ANALYSES

10 milliards d’habitants en 2050 : un enjeu géostratégique

Interview
12 juillet 2017
Le point de vue de Sébastien Abis
Les Nations unies viennent de publier leurs nouvelles projections démographiques.  Quels en sont les principaux enseignements ?

Tous les deux ans en moyenne, la division population du département des Affaires économiques et sociales de l’ONU publie un rapport sur l’évolution de la démographie dans le monde, en apportant des révisions sur les projections à court et long termes. C’est un document de référence depuis la première édition parue en 1951. Chaque nouvelle mise à jour – c’est ici la 25ème - justifie que l’on s’y attarde vraiment. D’autant plus que le travail de recherche est colossal et très précis. Le petit bémol, c’est que les transitions démographiques sont finalement difficiles à suivre. C’est l’un des enseignements de ce Rapport 2017 : la baisse de natalité n’est pas si marquée en tous points du globe et les projections sont donc revues à la hausse. Nous ne sommes plus sur une croissance globale aussi significative que dans la seconde moitié du XXIème siècle mais très rares sont les pays en décroissance démographique et nombreux sont ceux où la population continue à croître rapidement. Résultat, sur les cinq dernières décennies, nous avons connu un doublement du nombre d’individus vivant sur Terre.

Pour 2050, ce sont désormais 9,8 milliards d’habitants qui sont annoncés, soit 2,2 milliards d’individus supplémentaires vis-à-vis de la situation actuelle. Surtout, il importe d’observer que cela signifie aussi 600 millions d’habitants de plus par rapport à la projection faite dans le Rapport onusien de 2006, qui lui tablait sur 9,2 milliards d’habitants à l’horizon 2050. Sur la dernière décennie donc, nous sommes passés dans un scénario médian où il faudra finalement compter sur l’équivalent démographique d’une Europe en plus sur la planète ! C’est tout sauf une mince révision. En outre, tenons à l’esprit les variables dans ces projections démographiques car 9,8 milliards en 2050, c’est le scénario médian. Si la variante basse table sur 8,7 milliards, celle dite haute grimpe à 10,8. Nous avons donc 2 milliards d’habitants qui se baladent dans une fourchette d’incertitudes !

Quels autres chiffres et faits méritent également d’être soulignés ?

La planète vit en ce moment sur un rythme de croissance démographique soutenu : 83 millions d’habitants en plus chaque année (solde entre les naissances et les décès), soit environ 230 000 personnes par jour (l’équivalent de la ville de Lille). Près de la moitié d’entre elles sont africaines. 26 pays du continent africain verront leur population doubler entre 2017 et 2050. L’Afrique comptait 230 millions d’habitants en 1950. C’est 1,2 milliard désormais et 2,5 attendus en 2050 : une multiplication par 10 sur un siècle !

Notons aussi que 9 pays feront à eux seuls la moitié de la croissance démographique mondiale d’ici 2050. Il s’agit de l’Inde, du Nigéria, de la République démocratique du Congo, du Pakistan, de l’Ethiopie, de la Tanzanie, des Etats-Unis, de l’Ouganda et de l’Indonésie, en les prenant ici par ordre de contribution attendue à la croissance totale. L’Inde pourrait dépasser la Chine à partir de 2025 et devenir la nation la plus peuplée du globe. Le Nigéria deviendrait la 3ème puissance démographique à l’horizon 2050, avec 410 millions d’habitants.

Enfin, comme le Rapport le mentionne abondamment, le vieillissement démographique va se faire visible : les personnes âgées de plus de 60 ans devraient former une masse de 2,1 milliards en 2050, contre environ 1 milliard de nos jours. L’espérance de vie augmente presque partout sur la planète, bien que des inégalités criantes demeurent. Pour faire simple, les riches vivent plus longtemps mais pas les pauvres.

Les risques stratégiques liés à la démographie devraient-ils être davantage considérés ?

C’est certain. Les tendances démographiques déterminent pour beaucoup la matrice du développement durable et des relations internationales. Thomas Malthus, économiste anglais célèbre pour avoir dès la fin du XVIIIème siècle prôné le contrôle des naissances afin de pouvoir préserver les ressources naturelles de la planète, peut avoir raison au cours de ce siècle. Si les thèses malthusiennes ont été démenties jusqu’à présent, rien ne garantit qu’elles ne trouvent pas leur écho dans ce XXIème siècle où tout s’accélère et s'imbrique comme jamais : le stress hydrique, la perte de biodiversité, les changements climatiques, les migrations de détresse… La population continuant d’augmenter, c’est encore vers la science que l’on devrait se tourner et sur l’innovation technologique. Mais cela soulèvera des controverses et la durabilité du développement aura à composer avec des enjeux puissants sur les trois plans économique, social et environnemental. Comment freiner le développement tout en apportant satisfaction à ces milliards d’habitants ? Pourra-t-on éviter des déplacements de population massifs si la viabilité de certains territoires devient compromise ?

Bien entendu que l’Afrique doit faire sa révolution démographique (encore 7 à 8 enfants par femme dans la bande sahélo-saharienne !) et que cela pose un problème de voir des géants asiatiques comme la Chine, l’Inde et l’Indonésie (3 milliards d’habitants à eux trois seulement !) adopter des modes de consommation similaires à ceux des pays européens ou nord-américains. Mais doit-on pour autant leur demander l’impossible ? Des réalités culturelles, des nécessités socioéconomiques et des retards en termes d’éducation pour les femmes expliquent beaucoup de choses dans cette natalité encore vive en Afrique. Les classes moyennes chinoises ou indiennes aspirent à des vies meilleures que celles de leurs aînés, notamment sur le plan matériel. Difficile de leur expliquer que ces modes de vie seraient réservés aux seuls Européens et Américains !

Pendant ce temps, n’oublions pas néanmoins que chaque personne de plus sur la planète exige de la nourriture, et plusieurs fois par jour dans le meilleur des cas. Produire de l’alimentation et en assurer sa circulation dans le temps et dans l’espace : voilà un défi géostratégique que pose la problématique de la croissance démographique. Cela dit, les sociétés humaines ont toujours trouvé des solutions pour faire face à des défis considérables comme celui de l’augmentation de la population, donnant ainsi tort à Malthus. Face aux difficultés, les individus, par des démarches collectives, savent s’adapter et adopter des modèles de développement plus soutenables. L’esprit d’innovation, l’éducation et le partage de responsabilités constituent à ce titre des éléments déterminants.
Sur la même thématique
Y a-t-il une justice internationale ?