ANALYSES

L’Ouzbékistan, un angle mort des diplomaties occidentales

Presse
29 avril 2021
Avec plus de 30 millions d’habitants (le plus peuplé de la région) et une situation privilégiée au cœur même de l’Asie centrale, l’Ouzbékistan est un État neuf né de la dislocation de l’URSS (1991). Ce pays n’en est pas moins le creuset de très anciennes civilisations et avantageusement situé au cœur de l’Asie centrale, malgré l’absence de façade maritime et la dépendance à l’égard de l’Iran pour ce qui concerne l’accès à la mer.

En septembre 2016, la mort du président Islam Karimov, chef de l’État depuis l’indépendance du pays, a ouvert une période de transition politique. L’ancien premier ministre Chavkat Mirziyoïev lui a succédé le 4 décembre 2016.

Entre ouverture et continuité, le nouveau dirigeant s’est lancé dans une série de changements. Longtemps replié sur lui-même, l’Ouzbékistan a depuis deux ans mis en œuvre plus de réformes qu’au cours de ses vingt-cinq premières années d’indépendance, signal d’une certaine ouverture.

Opportunités économiques et défi sécuritaire


L’Ouzbékistan mène une politique dite « multivectorielle », qui consiste à diversifier ses partenariats. Le président Mirziyoïev a fait de la coopération régionale en Asie centrale une priorité. Membre fondateur de la Communauté des États indépendants, l’Ouzbékistan s’est en revanche retiré de l’Organisation du traité de sécurité collective créée à l’instigation de la Russie et ce, à deux reprises, en 1999 (retour en 2006) et en 2012, mais détient un siège d’observateur au sein de l’Union économique eurasiatique, autre structure dominée par Moscou. L’Ouzbékistan est par ailleurs membre de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), dont Tachkent accueille depuis 2002 le centre de coordination de la lutte anti-terroriste, marquant la place singulière cette capitale dans les affaires diplomatiques eurasiatiques.

L’économie ouzbèque repose largement sur l’exploitation des matières premières. Les produits énergétiques (principalement gaz), le coton (1,3 M d’hectares cultivés), les métaux (or, uranium cuivre) et les engrais représentent les trois quarts des exportations. Si le parti présidentiel continue de dominer les institutions et la vie politique, la volonté de diversification des partenariats économiques et diplomatiques exprime une certaine ouverture. Des réformes sont en cours pour libéraliser l’économie, stimuler les initiatives privées et attirer les investissements étrangers, avec l’appui de bailleurs internationaux. De la question de l’eau à celles des réseaux et des infrastructures en passant par la diversification de l’économie (hors rente énergétique et minerais), les besoins de l’Ouzbékistan sont importants.

Pour l’acheminement des ressources ouzbèques, le consortium China Road a reconstruit la route reliant Douchanbé à la frontière tadjiko-ouzbèque, longue de 410 kilomètres, grâce à un prêt chinois d’environ 300 millions de dollars (274,2 millions d’euros). Cette société a également entrepris la restauration de la route Douchanbé-Kulob, du réseau routier de Douchanbé et de la route allant de la capitale du Tadjikistan jusqu’à la frontière de l’Ouzbékistan. China Road a par ailleurs construit des tunnels routiers, ainsi que des tunnels et ponts ferroviaires, qui donnent désormais accès aux régions de l’ouest de l’Asie centrale mais aussi à l’Afghanistan.

Un acteur régional notable


Le dossier afghan est l’une des grandes priorités de la politique étrangère ouzbèque. Les troupes soviétiques d’origine ouzbèque comptaient parmi les éléments des forces d’élite les plus engagées et acculturées à l’environnement afghan, et l’on retrouve au sein de l’Afghanistan des populations ouzbèques qui ont souvent rejoint les rangs des moudjahidines lors de l’invasion soviétique. Parmi eux, Abdul Rachid Dostom, d’origine ouzbèque et turkmène, formé en URSS, est un chef de guerre influent dans le nord du pays (région de Mazar-ê-Charif).

Concernant l’avenir de son voisin afghan, l’Ouzbékistan est une force de proposition et a convaincu nombre de ses partenaires de favoriser le dialogue entre les différentes factions, y compris avec les talibans, et ce depuis 2001. Ainsi, à l’issue de la conférence de Doha de septembre 2020 qui réunissait les représentants des talibans et le gouvernement afghan, le chef de l’État ouzbek a proposé l’établissement d’un comité permanent des Nations unies sur l’Afghanistan. Le rapprochement avec Kaboul et la participation avec Téhéran à des projets de désenclavement par la route de l’Afghanistan (route Termez-Mazar-Bandar-Abbas) va dans le sens d’une interconnexion tous azimuts qu’encouragent parallèlement la diplomatie chinoise mais également indienne afin de consolider leur influence dans la région. L’intérêt pour Pékin est clair : assurer la stabilité régionale afin de sécuriser ses approvisionnements en gaz, exploité plus à l’ouest encore, c’est-à-dire au Turkménistan, voire en Azerbaïdjan où les ressources off-shore de la Caspienne abondent. C’est par l’Ouzbékistan que transitent les hydrocarbures turkmènes vers la Chine.

