ANALYSES

Les «gilets jaunes» et la fracture médiatique

Presse
18 décembre 2018
Une polémique est née après que la chaîne France 3 a été accusée d'avoir retouché une photographie. Sur une pancarte indiquant «Macron démission», n'apparaît plus que «Macron». Peut-on parler de «fake news»?

Truquer une image, comme Staline faisant autrefois retirer Trotsky de toutes les photos (argentiques, s'il vous plaît) où il figurait avec Lénine, n'est pas innocent. Selon ma définition, la fake news (infox en néo-français) suppose a minima une opération matérielle pour altérer une trace du passé (truquer une photo, attribuer à X une déclaration qu'il n'a pas faite, inventer de faux témoignages) et pour faire croire à une autre version du réel. Ici il y a bien eu retouche numérique sur l'image «Macron dégage» (ce qui rappelle le printemps arabe), qui devient «Macron» tout court, interpellation visiblement absurde. Est-ce volontaire de la part de FR3, plusieurs semaines après que des millions de gens ont pu voir des banderoles anti-Macron dans la rue ou à l'écran? Est-ce une simple erreur «technique» comme plaide la chaîne? Disons que cela tombe mal face aux «gilets jaunes» qui sont persuadés que «les» journalistes sont à la fois des membres des classes privilégiées, les larbins de la macronie et des truqueurs impénitents de la réalité. L'effet est surtout symbolique.

Le service public médiatique ne devrait-il pas se montrer exemplaire en matière d'information?

Payés par nos impôts, censés contribuer au débat démocratique en permettant à chaque citoyen de connaître à la fois la réalité et toutes les opinions, les médias de service public devraient en effet sentir une grosse responsabilité peser sur eux.

L'interview du père du terroriste de l'attentat de Strasbourg a aussi fait polémique: révèle-t-elle des maladresses de la part de France 2?

Je comprends que les proches de victimes soient choqués par ce personnage avec son bonnet «Che Guevara» et sa barbe de salafiste. Sa compassion pour les victimes ne semble pas d'une sincérité aveuglante. Quant à ses explications embrouillées selon lesquelles il aurait tenté de décourager son fils de suivre les gens de Daech, ou aurait dénoncé son fils s'il avait su, elles me semblent à peu près aussi convaincantes que celles d'un parrain de la mafia non-violent. Disons que l'on aurait pu contextualiser et critiquer un peu plus ce discours qui sent la dissimulation à plein nez.

Une latge partie de l'opinion reproche aux médias d'être trop «politiquement corrects»...

Poser la question c'est y répondre. Si le politiquement correct, cette forme d'auto-censure qui consiste à ne jamais employer de mots qui pourraient choquer telle ou telle minorité, ne prospérait pas dans les médias, où existerait-il? Comment se serait-il propagé depuis quelques universités américaines pour atteindre les classes supérieures occidentales sans passer par les médias? La peur d'être accusé d'amalgame ou de stigmatisation, le refus d'une quelconque «phobie» ou de complicité objective avec les extrémistes (dont on «ferait le jeu» en révélant certaines réalités), l'impératif de ne pas «essentialiser» des stéréotypes, tout cela pèse. Sans tomber dans la caricature du «on ne peut plus rien dire», une grande partie de la population a l'impression que les professionnels de la communication lui présentent une version des événements - déni et euphémisme - qui n'est pas ce qu'elle constate.

Au début du mouvement des «gilets jaunes» les médias se montraient plutôt bienveillants. Leur attitude semble aujourd'hui avoir complètement changé. Pourquoi?

Je ne dirais pas que «les» médias sont pour puis contre tel ou tel.

Disons qu'il y a eu des facteurs contradictoires:

- La spectacularité et l'inventivité (notamment visuelle) des «gilets jaunes» ; pour de l'inédit, c'était de l'inédit.

- Le fait que certaines chaînes ne voulaient pas se couper de cette clientèle populaire a priori consommatrice de télé.

- Les journalistes et éditorialistes ont tendance à faire partie des classes urbaines éduquées qui sont comme les ennemis sociologiques des «gilets jaunes» périurbains peu éduqués. Du reste nombre de gens de médias ont un peu de mal à comprendre les problèmes et souffrances de ceux «d'en bas», tout simplement parce qu'ils ne les rencontrent pas.

Faire monter la paranoïa autour de thèmes grotesques fournis par le gouvernement («la peste brune remonte les Champs et des milliers de gens vont venir casser et tuer») est payant en termes de dramatisation et suspens.

- Le mouvement des «gilets jaunes» prospère sur les réseaux sociaux et la traduction de leur contenu (y compris avec les pires délires complotistes) passe mal auprès des médias «classiques».

En tout cas le sentiment des «gilets jaunes» à l'égard des médias mainstream, est, lui sans ambiguïté: «tous menteurs».
Sur la même thématique
Vers une armée européenne ?