ANALYSES

Nigeria : pourquoi le groupe Boko Haram a-t-il pu prendre une telle ampleur ?

Interview
2 juillet 2014
Le point de vue de Jean-Bernard Veron, président du Comité des solidarités internationales à la Fondation de France, rédacteur en chef de la revue Afrique contemporaine
Comment expliquer le développement de groupes tels que Boko Haram dans le Nord du Nigéria ?

Les 13 Etats islamisés du Nord du pays ont connu à plusieurs reprises dans leur histoire des poussées de revendications islamistes. Il y a eu de multiples tensions et soulèvements dans cette région, et en particulier dans les trois Etats du Nord-Est. Ces revendications ont des motivations idéologiques d’une part – revenir à la pureté de l’islam originel, du moins tel qu’ils le conçoivent – et elles visent d’autre part à dénoncer la pauvreté des populations du Nord et le comportement des autorités corrompues, ne respectant pas l’Etat de droit, et détournant les fonds publics.

Comment expliquer que la situation perdure depuis plusieurs années ? Quelles voies de sortie peuvent-elles être envisagées ?

Boko Haram est apparu en 2002-2003. Jusqu’en 2009, il y a eu une contestation musclée mais pacifique contre les autorités et c’est à partir d’une répression très brutale contre les membres de Boko Haram et de l’assassinat de leur leader, Mohamed Yussuf, que ses membres ont basculé dans l’affrontement violent qui est allé croissant. Depuis 2010 Boko Haram est dans une stratégie d’affrontement frontal avec les autorités locales et de « durcissement idéologique » en s’en prenant aux chrétiens, aux églises et aux écoles.
De mon point de vue, cette crise a des racines assez largement socio-économiques. Les trois Etats du Nord-Est où Boko Haram s’est développé sont les plus pauvres du Nigeria, avec un vrai décrochage en termes de niveau de vie, de chômage et d’accès aux services publics (sociaux, de santé, d’éducation et de communication – routes, équipements de télécommunication et d’électricité). Cette région n’a pas profité de l’essor de l’économie nigériane, portée par le pétrole, et il y a donc une revendication de remise à niveau.

Peut-on parler d’un « arc de crise » à l’échelle régionale ?

Je ne crois pas. Il est vrai qu’il y a des crises semblables à celle d’avec Boko Haram, c’est-à-dire des mouvements islamistes qui ont basculé dans l’affrontement armé. C’est le cas à l’Est en Somalie, avec les Shabaab ; à l’Ouest au Mali, avec notamment le MUJAO, Aqmi, Ansar Dine, etc., et au Nigeria avec Boko Haram. Que ces différents mouvements se donnent des coups de pouce, que certains membres passent d’une organisation à l’autre est une chose, mais de là à dire qu’il y a un arc de crise régional embrassant toute la région, cela me semble exagéré. En effet, leurs revendications et les motifs de leur lutte sont très localisés, très nationaux, par opposition par exemple à Al-Qaïda qui brandit l’étendard du djihadisme international.
Sur la même thématique
Le Sommet du G5 Sahel à Pau : un sommet anachronique