Les efforts de la capitale ouzbèque semblent en cela renouer avec une tradition initiée par la diplomatie soviétique lorsque Tachkent était le lieu des rencontres internationales avec des pays tiers. Ainsi, nombre de délégations des partis Baas syrien et irakien ont pu s’y rendre dans le passé, ainsi que des délégations indiennes et pakistanaises, pour tenter respectivement de nouer des relations privilégiées avec le monde communiste ou pour trouver une solution négociée à leurs différends survenus au Cachemire.

Plus que tout, l’Ouzbékistan a à cœur la stabilité et la lutte contre le terrorisme. Apparu en 1997, le groupe ouïgour Parti islamique du Turkestan (East Turkestan Islamic Movement, ETIM) est présent en Afghanistan, en Syrie et en Russie, de même que le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO), avec lequel il possède des passerelles. En outre, un certain nombre de combattants originaires du Xinjiang sont allés combattre en Syrie dans les rangs djihadistes et inquiètent les autorités à la fois de Tachkent et de Pékin. En ce sens, l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) cherche à renforcer la collaboration entre les pays membres en matière de contre-terrorisme. Pékin développe ses liens militaro-sécuritaires avec les pays membres de l’Organisation, témoignant du renforcement de l’influence de la Chine en Asie centrale depuis plus de vingt ans, en particulier en Ouzbékistan. De l’implantation des Instituts Confucius à la coopération dans les technologies (Huawei, Tencent, TikTok, etc.), Pékin joue pleinement de la dissymétrie des relations pour imposer son ascendant.

Guerre perpétuelle ou consolidation de la paix ?


Des exercices militaires et antiterroristes conjoints ont déjà eu lieu, comme l’opération Hezuo-2019, à l’issue de laquelle la Chine avait reconnu l’Ouzbékistan comme un « partenaire stratégique important ». Cette coopération s’est également traduite par d’importantes ventes d’armes comme des drones Wing Loong et des missiles Hongqi-9 (équivalent au S-300 russe). Le retrait des Américains d’Afghanistan, annoncé par Joe Biden pour les mois à venir, peut non seulement concourir au renforcement de cette relation mais aussi accroître le risque de menaces terroristes sur les territoires riverains, et tout particulièrement dans la vallée du Ferghana (est de l’Ouzbékistan) comme le craignent un certain nombre d’analystes.

Les Occidentaux y ont-ils intérêt ? Si les tensions ont pu se manifester avec la Russie ou avec la Chine sur les marges de chacun de ces pays (Ukraine pour l’une, Taïwan pour l’autre), le risque est d’abandonner l’Asie centrale au duopole Moscou-Pékin. La France semble l’avoir compris plus que d’autres et y a vu un potentiel de coopération. François Mitterrand a été l’un des premiers chefs d’État occidentaux à s’y être rendu (1994) et Emmanuel Macron envisagerait de s’y rendre à son tour. Une très ambitieuse exposition (« Splendeurs d’Asie centrale. Sur les routes caravanières d’Ouzbékistan ») programmée au Louvre pour l’année 2022 viendrait symboliquement en appui de projets importants dont une implantation du groupe Renault.

Favorable à la construction d’un corridor de Mazar-ê-Charif à Peshawar, l’Ouzbékistan souhaite se proposer comme acteur diplomatique régional de l’Asie centrale et du sud. Entre le réengagement diplomatique et stratégique de l’Inde, les discussions avec le Pakistan, les liens avec l’ancienne tutelle soviétique – aujourd’hui la Russie –, la question chinoise et les dossiers de l’Iran et de l’Afghanistan, l’Ouzbékistan est au cœur d’un grand jeu où les démocraties occidentales auront à discerner les enjeux entre géopolitique et les demandes de participation accrue des populations dans un contexte post-pandémique.The Conversation

——————

Emmanuel Véron, Enseignant-chercheur – Ecole navale, Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) et Emmanuel Lincot, Spécialiste de l’histoire politique et culturelle de la Chine contemporaine, Institut Catholique de Paris

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.
Sur la même thématique
Le duel États-Unis/Chine