ANALYSES

L’Uruguay, bastion progressiste en Amérique latine ?

Interview
1 juin 2016
Le point de vue de Christophe Ventura
Quels sont les fondements du progressisme social et de la popularité du « Front élargi »[1] , la coalition au pouvoir en Uruguay ? Dans quelle mesure la volonté politique et les actes de l’ancien président José Mujica prennent une dimension symbolique dans notre société de consommation ?
Le « Front élargi » est une coalition de plusieurs partis qui rassemble les sensibilités politiques les plus à gauche jusqu’aux partis de centre-gauche uruguayens, en passant par les démocrates-chrétiens et les indépendants, auxquels se rajoutent un ensemble de mouvements citoyens et d’organisations sociales. C’est une formule singulière qui lie partis politiques et forces citoyennes et qui a inspiré de nombreuses expériences au-delà de l’Uruguay. Le « Front élargi » a été conçu en 1971, peu avant que le pays ne sombre dans la dictature jusqu’aux années 1980. Avec le retour de la démocratie en 1984, il a permis à cette gauche politique et sociale de disposer d’un instrument collectif capable de dépasser ses propres divisions, de remporter les élections en 2004 puis de diriger le pays depuis maintenant 12 ans.
Le « Front élargi » a connu plusieurs mandats, dont celui de José Mujica, de 2010 à 2015, était certainement le plus emblématique. Désormais, l’actuel gouvernement mené par Tabaré Vazquez représente une ligne politique davantage située au centre-gauche libéral par rapport à ce qui était pratiqué lorsque José Mujica était au pouvoir. Le président uruguayen Tabaré Vazquez, qui avait déjà occupé cette fonction de 2005 à 2010, est engagé sur le programme de redistribution keynésien qui a été celui du Front pendant la dernière campagne présidentielle de 2014. Ce programme vise à moderniser le pays, ses infrastructures, mais aussi à répartir la richesse créée essentiellement par l’exportation de produits agricoles, principale activité du pays. La politique de redistribution a pour objectif de diminuer les inégalités et la pauvreté, mais aussi de renforcer le droit des organisations syndicales et, de manière générale, de toutes les formes de représentation de la société civile. Le gouvernement peut donc être qualifié de social-démocrate, l’Uruguay étant d’ailleurs considéré comme la plus vieille social-démocratie latino-américaine.
Cependant, si l’actuel gouvernement préserve globalement la ligne politique du Front, le contexte est foncièrement différent en Amérique latine. La crise qu’affrontent les pays latino-américains, très dépendants de leurs ressources agricoles et de leurs matières premières, alors que la demande mondiale comme les cours chutent, complexifie la situation économique et sociale par rapport aux années Mujica. Aujourd’hui, les gouvernements progressistes d’Amérique latine éprouvent de plus grandes difficultés à mener des politiques sociales, et font face à de nouvelles tensions politiques qui peuvent mener à des crises très aigues comme on le voit au Venezuela ou au Brésil. En Uruguay cependant, le système politique demeure stable, malgré la sensible modération des politiques sociales opérées par l’actuel gouvernement par rapport au précédent pouvoir.
En effet, l’ancien président José Mujica était une figure politique dont la légitimité et le symbole dépassaient les frontières uruguayennes. Il est l’une des personnalités les plus écoutées et l’un des hommes politiques les plus populaires d’Amérique latine. Il est associé à des idées fortes - une économie au service des besoins sociaux – et à des principes tels que la lutte contre la pauvreté, la réduction des inégalités sociales face à la brutalité de la finance ou encore la sobriété heureuse. Son histoire personnelle hors du commun renforce le symbole, puisque José Mujica a participé à la guérilla et fut notamment emprisonné 7 ans au fond d’un puit pour ses convictions politiques. Il est respecté pour sa droiture, sa profonde philosophie de la vie et constitue ainsi un emblème très rassembleur en Amérique latine.
Aujourd’hui, alors que la situation se dégrade et que la droite renforce son pouvoir en Amérique latine, via les récentes élections en Argentine, par le coup de force au Brésil ou dans un contexte de crise au Venezuela, la voix de José Mujica compte d’autant plus qu’il prône l’apaisement ainsi que le respect des institutions et de la démocratie. L’ancien président uruguayen a très vite pointé les difficultés et les contradictions non résolues auxquelles ont été confrontés - et sont encore confrontés - les gouvernements de gauche en Amérique latine, le sien y compris. La question du consumérisme est emblématique de ces contradictions. Le progressisme a en effet permis à des dizaines de millions de personnes de sortir de la pauvreté pour rejoindre les rangs d’une classe moyenne, plus exactement d’une classe consommatrice. Mais M. Mujica souligne que si ces populations vivent mieux, cela ne veut pas dire pour autant qu’elles souhaitent vivre autrement que ce que peut leur offrir le système et le capitalisme. José Mujica a posé cette problématique en ces termes : comment faire en sorte que la réduction de la pauvreté permette de bâtir une société différente de celle proposée par le système capitaliste, porteur, selon lui, des plus grands dangers démocratiques, sociaux mais aussi écologiques ? La question écologique est essentielle aux yeux de José Mujica, considérant que le mode de vie, de production, d’échange et de consommation à l’échelle planétaire a un prix environnemental insoutenable.

