ANALYSES

Erythrée – Nations Unies : trop c’est trop !

Tribune
5 novembre 2014
Par Patrick Ferras, directeur de l’Observatoire de la Corne de l’Afrique, enseignant à IRIS SUP’

Chaque année, le Groupe de contrôle sur la Somalie et l’Erythrée (1) établit deux rapports concomitants sur l’évolution de l’embargo envers ces deux Etats. Ceux de cette année sont parus très en retard (octobre au lieu de juillet). En 2013, la Russie, l’Italie et la Chine s’étaient élevées contre le précédent rapport sur l’Erythrée et avaient notamment déclaré que « les conclusions et recommandations étaient sans fondement » ou que « les informations sur la violation de l’embargo sur les armes étaient infondées ». Il nous apparaît donc important d’analyser la version 2014 sur l’Erythrée et force est de constater qu’elle manque sérieusement de rigueur tant dans la méthodologie que dans la manière dont sont annoncés les résultats des enquêtes des huit experts du Groupe.


Nous nous focaliserons sur le résumé (de trois pages) en tête du rapport (2) car c’est la partie du document de 118 pages qui sera la plus lue. Analysons trois remarques.


1) « Au cours de son mandat, le Groupe de contrôle n’a pas découvert d’indice d’un appui de l’Erythrée aux Chabab. S’il n’exclut pas pour autant qu’elle puisse aider dans l’ombre des éléments de ce mouvement, il juge cependant que globalement, l’Erythrée ne joue qu’un rôle marginal en Somalie et que tout appui direct aux Chabab est beaucoup plus risqué depuis que la Communauté internationale s’y intéresse de plus près ». Une ligne commente ainsi le fait majeur qu’il n’existe pas de preuves à l’encontre de l’Erythrée dans son soutien aux milices islamistes en Somalie mais les cinq suivantes sèment volontairement le doute et relèvent d’une interprétation discutable.


2) « Le Groupe de contrôle a enquêté sur des allégations selon lesquelles l’Erythrée aurait facilité, et dans certains cas assuré, la fourniture d’armes à trois groupes armés sud-soudanais, le Mouvement populaire de libération du Soudan dans l‘opposition de Riek Machar, la faction de George Athor Deng et le groupe de David Yau Yau. Il a appris par de hauts fonctionnaires sud-soudanais que, depuis le début de 2014, l’Erythrée avait livré à quatre reprises du matériel militaire aux forces de Machar. Les autorités sud-soudanaises ont en outre informé le Groupe de contrôle qu’elles avaient mis la main sur des armes fournies par l’Erythrée au groupe de Yau Yau et aux rebelles de George Athor Deng, sans toutefois lui présenter le moindre élément propre à corroborer leurs dires. Le Groupe de contrôle n’a donc pas pu vérifier ou confirmer que l’Erythrée ait apporté un soutien logistique et un appui militaire à des rebelles armés sud-soudanais, en violation de la résolution 1907 (2009) ». Ce qui ne peut pas être prouvé ne peut être énoncé, qui plus est dans une synthèse. Quant à l’attitude du Soudan du Sud, il suffit d’observer le comportement de leurs deux délégations (celles de Salva Kirr et de Rick Machar) en Ethiopie pour être rassuré sur leur volonté de faire un pas vers la paix depuis décembre 2013 (3).


3) « Selon des informations crédibles, l’Erythrée continue à soutenir le Mouvement démocratique populaire du Tegray, qui paraît bien être devenu le groupe d’opposition éthiopien le plus important sur son territoire. Le Groupe de contrôle a été informé que le Mouvement est destinataire de transferts d’armes systématiques de la part du service logistique des Forces de défense érythréennes, mais il n’a pas été en mesure de le vérifier ». Information « crédible » mais « non vérifiée ». Etrange association de termes dans une volonté de jeter le discrédit.


Il semble ainsi qu’il faille se méfier de ces rapports qui sous le couvert de grandes organisations ne reflètent pas une très grande impartialité. Dans le chapitre relatif à la méthodologie (I/B) du rapport, il est d’ailleurs rappelé au point e) « Se procurer des éléments de preuve matériels, photographiques, audiovisuels ou documentaires à l’appui des renseignements recueillis ». Un groupe d’expert n’est pas un service de renseignement et il y a donc des limites à son travail de recherche de l’information. A croire que les deux activités sont similaires, on peut être amené à travailler sous influence, sans forcément en être conscient. Quel que soit le mode de fonctionnement de l’Etat érythréen et les critiques que l’on lui peut porter, les accusations doivent être claires et précises. Le doute ne peut être permis. Il est peu rassurant de voir cette synthèse, cosignée par huit experts avec autant d’approximations dans les termes utilisés.


Cette évaluation ne sert personne. Le point fondamental souligné par les experts reste la situation entre l’Ethiopie et l’Erythrée suite au conflit de 1998-2000 et à la non application de la décision de la Commission de démarcation de 2002. A l’heure où l’on parle d’africanisation ou d’appropriation africaine de la paix et de la sécurité, il y a là un challenge qui pourrait redorer le blason de l’Union africaine. Trois éléments pourraient concourir à un début de règlement de la situation : la présence d’Issaias Afeworki, Issaias Afeworki, au prochain sommet de l’Union africaine en janvier 2015, la diplomatie de la Présidente de la Commission de l’Union africaine et la volonté du Premier ministre éthiopien de mettre fin à cette situation de « ni paix, ni guerre » entre les deux Etats. Le retour du président érythréen parmi ses pairs est une nécessité politique. De même, la diplomatie éthiopienne doit évoluer. Autant dire qu’à l’approche de grandes échéances électorales (4), la fenêtre d’opportunité est réduite, mais c’est à cela que l’on jugera les décideurs de l’Afrique.


(1) Le Groupe de contrôle a été mis en place suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009).
(2) Le rapport est accessible sur le site des Nations Unies : www.un.org.
(3) Cf. le dernier rapport d’International Crisis Group du 30 octobre 2014 (« Conflict Alert : Looming Military Offensives in South Sudan ») ou la dépêche de l’ONU du 30 octobre 2014.
(4) Elections en Ethiopie en mai 2015, élection du Président de la Commission de l’Union africaine en 2016.

Sur la même thématique
Le Kenya, un acteur régional majeur
La vision africaine de l’économie bleue
Côte d’Ivoire : vers une alternance politique ?