ANALYSES

Pourquoi vous allez sans doute payer plus cher vos cigarettes, votre bourbon et vos jeans

Presse
1 juin 2018
Interview de Rémi Bourgeot - L'Obs
Pourquoi l'UE a-t-elle choisi de taxer ces produits spécifiquement (les jeans, le bourbon, les cigarettes ou encore les Harley-Davidson) ?

Il s'agit en grande partie de produits de consommation courante et très populaires : les jeans, les cigarettes et le fameux Jack Daniel's sont très prisés par les Européens. L'UE réagit non seulement à la taxation de l'acier et de l'aluminium, mais surtout à celle de certains véhicules.

Ces annonces sont-elles symboliques ou pourraient-elles influencer la décision américaine ?

Si Trump a pris cette décision, c'est parce que la balance commerciale pèse en faveur de l'UE. Cette dernière exporte 120 milliards de plus aux Etats-Unis que les Etats-Unis n'exportent en UE. Il tente de rééquilibrer cette balance.

Du côté européen, il n'y a pas de mesures massives, ni stratégiques. Il s'agit surtout de se défendre symboliquement, sans réelle surenchère. L'Union européenne vise des produits moins stratégiques que les Etats-Unis : nous parlons d'une assiette d'exportation qui vaut un peu moins de 3 milliards, alors que Donald Trump souhaite taxer des produits qui rapportent 6,4 milliards à l'UE. A titre de comparaison, la Chine, elle aussi visée par les taxes Trump, a clairement affirmé : "Trump taxe 50 milliards. Nous taxons 50 milliards."

Ils ont en outre menacé de taxer le secteur agricole, qui concerne directement l'électorat de Trump, et les Etats-Unis ont commencé à négocier plus rapidement avec la Chine, qui est pourtant un grand adversaire économique.

Les prix de ces produits vont-ils augmenter pour les consommateurs européens ?

Tout dépend du produit dont on parle. Pour les produits courants, les entreprises auront plusieurs solutions. Elles peuvent augmenter le prix à la vente ou assumer de payer la taxe sans modifier le prix. Ou elles peuvent choisir une option intermédiaire : augmenter un peu le prix et absorber l'autre partie de la taxe.

En ce qui concerne les produits de luxe, relever le prix ne pose généralement pas de problème. Mais sur des produits de consommation, si le prix augmente de 20%, les gens n'achèteront plus. Le cas des cigarettes est particulier, car une grande partie du montant vient des taxes prélevées par l'Etat français.

Mais rien n'est encore fait. L'OMC pourrait prendre des mesures d'injonction... même si, malgré la plainte qui a été déposée, cette organisation ne s'attaque pas facilement aux Etats-Unis. Tout devrait se jouer dans le rapport de force entre Etats.

Propos recueillis par Maïlys Khider pour l'Obs.
Sur la même thématique
Urgence numérique pour le Sud