ANALYSES

Cuba – Etats-Unis, à la recherche du temps perdu

Presse
18 janvier 2015
17 décembre 2014, Première étape : le rétablissement inattendu des relations diplomatiques

Ite missa est ?- Le 17 décembre 2014, États-Unis et Cuba ont mis à la surprise de leurs citoyens un point quasi final à leur interminable querelle de clocher. Les deux chefs d'État, Barak Obama et Raúl Castro, ont en effet annoncé, à la même heure la bonne nouvelle. La roue des querelles héritées, et des anathèmes a tourné. Les compteurs ont été remis à zéro. Après cinquante années de dos-à-dos, bien difficiles à gérer à 180 kilomètres de distance, les deux pays ont décidé d'avoir de meilleures relations. Ils partent ainsi à la recherche du temps perdu, celui de rapports mutuellement profitables, une ambition qui n’a jamais à vrai dire été réalisée, après, mais aussi avant la révolution cubaine de 1959.

La guerre froide est terminée a déclaré, le président Obama en s'adressant aux citoyens américains. Tous ont le droit d'entretenir des liens avec la communauté internationale comme ils l'entendent, pourvu qu'ils en respectent les règles. En ce qui concerne la Chine et le Vietnam, les États-Unis en avaient très rapidement intégré les paramètres. Un rideau de sucre avait été perpétué à l'égard de Cuba. Mais les États-Unis étaient seuls à le respecter sur le continent américain. Cuba est en effet membre à part entière des concerts diplomatiques latino-américains. Le reste du monde demande depuis 1992 la levée de l'embargo. En 2009 les Latino-américains ont bravé les États-Unis et ont offert à Cuba une réintégration pleine et entière au sein de l'OEA, dont le siège est à Washington. Cuba a présidé la CELAC, Communauté des États latino-américains, et des Caraïbes. Le Panama, pays hôte du sommet des Amériques en 2015, a invité Cuba. Ainsi isolés par les pays voisins, les États-Unis étaient contraints de procéder à une action diplomatique. Ce qui a été fait le 17 décembre 2014.

Cuba donc va être retirée de la liste des pays terroristes établie par Washington. Le constat à faire ici est évident. Le président américain ayant obtenu un prix Nobel de la paix aurait pu agir dès sa prise de fonction en 2009. Cuba est en effet, depuis la fin de la guerre froide, un acteur de paix internationale. Cuba a aidé dès la fin des années 1980 à résoudre les conflits d'Afrique australe, et d'Amérique centrale. C'est à La Havane que négocient actuellement les autorités colombiennes et la guérilla des FARC, afin de mettre un point final à un conflit cinquantenaire. Cuba envoie des médecins aux quatre coins du monde. En Haïti après le tremblement de terre en 2010, et aujourd'hui en Afrique de l'Ouest pour lutter contre l'épidémie de la fièvre Ebola.

Chacun bien entendu a mis en avant les raisons « historiques » de ce surprenant tête à queue diplomatique. Les autorités cubaines ont accepté de libérer un ressortissant nord-américain, condamné pour espionnage, Alan Gross, ainsi qu'un second personnage, dont l'identité n'a pas été révélée. Le gouvernement des États-Unis a de son côté relâché trois Cubains détenus pour espionnage. Ce sont là les gestes immédiats présentés comme justifiant la décision prise, d'un côté comme de l'autre.

Y en aura-t-il d'autres ? On peut l'imaginer. En tous les cas, cela serait dans la logique de la décision annoncée le 17 décembre. Un arsenal de mesures avait été construit par l'administration des États-Unis au fil du temps, pour faire pression sur Cuba. La liberté de circulation était encadrée. Le commerce bilatéral contraint par les mesures d'embargo, réduit aux produits de l'agriculture et aux produits pharmaceutiques sous réserve de leur paiement comptant. Les transferts d'argent devraient donc pour les personnes comme pour les entreprises être faisable. Du moins c'est ce qui sera demandé. Encore faut-il lever les interdits actés par les lois Helms-Burton. Elles empêchent les échanges bilatéraux. Elles sanctionnent les entreprises étrangères présentes aux États-Unis et ayant des activités sur le sol cubain. La banque française BNP a tout récemment été sévèrement condamnée en vertu de cette loi unilatérale. La Comerzbank allemande est soumise depuis quelques semaines à une mise en examen du même ordre.
Si les choses vont en ce sens, nous sommes loin de la coupe aux lèvres. Comme chacun le voit, le parlement des États-Unis a son mot à dire en politique étrangère, comme sur tout autre sujet. Comment défaire des lois encadrant l'embargo, sinon par d'autres lois, mais avec quelle majorité ? Le Congrès et le Sénat ont une couleur partisane aux antipodes des décisions annoncées par le Président Obama. Représentants et sénateurs sont dans leur majorité républicains, depuis l'élection à mi-mandat présidentiel de novembre dernier. L'hôte de la Maison-Blanche est démocrate. Le dilemme cubain ainsi posé par Barak Obama est de la même nature que celui signalé en France par François Hollande sur le vote des étrangers aux élections locales. Ces initiatives marquent quelque part le début de campagnes présidentielles. Il s'agit de cliver idéologiquement les électorats pour les remobiliser. La déclaration sur les relations avec Cuba a suivi celle d'une réforme des politiques migratoires permettant la régularisation de millions de sans-papiers et les critiques adressées à l'action des polices locales à l'égard des populations afro-américaines.

L'Europe dans tout ça apparaît une fois de plus à côté de la plaque. L'Espagne qui donne le ton en matière latino-américaine avait fourvoyé la diplomatie et les intérêts européens après la victoire du Parti populaire et de José Maria Aznar en 1996. L'Europe s'était alors en effet lancée elle aussi dans une diplomatie idéologisée anticastriste. Les exigences de la diplomatie économique, conséquence de la crise, ont bouleversé la donne. Un autre gouvernement espagnol du PP, celui de Mariano Rajoy, a opté pour un révisionnisme d'intérêt. Les Cubains ont engrangé le changement d'attitude. Mais Raúl Castro les 8 et 9 décembre 2014 s'est fait porter pâle au sommet ibéro-américain de Veracruz. Les Européens, englués dans une récession économique, les aléas de prises de décisions à 27, peinent à penser le monde, en dehors de normes d'autant plus rigides qu'elles sont drapées dans l'éthique. Le temps perdu est sans doute difficile à retrouver, à Washington. Mais il l'est sans doute encore plus de Londres, Madrid ou Paris dont les montres sont à l'heure du méridien nord-américain.
Sur la même thématique