ANALYSES

Guerre en Ukraine : vers une dégradation massive de la situation humanitaire ?

Interview
10 novembre 2022
Le point de vue de Jean-François Corty
 


Alors que le conflit ukrainien dure à présent depuis 300 jours, les forces russes multiplient les attaques dans l’Est de l’Ukraine, notamment autour des villes de Bakhmout, Soledar et Kherson. Les attaques sur des infrastructures civiles se multiplient et le maire de Kiev a récemment averti ses habitants qu’ils devaient se préparer au pire cet hiver. Doit-on s’attendre à une dégradation fulgurante de la situation humanitaire dans le pays ? Quel est l’impact de cette guerre qui cible les infrastructures civiles sur les conditions de soins en Ukraine ? Qu’est-ce que cela change sur les enjeux humanitaires au niveau régional et national ? Le point avec Jean-François Corty, médecin et chercheur associé à l’IRIS, spécialisé sur les questions d’actions humanitaires et d’inégalités sanitaires.

Doit-on s’attendre à une dégradation fulgurante de la situation humanitaire cet hiver en Ukraine ?

Depuis quelques jours, on assiste à une intensification des bombardements des infrastructures civiles par les forces russes. Ce qu’on entend par infrastructures essentielles, ce sont les centrales, les stations électriques, le réseau de chauffage urbain, les stations d’eau, les équipements de télécommunications, etc. Cela s’inscrit dans une nouvelle stratégie militaire russe qui patine sur le front, et qui de fait accentue la pression sur les civils, via une stratégie de la terreur. Elle ne s’exerce plus exclusivement à l’échelle d’une ou quelques villes, comme on a pu le voir précédemment sur Marioupol ou d’autres villes de l’Est, elle est globale et s’appuie sur la destruction généralisée des structures essentielles. Elle a pour vocation d’atteindre physiquement et psychologiquement la population pour la mettre en tension avec ses propres autorités et la décourager, le tout dans un contexte particulier puisque l’hiver arrive et les températures sont en train de baisser, sachant qu’il peut faire rapidement très froid – moins 10°C à moins 20°C – dans certaines régions. Il y aura donc un impact humanitaire conséquent, avec des millions de déplacés internes déjà existant et potentiellement à venir.

Sur le terrain, on voit que l’aide humanitaire est utile dans tout ce qui relève du soutien psychologique aux populations, de l’aide au transfert de patients des zones de guerre vers des zones moins impactées, du soutien de matériel médical aux centres de soins et des actions de suivi postopératoire. Cela se fait souvent en lien avec les autorités sanitaires mais aussi des organisations de la société civile locale qui se sont mises en place depuis le début du conflit. Cependant, des besoins d’une nouvelle ampleur pourraient apparaître. Le maire de Kiev a rappelé dernièrement qu’il se préparait à potentiellement évacuer la ville si les coupures d’électricité ou les difficultés d’accès à l’eau venaient à se multiplier. Ce serait un énorme enjeu sanitaire qui impliquerait de reloger des millions de personnes déplacées déjà fragilisées dans des conditions difficiles, accentuant la précarité et induisant des besoins médicaux  et logistiques supplémentaires.

Alors que l’OMS dénombre plus de 600 attaques contre des établissements de santé en Ukraine, quel est l’impact de cette guerre sur l’aide médicale et sur les conditions de soins ?

La destruction de ces lieux de soins est parfois le fait d’effets collatéraux ou est clairement souhaitée, comme à Marioupol ou dans d’autres villes à l’Est du pays qui ont été assiégées. Pour l’instant, il n’y a pas eu de meurtres ou d’assassinats massifs ciblés de soignants – parmi la centaine de décès recensés par le site de l’OMS – comme on a pu le voir dans d’autres régions du monde, notamment en Syrie où les forces de Bachar al-Assad, appuyées par les russes, ont bombardé et tué de manière massive des soignants dans une stratégie de guerre de la terreur assumée et de non respect du droit humanitaire international.

Les centres de santé ukrainiens fonctionnent encore relativement bien, appuyés par les acteurs humanitaires qui leur fournissent du matériel médical. La prise en charge des blessés est, elle, réalisée par les autorités. Les victimes ont surtout besoin d’aide concernant leur suivi postopératoire et la physiothérapie notamment. Les besoins en soins psychologiques sont très importants entre autres. Si l’ensemble du secteur médical fonctionne et fait globalement face  aujourd’hui, la dégradation des conditions climatiques et une accentuation des destructions des infrastructures civiles est à craindre et implique un soutien logistique plus marqué (groupe électrogène, accès à de l’eau potable etc..) pour éviter qu’elles ne deviennent inopérantes.

Quels sont les impacts de cette guerre sur les enjeux humanitaires au niveau régional et mondial ?

Les impacts de cette guerre sont de plusieurs ordres.

Une intensification des bombardements sur les infrastructures peut laisser craindre une deuxième vague migratoire en Europe de citoyens ukrainiens. On compte déjà 14 millions de personnes qui ont fui le pays dont 7 millions en Pologne et plus d’un million en Hongrie.

On observe également des tensions nutritionnelles du fait des difficultés d’exportations de blé et des fertilisants qui approvisionnent une bonne partie de la planète, notamment le Moyen-Orient et l’Afrique.

Plus globalement, on observe une hyper focalisation de la communauté internationale sur le conflit ukrainien qui accentue la notion de « crises oubliées » dans de nombreuses régions du monde. On manque ainsi aujourd’hui de relais d’informations et de sensibilisation sur des crises majeures. On pense notamment au choléra qui impacte de façon dramatique Haïti et qui revient aujourd’hui en Syrie dans un conflit dont on ne parle plus et où la situation reste difficile pour les déplacés. Le choléra touche également le Liban, ce qu’on n’avait pas vu depuis longtemps. On fait également face à une situation de crise nutritionnelle importante dans la Corne de l’Afrique et majeure dans la zone sahélienne, notamment dans le nord du Nigeria. Et qui se soucie aujourd’hui des Rohingyas au Bangladesh et en Birmanie qui font toujours face à une situation très difficile? Crises oubliées du fait de l’hyper focalisation sur le conflit ukrainien, s’y ajoute une dynamique d’aide et de financement de l’aide l’internationale plus faible, où les bailleurs potentiels doivent être davantage mobilisés. Et nous avons vu combien il est difficile de faire en sorte que leurs engagements soient respectés, comme l’illustre le financement en souffrance de l’aide en Afghanistan ou au Yémen par exemple.

Enfin, une réactivation potentielle de l’instrumentalisation des enjeux migratoires en Europe est à craindre comme on l’a déjà vu à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. Cette stratégie russe et biélorusse de mise sous pression des autorités européennes via des vagues de migration profite d’un contexte où l’Europe est en mal de cohérence et de solidarité en matière de politique migratoire. De fait, cela pourrait survenir au moment où des centaines de personnes sont sauvées en mer Méditerranée par des bateaux d’ONG qui peinent à trouver des ports de débarquement dans une Europe qui adopte un discours à deux vitesses et une logique du deux poids, deux mesures. D’un côté une humanité assumée,  bienveillante et légitime vis-à-vis de réfugiés ukrainiens, et de l’autre des mesures violentes qui consistent à limiter les voies légales et à accentuer la dangerosité de la migration pour des personnes au prétexte qu’elles seraient d’origine extra-européenne.
Sur la même thématique