ANALYSES

Défense japonaise : toujours plus de moyens

Tribune
4 septembre 2015
Le Japon, sous la direction du Premier ministre conservateur Shinzo Abe, s'éloigne de plus en plus de sa traditionnelle posture pacifiste et s'affirme comme une puissance militaire régionale de premier plan.

En témoignent deux faits récents significatifs d'une évolution initiée depuis que Shinzo Abe a pris les rênes du pays en décembre 2012.

Le 27 août, les forces d'autodéfense maritimes (FAD), c'est-à-dire la marine de guerre nippone, ont lancé un nouveau porte-hélicoptères géant de la classe Izumo, le Kaga. Le navire de 24 000 tonnes et 248 mètres de long, a été dévoilé au chantier naval de Japan Marine United à Yokohama.

Quatre jours plus tard, lundi 31 août, le ministère de la défense japonais a déposé pour la quatrième année de suite une demande de budget - record - pour l'exercice d'avril 2016 à mars 2017. Le ministère souhaite une enveloppe initiale de 5 090 milliards de yens (près de 38 milliards d'euros ou 42 milliards de dollars), soit une hausse de 2,2 % sur un an.

En quoi ces évolutions sont-elles significatives ? Et à quelles menaces répondent-elles ?

Ces développements s'inscrivent dans la continuité de la politique de défense, renforcée depuis près de trois ans par le pouvoir japonais.

Le nouveau porte-hélicoptères sort deux ans après son aîné, l'Izumo, lancé en août 2013 et mis en service en mars de cette année. Il va ainsi former une flotte de quatre porte-hélicoptères, moyens puissants au service des ambitions maritimes nationales.

Quant au budget de la défense du Japon, il avait déjà progressé de 2 % pour 2015-2016, confirmant l'orientation de la politique de "pacifisme proactif" du Premier ministre. Il y a deux ans, M. Abe avait décidé d'augmenter de 5 % les dépenses militaires pour la période 2014-2019, soit une enveloppe totale de 24 700 milliards de yens (180 milliards d'euros). Son arrivée au pouvoir avait mis fin à une décennie de baisse du budget de la défense, alors même que l'économie nippone est dans une situation incertaine et encore fragile.

Menaces chinoise et nord-coréenne

L'introduction d'un nouveau navire et la volonté d'un budget plus élevé doivent répondre aux menaces combinées de la République populaire de Chine et de celle de la Corée du Nord, qui sont clairement identifiées dans le dernier Livre Blanc de la défense japonaise paru fin juillet, qui pointe notamment la menace de la marine chinoise et de la politique de Pékin qui vise à changer le statu quo, notamment en mer de Chine.

Le ministère de la Défense nippon veut notamment s'équiper de 17 hélicoptères de patrouille SH-60K, de trois drones "Global Hawks" et de 12 avions/hélicoptères V22 "Osprey" (« balbuzard pêcheur »). Ces matériels sophistiqués doivent permettre pour les deux premiers de surveiller les déplacements des forces navales chinoises, alors que Pékin maintient ses revendications sur les îles Senkaku, en mer de Chine orientale, administrées par le Japon, mais que les Chinois appellent Diaoyu. Les 12 avions/hélicoptères « Osprey » peuvent, eux, servir à déployer rapidement des troupes, notamment au cas où des forces ennemies menaceraient ou débarqueraient sur des îles du Sud-Ouest de l'Archipel nippon.
S'agissant de la menace nord-coréenne, qui est essentiellement celle de missiles balistiques appuyant un programme nucléaire militaire, dont Pyongyang poursuit un programme de développement accéléré, les drones « Global hawks » ayant une forte autonomie – ils peuvent rester en l'air plus de 36 heures – et un long rayon d'action à très haute altitude, serviront à surveiller les bases de lancement nord-coréennes notamment.

Quant au porte-hélicoptères Kaga, doté de 14 hélicoptères (7 Mitsubishi SH-60k et 7 Agusta Westland MCM-101) dédiés notamment à la lutte contre les mines et les sous-marins, il peut, comme son aîné, servir à contrer la menace sous-marine chinoise, alors que Pékin développe de façon accélérée cette facette de sa marine de guerre.

Ces évolutions apparaissent donc dans une continuité logique d'une politique de défense conduite dans un environnement menaçant. Elles doivent donner des moyens supplémentaire à l'ancien empire du Soleil levant au moment même où la Diète (le parlement nippon) devrait adopter de nouvelles lois pour faire évoluer la législation du pays qui régit les forces armées en leur donnant plus de latitude pour venir en aide aux alliés et pour participer à des opérations internationales autorisées par les Nations unies.
Sur la même thématique