ANALYSES

Guerre en Ukraine : vers un revirement stratégique des États-Unis ?

Interview
25 mars 2022
Entretien avec Michael Stricof, maître de conférences rattaché au Laboratoire d’études et de recherche sur le monde anglophone (LERMA) d’Aix-Marseille Université, spécialiste de la politique de défense des États-Unis


Alors que Joe Biden vient de participer à un sommet de l’OTAN marathon, suivi d’un déplacement ce vendredi en Pologne, les États-Unis reviennent sur le devant de la scène avec la guerre russo-ukrainienne et la menace que cette dernière fait peser sur la sécurité européenne. Que doit-on retenir de l’implication étatsunienne dans ce conflit ? Quelles sont les limites de l’aide américaine, alors que le pays soutient matériellement l’Ukraine depuis 2014 ? Avec quelles conséquences sur la politique de défense de Washington ?

Le point avec Michael Stricof, maître de conférences rattaché au Laboratoire d’études et de recherche sur le monde anglophone (LERMA) d’Aix-Marseille Université, spécialiste de la politique de défense des États-Unis.

Quelle est l’implication actuelle des États-Unis dans la guerre ?

Il y a trois actions principales que les États-Unis ont menées et continueront de mener : imposer des sanctions pour punir l’agression russe, fournir une assistance militaire pour aider les Ukrainiens à se battre, et maintenir la cohésion avec les alliés afin que les deux premières actions soient aussi fonctionnelles que possible.

Le régime de sanctions est déjà le plus important au monde, et a été particulièrement efficace pour paralyser l’économie russe, précisément parce que les Européens, y compris plusieurs pays traditionnellement neutres comme la Suisse, y participent. Sergueï Lavrov admet que les sanctions sont plus dures que ce que la Russie avait imaginé. L’une des principales annonces de la visite de Joe Biden à Bruxelles a été l’adoption de sanctions supplémentaires dans le but de continuer à faire monter la pression. Il s’agit essentiellement d’étendre les sanctions existantes à de nouvelles cibles, c’est-à-dire à d’autres banques, grands groupes industriels et élites. Les sanctions ont plusieurs objectifs, mais ne doivent pas être confondues avec un outil à court terme pour mettre fin à la guerre. Elles sont censées accroître la pression sur l’élite politique russe en ciblant leur richesse individuelle et en affaiblissant l’économie du pays, de sorte que la guerre débouche sur une situation politique insoutenable. Ils font également partie de la cohésion symbolique de l’Occident qui peut soutenir la dissuasion. Ils n’imposent cependant pas beaucoup de coûts immédiats à l’armée russe.

La défense joue un rôle clé dans les deux autres composantes. L’assistance militaire des États-Unis à l’Ukraine est essentielle à l’effort de guerre, car la nation fournit des armes, des équipements non létaux et un soutien logistique pour acheminer l’équipement provenant d’autres nations. Il s’agit de l’aide la plus directe que les États-Unis sont disposés à fournir à l’Ukraine et de la plus importante pour l’effort de guerre à court terme. Les États-Unis avaient déjà fourni environ un milliard de dollars d’équipement à l’Ukraine l’année précédant l’invasion russe, et ont fourni environ un autre milliard depuis le début des hostilités ouvertes il y a un mois. Le matériel de guerre arrive en général des bases américaines en Allemagne par des voies terrestres passant par la Pologne et la Roumanie. Par les mêmes voies, les États-Unis contribuent à la livraison d’équipement en provenance d’autres pays.

Le soutien américain à l’Ukraine n’est pas récent. À partir de l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, les États-Unis ont fourni un soutien matériel croissant à l’Ukraine. Ce n’est toutefois qu’en 2017 que les États-Unis ont commencé à livrer des armes, le soutien des trois premières années se limitait à des équipements non létaux comme des systèmes de surveillance électronique. Le fait que les États-Unis fournissaient déjà des outils létaux, notamment des armes anti-blindage et antiaériennes à l’Ukraine, a permis l’expansion rapide de cette assistance sans franchir une nouvelle ligne.

