujourd’hui, la situation semble de nouveau indiquer la possibilité d’un point de rupture.

Les développements actuels (accusation mutuelle de « coup d’Etat » entre le gouvernement et l’Assemblée, appels à la grève générale, mobilisations de chaque camp dans la rue - l’opposition appelle ses partisans à marcher vers « Miraflores », le palais présidentiel, le 3 novembre, ce qui a déclenché l’appel similaire des chavistes pour le protéger - , bataille médiatique et sur les réseaux sociaux, guerre juridique d’interprétation de la Constitution et de l’application de ses dispositions, etc.) révèlent un engrenage volcanique au Venezuela.

Dans cette bataille, chaque bloc brandit ses armes. L’opposition détient l’Assemblée nationale, quelques Etats du pays, des villes. Elle dispose de relais puissants dans les secteurs économiques et financiers et les médias. Elle bénéficie aussi du soutien de puissances étrangères, notamment les Etats-Unis. Elle peut également désormais compter avec le soutien des nouvelles droites au pouvoir dans la région, notamment en Argentine (Mauricio Macri s’est directement impliqué dans le dossier vénézuélien pour relayer les revendications de l’opposition), au Brésil et au Pérou (dont le Congrès vient de condamner « la rupture constitutionnelle et le coup d’Etat » au Venezuela, les termes exactes de l’opposition vénézuélienne).

Quant aux chavistes, ils conservent le pouvoir exécutif, un soutien ultra-majoritaire au sein de l’autorité électorale et du Tribunal suprême, dont les magistrats sont proches du gouvernement. Ce dernier bénéficie surtout du soutien de l’armée vénézuélienne, qui vient de réaffirmer sa position publiquement en se désolidarisant clairement des initiatives récentes de l’Assemblée nationale. Dans son document « pour la restitution de l’ordre constitutionnel au Venezuela », cette dernière demandait notamment à la Force armée nationale de ne pas obéir à des décisions contraires aux principes constitutionnels issues du pouvoir exécutif ou judiciaire. L’armée a rejeté la légitimité de cette demande et indiqué qu’elle considérait que l’opposition ne respectait pas cette Constitution qu’elle prétend défendre. Il ne faut pas oublier que le chavisme repose sur une alliance entre le mouvement bolivarien et les forces militaires du pays.

Dans la bataille, les deux camps se rendent coup pour coup et utilisent un panel de méthodes variées ayant pour but d’affaiblir l’adversaire, notamment par la mobilisation de la rue, des médias et le lancement de multiples procédures institutionnelles judiciaires, nationales et internationales. C’est une guerre politique dont l’appareil d’Etat est devenu le théâtre des opérations. Ces derniers jours, l’opposition a décidé d’accuser Nicolas Maduro responsable d’un « coup d’Etat » du fait notamment de la décision du Conseil national électoral de suspendre le référendum révocatoire pour cause de « fraudes » identifiées par des tribunaux locaux dans la collecte des signatures nécessaires à son activation dans cinq Etats du pays.

Depuis, la crise s’est aiguisée et l’opposition semble désormais brûler tous ses vaisseaux dans la bataille. L’Assemblée nationale a proposé une batterie de procédures visant à exiger la restitution de l’ordre constitutionnel au Venezuela, selon elle bafouée. Cette restitution passerait par la révocation des juges et magistrats du Tribunal suprême, du Conseil national électoral (dont elle demande qu’ils soient jugés par la Cour pénale internationale), le départ du président - accusé de « probable double nationalité » et d’avoir « abandonné les fonctions constitutionnelles de la présidence » - par la voie d’une procédure de mise en cause de sa responsabilité. Ce point reste vague car il n’existe pas de procédure de destitution au Venezuela. L’opposition évoque l’organisation d’un « procès politique » contre Nicolas Maduro, notion également inexistante dans la Constitution. Elle le cite néanmoins à comparaître devant l’Assemblée le 1er novembre.

Compte tenu des tensions entre les deux camps, il est difficile de prédire si les différentes instances régionales et internationales de médiation – le Vatican s’est récemment posé en médiateur pour appuyer les initiatives de l’Union des nations sud-américaines (Unasur) – parviendront à instaurer un dialogue entre les deux partis. Un acquis est que, finalement, une partie de l’opposition - rappelons que celle-ci est très divisée au-delà de son rejet de Nicolas Maduro - semble accepter de participer à une première réunion prévue le 30 octobre. Elle exige que soit reconfirmé le référendum révocatoire et que soit arrêté un calendrier électoral général pour 2017. En attendant, toutes ses composantes poursuivent leur appel à « prendre » la rue, sur un mode de plus en plus insurrectionnel.

Quel est le bilan de Nicolas Maduro ? Comment gère-t-il cette crise ?

Nicolas Maduro est arrivé au pouvoir dans des circonstances imprévues : le décès d’Hugo Chavez. Des élections anticipées ont été organisées durant lesquelles il a été élu avec une courte avance ; l’opposition en avait contesté le résultat. Tout part de là. En réalité, l’opposition n’a jamais accepté cette victoire. Dès 2014, elle avait appelé à « sortir » Nicolas Maduro. Certaines de ses franges, par tous les moyens. 2014 et 2015 ont été deux années de stratégie de la tension impulsée par l’opposition, jusqu’à la victoire du 6 décembre 2015 à l’Assemblée nationale.

En plus de devoir succéder au très populaire Hugo Chavez, le nouveau président vénézuélien s’est trouvé, dès son investiture, confronté à un environnement économique beaucoup plus difficile que celui qui a présidé aux années de pouvoir du fondateur de la Révolution bolivarienne.

