ANALYSES

« Une frappe contre l’Iran causerait une crise économique mondiale »

Presse
7 janvier 2013
Pascal Boniface - Le Républicain lorrain
Le conflit israélo-palestinien se poursuit et s’envenime. Y a-t-il une issue ?

Ce conflit paraît insoluble et pourtant tout le monde en connaît les solutions… La proximité des élections en Israël ne laisse pas entrevoir un accord de paix. Pour arriver à un résultat, il faudrait que la pression des États-Unis soit plus forte. Mais les Américains ne s’engagent pas, l’Europe non plus. Cet enracinement toujours plus profond du conflit, avec une colonisation israélienne accrue est lourd de menaces.


À court terme, la situation paraît sous contrôle en raison d’un rapport de force très favorable à Israël. Mais, à long terme, cette paix impossible risque de renforcer l’isolement international d’Israël et creuser toujours plus le fossé entre le monde occidental et le monde musulman.


Faut-il craindre une frappe israélienne sur l’Iran ?

On ne peut l’exclure mais, pour l’instant, les menaces israéliennes ressemblent plutôt à du bluff. Frapper l’Iran, contre l’avis des Américains, ce serait provoquer une crise économique mondiale, avec un bond du prix du pétrole.


On parle beaucoup du Mali à cause des otages français mais la situation en République démocratique du Congo n’est-elle pas plus dramatique encore ?

Le conflit au Mali est limité régionalement. La situation en RDC est effectivement bien plus dramatique, avec 5 millions de morts depuis 1996, dans un pays qui a pourtant tout pour réussir et qui échoue.


Plus loin de nous, la situation en Asie est-elle porteuse de menaces ?

La tension monte entre la Chine et le Japon, avec une surenchère de la part des opinions publiques. Un tel climat entre la deuxième et la troisième puissance mondiale n’est pas anodin. Un dérapage, avec des conséquences graves, est toujours possible.

Sur la même thématique
L’ONU en crise ? Entretien avec Thierry Soret