ANALYSES

Corée du Nord : quelles menaces pour les Etats-Unis et leurs alliés ?

Tribune
27 mars 2013
« La guerre psychologique fait rage sur la péninsule coréenne. Face à l'avalanche de menaces proférées par le régime de Kim Jong-un, le Pentagone bande ostensiblement ses muscles. Pour la première fois, Washington a révélé avoir déployé des bombardiers stratégiques B52 dans le ciel coréen en réponse aux menaces de frappes «thermonucléaire» agitées par le jeune maître de Pyongyang (3) », soulignait récemment Le Figaro . Ce déploiement de B52 vise surtout à rassurer l'allié sud-coréen à l'heure où certains milieux conservateurs à Séoul réclament le retour d'armes nucléaire tactiques sur la péninsule après le troisième test atomique conduit par Pyongyang, le 12 février dernier.

La situation est-elle si menaçante que cela au-delà des rodomontades et des provocations du régime marxiste ?

L'Institut international pour les études stratégiques (IISS), basé à Londres, estime dans son rapport de référence publié en mars, The Military Balance 2013 , qu' «en l'état actuel, il n'y a pas de preuve concluante suggérant que la Corée du Nord a réussi à produire une tête ou une bombe nucléaire » pouvant être emportée par ses systèmes d'armes, citant le missile Nodong ou les bombardiers H-5.

Par ailleurs, malgré le tir réussi d'une fusée le 12 décembre dernier - assimilé par Séoul et ses alliés à un missile balistique -, les experts jugent que Pyongyang est loin de maîtriser la technique requise pour lancer un missile intercontinental, capable de frapper les Etats-Unis. Hawaï et Guam sont également considérés comme hors de portée des missiles de moyenne portée développés par la Corée du Nord, qui pourraient en revanche atteindre les bases au Japon et en Corée du Sud.

Arsenal conséquent

Car la Corée du Nord dispose d'un arsenal conséquent de missiles. « Pyongyang dispose d'une panoplie de missiles à courte, moyenne et longue portées. On estime à environ 600 le nombre de missiles Hwasong 5/6 déployés, auxquels il faut ajouter un nombre substantiel, mais indéterminé, de missiles en réserve. Quant aux Nodong, ils seraient une centaine. Néanmoins, l'IISS (4) estime que « l'utilité militaire de l'arsenal de missiles équipés d'armes conventionnelles serait très limité, en raison de la très faible précision de ces engins ». En effet, les missiles Hwasong-5 et Hwasong-6 sont peu précis. Ils ont un CEP (« Circular Error Probable »), ou marge d'erreur, de respectivement 1000 mètres et plus de 1500 mètres, ce qui signifie que seuls 50 % des missiles envoyés contre une cible précise tomberont à moins de 1000 mètres de ladite cible. Pour les Nodong, le CEP est de plus de 2,5 kilomètres. Aussi, pour détruire un objectif, la charge conventionnelle qu'ils emportent est tout à fait insuffisante. Et il faudrait en envoyer une grande quantité pour saturer l'espace visé et le détruire.

Mais l'effet recherché est-il bien celui-là ? L'IISS, notamment, estime que ces missiles armés de têtes conventionnelles peuvent plutôt servir comme armes de terreur contre la population des grandes villes coréennes ou japonaises.

Renforcement de la défense antimissile
Aussi Séoul et Washington ont renforcé les conditions de leur pacte de coopération militaire. Il prévoit désormais un soutien accru des Etats-Unis au Sud, même en cas de provocation mineure de la part du Nord. Les militaires américains ne croient pas que la récente rhétorique belliqueuse de Kim débouchera sur un conflit à court terme. « Néanmoins en coulisses, les stratèges du Pentagone réévaluent à la hausse la menace posée à moyen terme par la Corée du Nord, à la lumière des derniers progrès de ses programmes balistiques et atomiques », indique Le Figaro .

Les Etats-Unis ont annoncé, il y a dix jours, le renforcement de leur défense antimissile en Alaska face aux 'provocations' de Pyongyang(5). La Corée du Nord avait décrété peu auparavant l'abrogation de l'armistice qui a mis fin à la guerre de Corée en 1953, menaçant Washington d'attaque nucléaire 'préventive' et Séoul de 'destruction finale', en représailles aux nouvelles sanctions internationales qui lui ont été imposées après son troisième essai nucléaire en février.
Defense Industry Daily indique que 14 nouveaux intercepteurs antimissiles de type SM3 basés à terre seront installés sur la base de Fort Greely, en Alaska, et sur celle de Vandenberg, en Californie, d'ici à 2017(6). « En pleine période de coupe budgétaire, cet investissement massif d' 1 milliard de dollars montre que Washington prend au sérieux les récents progrès de Pyongyang, en particulier le succès de sa fusée Unha 3 qui a parcouru plus de 10 000 km le 12 décembre dernier, mettant en orbite un satellite » , souligne Le Figaro.

Le développement de la défense antimissile, en coopération étroite avec le Japon (7), « vise également à contenir une autre menace jugée bien plus périlleuse à long terme par certains : la Chine ». L'Asie est devenue le pivot de la stratégie militaire américaine, le bouclier antimissiles en est un des piliers. Sera-t-il suffisant pour contenir le régime nord-coréen ? Il ajoute en tout cas une couche supérieure à la présence sur le sol sud-coréen de 28 000 militaires américains épaulant de façon dissuasive les 655 000 soldats du « pays du matin calme » face à la 4e armée du monde par les effectifs (1,2 million de soldats) ...

(1) « La Corée du Nord menace de frapper les USA, Guam et Hawaï », AFP 26 mars 2013
(2) Lire le communiqué en anglais de KCNA : http://www.kcna.co.jp/index-e.htm
(3) Sébastien Falletti, « Le Pentagone réévalue la menace nord-coréenne », 19 mars 2013, Le Figaro.
(4) Lire « North Korea's weapons programmes. A net assessment », IISS, 2011, Londres http://www.iiss.org/publications/strategic-dossiers/north-korean-dossier/north-koreas-weapons-programmes
(5) Jack Kim et Ju-min Park, avec Ben Blanchard à Pékin; Tangi Salaün pour le service français, « L'armée nord-coréenne se dit prête à frapper les USA », 26 mars 2013, Reuters.
(6) 'SM-3 BMD, in from the Sea: EPAA & Aegis Ashore', Defense Industry Daily, 10 mars 2013http://www.defenseindustrydaily.com/land-based-sm-3s-for-israel-04986/
(7) Ibid

Sur la même thématique