La réaction de Nicolas Maduro à la crise a d’abord été de tenter de sanctuariser les bases sociales populaires du pays, terreau militant et électoral du chavisme, en essayant de les protéger de la crise. Aujourd’hui, le gouvernement arrive à poursuivre certaines politiques sociales (logement notamment) et améliore l’approvisionnement de ces populations. Il a également annoncé un relèvement de 40% du salaire minimum à la veille de la grève générale annoncée par l’opposition. Mais sur le plan économique, aucune transformation significative d’ordre macro-structurel n’a été entreprise, le Venezuela reste donc fortement dépendant du pétrole. Autre problème, celui du contrôle de change instauré par Hugo Chavez, qui a abouti à la création de multiples taux de change et à l’émergence d’un marché noir monétaire hyper-spéculatif. Cette situation, non modifiée par le gouvernement, stimule toutes les contrebandes imaginables (en partie responsables des pénuries) et provoque la montée en flèche de l’inflation, qui détruit en retour le pouvoir d’achat des Vénézuéliens et annihile toute politique économique favorisant la croissance et le développement.

Nicolas Maduro annonce aujourd’hui vouloir corriger le tir et amorcer une diversification de l’économie vénézuélienne. Il parle de « révolution productive ». Mais ces transformations sont désormais d’autant plus dures à orchestrer aujourd’hui que le pays ne dispose plus des ressources nécessaires issues de la rente pétrolière pour permettre leur mise en œuvre.

Dans un environnement polarisé autour de deux camps, on ne peut pas dire que le contexte soit propice au rétablissement de l’économie. C’est pourtant la priorité absolue pour l’avenir du pays. Le Venezuela est actuellement dans une situation de pré-conflit et le risque de guerre civile en cas d’aggravation de la situation ne peut plus être exclu.

Peut-il être destitué ?

Comme je le mentionnais, il n’existe pas de procédures de destitution au Venezuela. Les opposants peuvent décider de déclarer le président inapte à assumer ses tâches (« abandon de poste ») mais cela ne saurait trouver une matérialisation directe dans le cadre d’une destitution.

Pour obtenir le départ de Nicolas Maduro, il faut en passer par les élections (prévues en 2019) ou le référendum révocatoire à mi-mandat. Quand bien même il devait avoir lieu et déboucher sur un résultat défavorable à Nicolas Maduro, le référendum aboutirait désormais au remplacement du président par son vice-président. L’opposition n’obtiendrait donc pas la chute du gouvernement et c’est pour cela qu’elle militait pour la tenue d’un référendum au plus tard le 10 janvier 2017. Avant cette date, il aurait abouti sur la tenue d’élections anticipées.

Nicolas Maduro, malgré son impopularité manifeste, ne semble pas en position de tomber, d’autant plus qu’il jouit du soutien du gouvernement et de l’armée, et même d’une légère remontée du prix du pétrole après l’accord des pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) signé à Alger le 28 septembre pour faire baisser la production et remonter les cours mondiaux (dossier dans lequel s’est très largement investi Nicolas Maduro depuis des mois).

Comment se situe actuellement le Venezuela sur la scène régionale ? La crise a-t-elle un impact sur les pays voisins ?

Le Venezuela cristallise aujourd’hui les nouveaux antagonismes régionaux entre les gouvernements progressistes de gauche et les gouvernements de droite et de centre droit. Ces derniers tentent de marginaliser la position du Venezuela sur la scène régionale. Le Marché commun du Sud (MERCOSUR) est le théâtre de ces affrontements où l’Argentine, le Brésil et le Paraguay (avec l’accord rétif de l’Uruguay) sont parvenus à retirer au Venezuela sa présidence semestrielle du bloc qui devait lui revenir entre juillet et décembre 2016. Les trois détracteurs de Nicolas Maduro tentent également de suspendre le Venezuela de l’Organisation des Etats américains (OEA) arguant que l’autoritarisme et l’incarcération de « prisonniers politiques » enfreignent la charte démocratique de l’organisation. L’objectif est de marginaliser le Venezuela sur la scène internationale, espérant l’exposer ainsi à un rejet et à des sanctions de la « communauté internationale » pour, in fine, porter un coup fatal au mouvement chaviste.

Mais Nicolas Maduro bénéficie aussi de soutiens, parmi lesquels, l’Equateur, le Nicaragua, la Bolivie et Cuba. Ainsi, il existe aujourd’hui une fracture entre deux Amériques latines dont le Venezuela est devenu la frontière.

Entre les deux camps, l’Union des nations sud-américaines (UNASUR), qui intègre tous les pays d’Amérique du Sud multiplie les efforts, à l’instar du Pape François, pour créer les conditions d’un dialogue entre l’opposition et le gouvernement vénézuélien. Car le basculement du pays vers une guerre civile ou tout type de conflit de haute intensité aurait des conséquences incalculables pour l’ensemble de la région. Le voisin colombien par exemple, en plein processus fragile de négociation de paix avec les FARC, a tout intérêt à ce que le Venezuela, pays clé dans la négociation, ne sombre pas dans l’instabilité. Même Washington, hostile aux chavistes, semble redouter les conséquences d’une éventuelle dégradation de la situation. Avec Nicolas Maduro, ils savent à qui et à quoi ils ont affaire. Mais que deviendrait le pays dans une autre configuration ? Serait-il moins ou bien plus instable ? Un saut dans l’inconnu que personne ne souhaite réellement.
Sur la même thématique