ANALYSES

EuropaCity : le projet du Triangle de Gonesse où certains voudraient créer une nouvelle ZAD

Presse
29 mai 2018
Interview de Eddy Fougier - Atlantico
Quelles sont les raisons qui suscitent l’opposition à ce projet ?

Eddy Fougier : Principalement l’artificialisation des 80 hectares de terres agricoles très fertiles , qui a déclenché une mobilisation réunissant José Bové, la FNSEA et Pierre Rabhi, ce qui assez exceptionnel, mais au-delà, la contestation est surtout le fait des fédérations de commerçants qui craignent la désaffection du centre-ville au profit des commerces implantés sur le site Europcity. Les riverains n’y sont pas opposés, ils manifestent plutôt un certain intérêt pour cet investissement potentiellement créateurs d’activités et d’emplois.
A l’heure actuelle, ce site est une zone en friche, et la commune pourrait logiquement bénéficier d’importantes retombées économiques.

Europacity s’inscrit-il dans les « projets inutiles et controversés » de type Notre Dame des Landes ou encore le site de Bure qui prévoit l’enfouissement des déchets nucléaires ?

Contrairement à ce que laissent entendre certains opposants, ce projet ne réunit pas les caractéristiques ni les conditions pour susciter une mobilisation d’ampleur. En dehors de l’opposition des agriculteurs soutenus par des écologistes “venus de Paris” et des commerçants qui s’inquiètent pour des raisons économiques justifiant éventuellement une compensation, ce complexe ne représente pas d’enjeux politiques et sociétaux concrets. Au contraire, ce projet représente peu d’inconvénients au regard des bénéfices qu’il peut apporter. Par ailleurs, pour qu’une mobilisation prenne forme, il faut qu’elle se manifeste sur des lieux que les opposants vont pouvoir occuper sur le long terme. Non seulement la géographie du site ne le permet pas, mais de plus, ces terres sont actuellement exploitées par des agriculteurs. On voit mal comment une « ZAD » pourrait prendre forme…

Le site a donc toutes les chances de voir le jour, même si une bataille juridique a été lancée ?

Cette bataille est un procédé classique de ralentissement des projets contestés. Mais il est peu probable qu’un tel investissement – c’est le plus gros investissement privé en France depuis Disneyland- échoue. Au contraire, c’est un projet « post-Notre-Dame-des-Landes », dans la mesure où le groupe Auchan et l’investisseur Wenda ont parfaitement pris en compte les impératifs locaux d’acceptabilité sociale de leur projet. Ils ont « coché toutes les cases » en organisant des présentations et des consultations auprès des différentes parties prenantes. Même si des éléments imprévisibles peuvent toujours se produire, le projet en lui-même n’est pas foncièrement clivant. C’est plutôt un projet « tiède » qui n’offre pas d’effet de levier pour une réelle contestation.
Sur la même thématique
Vers un monde de plus en plus inégal ?
Géopolitique des religions