ANALYSES

« Représentation et participation : le Brexit est révélateur des limites de nos deux modèles »

Presse
5 juin 2019
Que pensez-vous de la démission prochaine de Theresa May ?

Theresa May a tenté d’incarner le point de compromis des différentes options possibles sur le Brexit pour le Royaume-Uni. En temps normal, le rôle du pouvoir politique est précisément de construire ce type de compromis collectif. Mais nous ne sommes pas en temps normal. Le Brexit est le symptôme d’une période troublée dans laquelle le compromis a mauvaise presse. La situation est bloquée aujourd’hui parce que chacun veut faire son Brexit de son côté. Mais cela rend impossible l’émergence d’une solution collective.

Il se trouve en plus que le Brexit a ceci de spécifique qu’il touche les gens tant politiquement que très personnellement. La particularité de la période et les spécificités du Brexit expliquent que l’on assiste à la fois à une hystérisation du débat et une lassitude généralisée (concomitante et corrélée) qui sévit des deux côtés de la Manche. Cette double évolution est frappante et semble repousser d’autant l’hypothèse d’une issue favorable, voire d’une issue tout court.

Quelles ont été les erreurs de la Première ministre britannique ?

Il est toujours facile de relire l’histoire au prisme de la sagesse du présent. Mais l’erreur principale de Theresa May me semble avoir été de négocier un compromis avec l’Union européenne sans disposer elle-même d’un compromis au niveau national. Sans majorité, elle ne savait pas ce qu’elle pouvait faire accepter à Londres. Elle a pourtant déclenché le compte à rebours de l’article 50 de sa propre initiative, en espérant que cela serve de catalyseur. Mais les deux années de négociation qu’il prévoit ne lui ont pas permis de construire cette majorité.

A sa décharge, cette majorité n’existe peut-être pas. Il se trouve que le référendum ne faisait figurer aucune des différentes formes possibles de Brexit. Il consistait à répondre à une question binaire : oui ou non au Brexit. Or il existe diverses manières de sortir de l’Union européenne et de traiter avec elle par la suite. Mais aucune de ces différents modèles (Norvège, Canada, Singapour, Suisse, OMC pour caricaturer) ne recueille de majorité au sein du pays, des partis et au sein du gouvernement en lui-même.

Theresa May ne s’est bien sûr pas franchement facilitée la tâche dans ce domaine en se liant les mains dès le départ. Pour des raisons politiques, elle a très tôt entériné la sortie du marché unique et de l’union douanière. Cela lui a permis de vanter tant le contrôle de l’immigration que la liberté pour le Royaume-Uni de négocier ses propres accords de libre-échange. Ces lignes rouges se sont avérées très populaires bien sûr au sein du parti conservateur, mais ont tué dans l’œuf les marges de manœuvre dont la Première ministre disposait pour construire un compromis entre partis.

Doit-on craindre une sortie sans accord ?

La sortie sans accord est la plus mauvaise solution, mais c’en est une. Cela créerait un risque économique significatif pour le Royaume-Uni, mais aussi pour l’Union européenne. L’ancien maire de Londres Boris Johnson, (un des possibles successeurs de Theresa May ndlr) et le leader du parti du Brexit Nigel Farage sont les principaux soutiens d’une sortie sans accord. Sauf qu’en l’état, le Parlement britannique ne laissera pas faire puisqu’il n’y existe aucune majorité pour ce faire. Cela peut nous conduire à la convocation d’élections générales, dont les deux traditionnels partis de gouvernement (conservateurs et travaillistes) ne veulent pas, car ils s’y feraient laminer.

Les chances de faire passer un accord sans Theresa May, celle qui avait négocié un compromis, se sont également réduites. Reste que pour trouver une solution, le pays doit nécessairement consolider une position au niveau national. Ce n’est pas gagné et c’est pourquoi le Royaume-Uni est toujours dans l’impasse. Le nouveau délai est fixé au 31 octobre.

Le Brexit est-il symptomatique d’un échec de l’Union européenne ?

En réalité, le Brexit est le révélateur des limites de nos deux modèles : celui de la démocratie directe dont le Brexit est l’incarnation, et celui de la démocratie représentative européenne dont il est le résultat. Les errements de démocratie directe qu’incarne le Brexit sont la conséquence mécanique des errements de la démocratie représentative que symbolise l’UE.

Il s’agit bien sûr d’une leçon pour l’Union européenne. Les peuples veulent avoir voix au chapitre et participer des décisions qui ont trait à leur propre futur, mais les institutions sont trop lointaines pour eux et n’ont pas su les écouter.

Mais l’UE a-t-elle pris en compte la leçon que lui offre le Brexit sur un plateau de ce point de vue, ou l’a-t-elle déjà oubliée au vu des spectaculaires difficultés britanniques ? On semble aujourd’hui compter négativement sur les errements du Brexit pour faire apparaître aux peuples la valeur ajoutée de l’Union…

La même saine ambition d’apprivoiser le politique se fait sentir au niveau national. Mais la démocratie directe qu’incarne le référendum a créé davantage de problèmes qu’il n’a fait émerger de solutions. Dans un environnement constitutionnel bouleversé par le référendum, le système parlementaire britannique, qui a pourtant beaucoup de pouvoir, a lui aussi échoué à régler le problème du Brexit. Nous subissons en fait aujourd’hui les impasses des deux systèmes, c’est ce que j’appelais le piège de Tocqueville. Un troisième modèle est à concevoir.

Quelle serait l’alternative ?

Il faut une voie nouvelle qui puisse faire vivre l’aspiration des peuples à s’autodéterminer, sans pour autant détruire les institutions représentatives qui fournissent aux démocraties une stabilité salutaire par temps troublé.

Doit-on jeter les aspirations populaires aux orties ? Doit-on jeter les institutions représentatives au bénéfice de la démocratie directe ? La réponse est non dans les deux cas. Une troisième voie entre démocratie représentative et participative est nécessaire pour affronter les soubresauts de la période contemporaine. Il faut construire un système délibératif qui puisse tirer parti des bénéfices des deux modèles, sans en subir les inconvénients.

Plus facile à dire qu’à faire, bien sûr. En France, le grand débat national ou le référendum pour la privatisation des aéroports de Paris en sont deux exemples récents. Je ne sais pas s’ils sont bons ou mauvais, mais ils incarnent une alternative qui doit permettre aux citoyens de s’exprimer davantage sur des enjeux locaux, régionaux ou nationaux.
Sur la même thématique
L’Europe, une puissance stratégique ?
L’Union européenne est-elle une puissance militaire ?
De l’Europe économique à l’Europe politique