ANALYSES

Reprise du dialogue nucléaire entre Téhéran et les puissances occidentales

Presse
18 mars 2014

L’une des inconnues réside dans les positions de la Russie, qui dans un contexte de tensions avec les Occidentaux pourrait faire cavalier seul afin de privilégier sa coopération bilatérale avec l’Iran. Mais pour Thierry Coville, chercheur à l’IRIS et professeur à l’école de commerce Novencia à Paris, il est peu probable que la Russie se désolidarise des Occidentaux sur ce dossier.


Est-ce qu’il y a une rupture radicale par rapport à l’époque d’Ahmadinejad sur les relations de l'Iran avec l’Occident ?



Evidemment, parce que c’est la grande différence, la différence majeure de « la nouvelle diplomatie iranienne » dans le sens où ce qui a caractérisé en matière de politique étrangère les huit ans de mandat d’Ahmadinejad, c’était quand même un certain radicalisme de sa politique étrangère. Avec ses déclarations outrancières, il n’était pas du tout pour la négociation et la diplomatie. Il voulait imposer le point de vue de l’Iran par la force. Il jouait la provocation et le rapport de force. Là, on voit très clairement que la méthode a changé avec Rohani et je pense que la méthode en dit beaucoup. L’idée c’est que maintenant, l’Iran doit respecter les principes de la diplomatie internationale, doit se normaliser, doit jouer un jeu constructif, arriver à des accords. Rohani fait référence à la théorie des jeux. Il faut qu’on ait des accords gagnant-gagnant. Je pense qu’on est arrivé à une diplomatie iranienne mais qui veut véritablement jouer le jeu de la diplomatie. Ce qui caractérise cela, c’est par exemple que les négociations sur le nucléaire sont menées directement par le ministre des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif qui est un véritable diplomate. Alors qu’avant, c’était le secrétaire général du conseil national de sécurité en Iran qui dirigeait ces négociations. Je crois que c’était Saïd Jalili qui était plus un haut-fonctionnaire très proche du régime. Donc, il y a un énorme changement de ce côté-là.


Est-ce que la diplomatie et la stratégie d’ouverture du ministre actuel des affaires étrangères ont quand même été un peu fragilisées par la question de la Syrie et l’échec des négociations à Genève ?



C’est vrai que sur le coup, quand il y a eu cet épisode, Ban Ki Moon a dit que ll’Iran pouvait être invité à participer aux négociations avant d'y renoncer le lendemain, Javad Zarif a été fragilisé en interne par les ultra-radicaux qui lui ont dit : « vous voyez bien, avec votre politique de la diplomatie et du sourire, on nous respecte pas, on veut négocier à Genève sans prendre en compte les intérêts de l’Iran.» Mais, avec ce qui se passe sur le terrain, la position iranienne est plutôt renforcée vu qu’ils ont toujours dit « on est prêt à participer à un accord » et de toute façon, il sera très difficile pour vous d’arriver à un accord sans notre présence ». Malheureusement, les faits leur donnent raison. L’idée occidentale et sans doute aussi de l’Arabie Saoudite, c’est qu’on peut arriver à un accord sur la Syrie sans la présence de l’Iran alors qu’ils sont directement impliqués, ils sont liés au Hezbollah qui se bat en Syrie. Cela parait complètement irréaliste, et les faits donnent raison à l’Iran, qu’on le veuille ou non.


Vous avez fait allusion aux radicaux qui existent toujours dans les cercles du pouvoir, notamment autour du Guide suprême. Est-ce que la politique d’ouverture d’Hassan Rohani et de son ministre des affaires étrangères fait consensus ou est-ce qu’il y a encore des résistances fortes en interne ?



Cette politique d’ouverture, elle a été validée par le guide Ali Khamenei, autrement elle ne pourrait pas être appliqué. Donc, il l’a validé, à mon avis, pour des raisons de réalisme. Je pense qu’il a compris qu’à la fois pour l’intérêt du régime, à cause des sanctions et parce que la politique étrangère d’Ahmadinejad a plutôt fragilisé l’Iran. Donc, par réalisme, prise en compte des nouvelles équipes politiques, je pense qu’il a validé cette politique d’ouverture de l’Iran. Il reste une opposition assez forte. On le voit en interne à cette politique. La majorité des députés au parlement qui sont plutôt des conservateurs radicaux sont opposés à cette politique. On sait aussi que dans l’appareil sécuritaire, dans l’appareil judiciaire on a pas mal de conservateurs radicaux. Il y a une opposition assez forte en interne à cette politique d’ouverture en sachant qu’on a l’impression que la majorité de la population iranienne est plutôt en faveur de cette politique d’ouverture.


Et sait-on ce que devient Mahmoud Ahmadinejad ?



Je crois qu’on lui a donné la direction d’une université mais actuellement, la justice iranienne s’intéresse beaucoup à des cas de corruption qui portent sur son entourage, notamment son premier conseiller. On parle beaucoup des cas de corruption qui concernent des membres de son gouvernement. C’est de côté-là qu’il est dans l’actualité. D’après ce que je lis dans la presse iranienne, personne ne veut entendre parler d’un éventuel retour politique d’Ahmadinejad.


Est-ce que des pays comme la Turquie, ou le Brésil si on regarde plus loin, peuvent aussi jouer un rôle dans le désenclavement de l’Iran ?



Il faut savoir qu’ils ont déjà joué un rôle car en 2010, il y a eu un accord négocié avec le Brésil et la Turquie avec l’Iran. En fait, l’Iran a d’assez bonnes relations avec les pays du tiers-monde. Le problème d’Ahmadinejad, c’était plutôt les relations avec les pays occidentaux et notamment, les États-Unis. L’Iran est maintenant président du mouvement des non-alignés. Depuis la révolution iranienne, l’Iran a toujours une ligne tiers-mondiste. Ils ont toujours essayé de développer de bonnes relations avec les pays émergents et les pays en voie de développement. On a beaucoup critiqué Ahmadinejad pour le fait qu’il avait quand même consacré beaucoup d’énergie à développer des relations pour créer un front contre les États-Unis avec des pays comme le Venezuela, l’Equateur ou Cuba. D’un certain coté, l’Iran a développé une stratégie de relations diplomatiques avec les pays musulmans en Afrique comme le Sénégal. Récemment, le problème de l’Iran, c’était plutôt avec les occidentaux.


Selon vous, avec ce changement de cap, la possibilité d’un accord est plausible, probable?



Un accord semble plus réaliste qu’il y a un an quand Ahmadinejad était président mais surtout depuis la signature de l’accord de novembre 2013. On voit qu’il y a un échéancier pour arriver à un accord. Mais il n’empêche qu’on rentre bien dans le dur des négociations sur ce que l’Iran devra lâcher dans son problème nucléaire pour qu’il y ait un accord définitif. Je pense que les négociations vont peut-être être plus dures qu’avant. Comme je l’ai déjà dit, il y a quand même la pression des « durs » en Iran qui surveillent tout ce que vont « lâcher » les négociateurs iraniens. Ca ne s’annonce pas facile mais disons que la perspective d’un accord existe.

Sur la même thématique
La politique arabe de François Hollande
La menace djihadiste