L’armée américaine joue également un rôle clé dans le maintien de la cohésion avec les alliés. S’il s’agit souvent d’une question diplomatique qui dépend du président et du département d’État, les déploiements militaires montrent que les États-Unis sont prêts à honorer leurs engagements au titre de l’article 5 et à défendre l’ensemble du territoire de l’OTAN. Au cours des deux derniers mois, environ 20 000 soldats ont été déployés en Europe, portant la présence américaine à environ 100 000 sur le continent. Ces troupes supplémentaires ont renforcé le flanc oriental de l’OTAN ; le déploiement le plus important, 5 000 soldats, pour la plupart des parachutistes de la 82e Airborne, se trouvant en Pologne, ce qui a plus que doublé la présence américaine dans ce pays. Ces troupes effectuent des exercices avec leurs homologues polonais et d’autres pays de l’OTAN et sont officiellement disponibles pour aider les citoyens américains à quitter l’Ukraine, bien que cette assistance n’ait pas été nécessaire. Plus important encore, elles servent de moyen de dissuasion si la Russie envisage d’étendre la guerre pour punir les pays qui aident l’Ukraine, et elles renforcent la cohésion de l’OTAN en montrant la détermination des États-Unis.

La visite de M. Biden en Pologne le 25 mars fait partie de cet effort de signalisation.

Quelles sont les limites de l’aide américaine ?

Les États-Unis ont retiré les quelques troupes qu’ils avaient stationnées en Ukraine le 12 février. Ils ont également refusé d’aider à la livraison d’avions de chasse, notamment les MiG-29 que la Pologne a offerts à l’Ukraine, mais qui seraient livrés par les États-Unis, bien que la question des avions n’ait pas été fermée aussi durement que d’autres types d’implication. Enfin, les États-Unis ont rejeté à plusieurs reprises l’appel du président Zelensky en faveur d’une zone d’exclusion aérienne (« No-Fly Zone »). Ces faits nous permettent de dégager une règle générale concernant l’engagement américain : les États-Unis ne mettront en aucun cas des soldats américains en confrontation directe avec des troupes russes et ils hésitent à fournir une assistance militaire qui représenterait une nette expansion du type d’assistance qu’ils ont déjà fourni à l’Ukraine.

La raison en est très simple : les États-Unis ne veulent pas entrer dans une confrontation militaire directe avec la Russie.

La fourniture d’avions va au-delà du type d’équipement que les États-Unis fournissaient avant le conflit, et ils sont difficiles à acheminer par voie terrestre. Le moyen le plus simple d’envoyer des avions en Ukraine serait de les faire voler, mais cela impliquerait la présence de pilotes américains ou de l’OTAN en Ukraine, ou de pilotes ukrainiens sur des bases américaines en Allemagne. Il est possible que des avions soient finalement livrés par voie terrestre, mais il faudrait les démonter, les remonter et cela représenterait une escalade potentielle. La pression politique pour en faire plus peut éventuellement aboutir à ce résultat symbolique, mais ce n’est pas l’aide essentielle que les États-Unis peuvent fournir.

Une zone d’exclusion aérienne est un euphémisme pour un acte de guerre. Pour exclure les avions ennemis d’un certain espace aérien, il faut effectuer des sorties dans cet espace et utiliser des systèmes antiaériens. Abattre des avions et des hélicoptères russes reviendrait à déclarer la guerre à la Russie. Il serait également nécessaire de neutraliser les systèmes antiaériens russes, dont beaucoup peuvent cibler l’espace aérien ukrainien depuis le sol russe. Les États-Unis devraient donc être prêts à bombarder le territoire russe, un acte de guerre évident. C’est hors de question.

Cela peut sembler évident, mais l’idée que tout ce qui risque de mettre un soldat américain dans la ligne de tir des Russes exclut d’autres options qui ne sont pas encore au centre des discussions, mais qui pourraient apparaître plus tard. Il y a peu de chances, voire aucune, que les États-Unis ou l’OTAN participent à une mission de maintien de la paix si les négociations devaient aboutir à une telle situation (outre le fait que la Russie n’accepterait pas une telle participation), et les États-Unis ne fourniraient pas non plus de personnel militaire pour maintenir un couloir humanitaire ou apporter une aide humanitaire dans la zone de guerre.