Comment analysez-vous la décision du président Tabaré Vazquez de quitter les négociations sur l’Accord de commerce sur les services (TiSA) ? Comment comprendre que, parallèlement, l’Uruguay milite pour un accord de libre-échange entre le Mercosur et l’Union européenne ?
Dans un premier temps, l’accord commercial TiSA avait les faveurs du président Tabaré Vazquez. Son ministre de l’Economie en était un fervent partisan et avait d’ailleurs annoncé, il y a quelques mois, que l’Uruguay allait le signer. Cette déclaration avait provoqué un tollé au sein de « Front élargi » et a amené le président uruguayen à soumettre la décision à une consultation interne du Front. La position du Front, opposé à l’inclusion de l’Uruguay dans l’accord de libre-échange, fut finalement suivie par M. Vazquez, au prix d’un désaveu cinglant de son ministre de l’Economie.
Le renoncement du gouvernement à poursuivre les négociations s’est donc joué sur un rapport de force au sein de la coalition au pouvoir. Tabaré Vazquez pensait en effet initialement que la crise économique qui sévit en Amérique latine réduisait les débouchés de l’économie uruguayenne, notamment au sein du Mercosur (Uruguay, Paraguay, Brésil, Argentine, Venezuela, bientôt Bolivie) et vers la Chine. Il s’agissait donc, selon lui, de renforcer les liens avec le marché européen et le marché nord-américain afin de dynamiser l’industrie agricole. Mais face au rejet du « Front élargi » et des syndicats, qui pointaient les conséquences néfastes pour l’emploi et la société uruguayenne, le président Tabaré Vazquez a renoncé à cette logique. Pour autant, le gouvernement au pouvoir maintient son rapprochement avec les puissances économiques dominantes, ce qui crée des tensions comparables à ce que l’on retrouve dans tous les gouvernements latino-américains aujourd’hui.

Les troubles politiques et économiques de ses deux grands voisins, l’Argentine et le Brésil, annoncent-ils des difficultés pour l’Uruguay et un ralentissement des mesures sociales ?
La conjoncture économique actuelle a profondément changé. L’Amérique latine est passée de plusieurs années d’expansion et de hausse des cours des matières premières à une période de ralentissement, même de contraction économique. Toute l’Amérique latine va être en récession cette année (0,6 % à l’échelle de la région), tandis que l’Amérique du Sud va connaître une récession de 1,9 % en 2016. Au Brésil est attendue une récession comprise entre 3 et 4 %, de 1% en Argentine et de 8% au Venezuela. C’est donc un basculement majeur qui pose problème à tous ces pays dépendants essentiellement de leurs exportations de ressources naturelles, à la fois dans le cadre du Mercosur (premier débouché de l’Uruguay) mais aussi sur les marchés mondiaux.
Si l’Uruguay connait jusqu’alors une situation plus favorable que ses partenaires, le ralentissement économique ne tardera pas à avoir des effets plus importants. Le pays va avoir des difficultés objectives à trouver des relais d’exportation dans la région, et en particulier vers ses principaux marchés, l’Argentine et le Brésil. La crise économique annonce de plus grands obstacles pour les politiques sociales et la mise en place de politiques de rigueur fiscale. Cette situation suscite un débat houleux au sein du « Front élargi » qui s’interroge sur son orientation politique. Les partisans d’un approfondissement du marché commun sud-américain, capable de compenser les effets des chocs économiques globaux en renforçant les exportations internes et la demande régionale, s’opposent aux défenseurs d’un rapprochement avec les Etats-Unis et l’Union européenne. Eux pensent que ces deux puissances pourraient être des relais de croissance bienvenus. Ils considèrent aussi que l’Uruguay doit se rapprocher des pays plus libéraux et libre-échangistes de l’Alliance du Pacifique (Mexique, Colombie, Pérou, Chili) et pouvoir signer des accords de libre-échange en dehors du Mercosur. Alors que l’environnement économique et la stabilité politique se dégradent, c’est un questionnement déterminant qui a lieu actuellement dans toute l’Amérique latine.

[1] Le Front élargi regroupe 27 formations politiques de gauche et de centre-gauche.
Sur la même thématique