ANALYSES

«Critiquer la politique d’Israël, ce n’est pas être antisémite»

Presse
19 juillet 2014
Après les incidents violents qui ont émaillé les manifestations pro-israélienne dimanche 13 juillet, la préfecture de police a engagé une procédure informelle pour interdire une manifestation de soutien à Gaza prévue samedi. La société Française devient-elle la victime collatérale du conflit du Proche-Orient?

Pascal BONIFACE: La société française ne devient pas la victime collatérale du conflit du Proche-Orient, elle l'est depuis longtemps. La reprise des violences entre Israéliens et Palestiniens a provoqué une poussée de fièvre en France, mais que la France soit malade du conflit israélo-palestinien, n'est hélas pas une nouveauté. Aucun conflit extérieur ne suscite de telles passions, de mises en cause si importantes des individus qui prennent des positions qui déplaisent. Des amis de longue date, qui ne partageant pas le même point de vue sur le conflit et ses conséquences en France, peuvent se brouiller. On ne voit ça pour aucun autre conflit.


Quel est votre point de vue sur l'interdiction des manifestations? Celle-ci ne risque-t-elle pas d'être contre-productive?

Si le but est de ne pas opposer les communautés, interdire les manifestations produit l'effet inverse. Ceux qui veulent manifester peuvent avoir le sentiment que le gouvernement répond aux désirs des institutions communautaires juives. Par ailleurs, il y a une atteinte au droit de manifester. Où placer les limites? Faudra-t-il par la suite interdire les nombreuses et variées manifestations de soutien à Israël? Faudra-t-il interdire les articles critiques sur l'action du gouvernement israélien parce qu'ils seraient censés contribuer à alimenter l'antisémitisme? Le risque est de radicaliser une partie de ceux qui se sentent solidaires des Palestiniens.


Selon vous, la confusion entre antisémitisme, antisionisme et critique du gouvernement israélien contribue à l'importation de ce conflit en France. Quelle différence faites-vous entre ces différentes notions?

Cette confusion est entretenue par les institutions communautaires et certains intellectuels juifs. L'antisémitisme c'est la haine des juifs, l'antisionisme c'est l'opposition à l'existence de l'État d'Israël. Mais cela n'a rien à voir avec la critique de l'action du gouvernement israélien ou alors des O.N.G. israéliennes, des personnalités comme Abraham Burg, des journalistes comme Gideon Lévy sont antisémites. Lorsque l'on critique la politique de Poutine on n'est pas accusé de faire du racisme anti-russes. Brandir l'accusation infamante d'antisémitisme dès que l'on émet une critique à l'égard du gouvernement israélien a pour fonction de protéger ce dernier. L'immense majorité de ceux qui se déclarent solidaires des Palestiniens combattent l'antisémitisme et toutes les formes de racisme, et se prononcent pour la solution des deux États, donc en faveur de l'existence d'Israël.


Vous-même en taxant le HCI d'islamophobie pour ses prises de positions, notamment contre le port du foulard islamique à l'université, n'opérez-vous pas une confusion dangereuse entre critique légitime du communautarisme et racisme antimusulman?

Lorsque l'été dernier le HCI a proposé d'interdire le port du foulard dans les universités, j'ai en effet estimé qu'il préconisait une mesure visant exclusivement les musulmans (on ne parlait pas des signes religieux en général) qui pouvait rallumer une guerre au moment où une majorité s'accordait pour dire qu'il fallait en rester à la loi de 2004 qui ne concerne pas l'enseignement supérieur.


Selon vous, de nombreux Français non-juifs, en particuliers les musulmans, ont le sentiment qu'il y a un «deux poids, deux mesures» dans la lutte contre le racisme et que les actes antisémites font l'objet d'un traitement médiatique plus conséquent que les autres actes racistes. Le risque de votre démarche n'est-il pas de verser dans la concurrence victimaire et de nourrir le ressentiment d'une certaine jeunesse de banlieue à l'égard des Juifs et de la France plus généralement?

Réclamer la fin du «deux poids, deux mesures» dans la lutte contre l'antisémitisme et le racisme anti-musulmans, qu'il s'agisse des médias ou des responsables politiques ne revient pas à nourrir le ressentiment d'une certaine jeunesse de banlieue, mais au contraire à le combattre. Dénoncer une injustice ou une inégalité de traitement est justement la meilleure façon de combattre la concurrence victimaire. Si chacun est placé sur un pied d'égalité, si tous les enfants de la République sont traités de la même façon il n'y a plus de concurrence victimaire et moins d'espace politique pour le ressentiment.


Avez-vous des exemples précis de «deux poids, deux mesures» ...

De nombreuses agressions ont eu lieu contre des femmes voilées, qui n'ont pas suscité la mobilisation,qui aurait eu lieu si des hommes portant la kippa avaient été agressés. Il est vrai que présenter, comme le font certains journalistes, le port du voile comme faisant partie d'un complot pour mettre à genoux la République, a contribué à créer un climat malsain...


Quelques lignes dans Libération du 22 Février 2011, on apprend que la voiture et la moto de Dounia Bouzar, anthropologue spécialiste de l'islam, ont été vandalisées. On pouvait lire sur l'un des véhicules «non aux minarets». Un texte était également glissé: «Pour que Colombey les deux églises ne devienne pas Colombey les deux mosquées. Viendra le moment où les islamo-collabos devront rendre des comptes.» Imaginons que la même mésaventure soit arrivée à BHL ou Finkielkraut, cela aurait fait la Une de tous les journaux et toute la classe politique aurait manifesté sa solidarité.


Selon vous, il faut évoquer tous les racismes. Quel est votre point de vue sur le racisme anti-blanc?

Il peut y avoir des arabes ou des noirs qui soient racistes à l'égard de ceux qui sont différents d'eux. Il peut donc y avoir des blancs victimes de racisme. Mais il n'y a pas un racisme anti-blanc puissant, structuré, s'appuyant sur de nombreux textes, se développant sur les réseaux sociaux, relayé par la presse, soutenu par des déclarations d'hommes politiques, etc. Les blancs en France ne font pas l'objet de discriminations.


Vous avez eu beaucoup de difficultés pour faire éditer votre livre. Certains sujets restent-ils tabous en France? Pourquoi?

Le conflit israélo-palestinien déclenchant les passions, beaucoup de gens veulent se tenir à l'abri à partir du moment où la critiques politiques du gouvernement israélien est très rapidement assimilée à de l'antisémitisme. Beaucoup de gens ne veulent pas prendre le risque d'être étiquetés de façon si infamante.


La presse française est pourtant loin d'être complaisante à l'égard du gouvernement israelien ...

Je ne connais pas d'autres sujets qui paraissent aussi risqués pour les responsables politiques et les médias. Je ne connais pas de cas où des responsables politiques , des journalistes, des universitaires, qui se seraient signalés par un engagement profond, voire inconditionnel, à l'égard d'Israël, en aurait subi des sanctions personnelles ou professionnelles. Nombreux sont ceux qui ont payé un prix fort pour avoir osé critiquer le gouvernement israélien. Il est d'ailleurs assez paradoxal qu'en France, il soit moins risqué pour quiconque de critiquer les autorités nationales que celle d'un pays étranger, en l'occurrence Israël. Je connais beaucoup de personnes qui disent être entièrement d'accord avec mes analyses mais ne veulent pas le déclarer publiquement de peur de représailles. Je pense qu'à terme cette stratégie est très dangereuse même si elle peut s'avérer favorable à court terme à la protection du gouvernement israélien.


 

Sur la même thématique