Biden est resté évasif lorsqu’on l’a interrogé sur la réponse américaine à un usage éventuel des armes chimiques à Bruxelles le 24 mars. Naturellement, il doit décourager la Russie d’utiliser des armes chimiques et ne peut donc pas dire que les États-Unis ne répondront pas militairement, mais nous ne devons pas envisager que des représailles militaires directes soient possibles. De nouvelles sanctions sont probables, et de nouveaux types d’assistance militaire à l’Ukraine (ce qui pourrait résoudre la question de la livraison des avions de chasse) restent envisageables. Toutefois, le premier intérêt national des États-Unis est d’éviter une troisième guerre mondiale. Et, en dépit des paroles politiques, les États-Unis peuvent ignorer l’usage des armes chimiques. Barack Obama n’a pas voulu répondre directement à l’utilisation d’armes chimiques par Bachar al-Assad en 2013 sans le soutien du Congrès, même après avoir déclaré publiquement qu’il s’agissait d’une « ligne rouge ». Biden a sagement évité des déclarations aussi tranchées qui pourraient l’obliger à reculer, car il est beaucoup plus dangereux pour les États-Unis de répondre à une utilisation russe qu’à une utilisation syrienne.

Quelles sont les conséquences pour la politique de défense américaine ?

À court terme, les États-Unis réinvestissent en Europe. En plus des nouveaux déploiements mentionnés ci-dessus, les États-Unis vont certainement étendre leurs rotations dans les pays de l’Est de l’OTAN. Les départements de la Défense et d’État ont rapidement approuvé la vente de 250 chars M1A2 Abrams à la Pologne dans le cadre des efforts continus visant à moderniser les forces de l’OTAN et à garantir l’interopérabilité. L’expansion de l’Initiative européenne de dissuasion (European Deterrence Initiative) est probable.

La cohésion et la modernisation de l’OTAN constituaient des objectifs américains importants avant la guerre russo-ukrainienne. Elles restent fondamentales ; toutefois, l’orientation future de l’OTAN est une question importante pour la politique de défense américaine. Malgré l’attention actuelle accordée à la Russie et à l’Europe de l’Est, les États-Unis considèrent la Chine comme le principal concurrent stratégique pour l’avenir. Si la crise actuelle a rendu l’OTAN plus cohésive et l’Europe plus investie dans sa défense, les États-Unis continueront à donner la priorité au déplacement de l’attention européenne vers une concurrence stratégique avec la Chine. Les derniers concepts stratégiques de l’OTAN ont considéré la Chine comme un rival systémique en plus d’un partenaire économique, définissant le pays comme la stratégie de sécurité nationale des États-Unis. Il reste à voir si l’alliance se réorganise réellement selon ces lignes avec la menace territoriale plus claire de la Russie à ses frontières.

De même, l’accent mis par les États-Unis sur l’Indo-Pacifique pourrait souffrir quelque peu. Le pivot vers l’Asie promis par Obama a été interrompu non seulement par les crises au Moyen-Orient, mais aussi par l’annexion de la Crimée par la Russie, qui a conduit à un recentrage sur un continent que l’administration avait espéré réduire dans sa planification, notamment par le biais de l’initiative européenne de dissuasion et de nouveaux déploiements en Europe de l’Est. La guerre actuelle pourrait avoir des effets similaires.

Enfin, l’exclusion économique de la Russie est un exemple de découplage stratégique, une préoccupation majeure dans la relation entre les États-Unis et la Chine. Le monde risque déjà de se diviser en deux ou plusieurs systèmes financiers concurrents après des décennies d’unification. Les considérations de défense pourraient accélérer ce découplage aux États-Unis (tandis que l’exemple des sanctions occidentales pourrait accélérer la création de systèmes alternatifs par la Chine).
Sur la même thématique
Le droit des peuples indiens au Brésil