Chercheurs
Serge Michailof
English Version
Chercheur associé à l'IRIS

+33 (0)1 53 27 60 60
Serge Michailof

Serge Michailof s’est impliqué dans les problèmes de développement depuis sa première mission de longue durée en Afrique en 1968. Il est actuellement chercheur associé à l’IRIS. De 2002 à 2012 il a été Maître de conférences tout d’abord à l’Université de Paris 1 Sorbonne puis à Sciences Po Paris ; il est un consultant régulier pour la Banque Mondiale et diverses autres institutions d’aide. Il est un spécialiste bien connu des pays dit « fragiles » et des problèmes de reconstruction dans les pays affectés par des conflits. Il est conseiller régulier de plusieurs gouvernements.

 

De 2001 à 2004 il était le directeur exécutif chargé des opérations de l’Agence Française de Développement (AFD) et le vice président de sa filiale Proparco. Auparavant il a travaillé 8 ans à Washington à la Banque Mondiale comme directeur opérationnel et conseiller principal et 15 ans (entre 1977 et 1993) comme directeur local représentant de l’AFD dans divers pays africains. En 1992/93 il était conseiller technique au cabinet de la ministre de la coopération Mme Avice. Avant de rejoindre l’AFD en 1975, il a passé six ans à préparer et évaluer des projets de développement dans une société d’ingéniérie, la SATEC dont il a dirigé le bureau d’études, travaillant essentiellement en Amérique latine, en Asie du Sud, au Maghreb et Proche Orient. Pendant une carrière de quarante cinq ans consacrée au développement des pays du Sud, il a ainsi travaillé dans 65 pays sur tous les continents.

 

Serge Michailof a fait ses études en France (HEC, licence de sociologie et doctorat d’économie) et aux Etats-Unis (MIT). Il a publié ou dirigé divers ouvrages, le dernier en date étant Africanistan. L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? (Fayard, 2015). Il publie régulièrement de nombreux articles dans la presse quotidienne et les revues spécialisées que l’on peut retrouver sur son site internet.

 

Serge Michailof est administrateur du Conseil des Investisseurs français en Afrique (CIAN). Il est Chevalier de la Légion d’Honneur, de l’Ordre du Mérite français, et de l’Ordre du Lion sénégalais.

Analyses
 
 
09.10.2020
Le point de vue de Serge Michailof
En marge des Géopolitiques de Nantes qui se sont tenus fin septembre, Caroline Roussy, chercheuse à l’IRIS en charge du Programme Afrique/s, a interrogé Serge Michailof, fin connaisseur de la scène africaine, ancien directeur des opérations de l’Agence française de développement (AFD) et chercheur associé à l’IRIS, qui avait participé...
 
 
27.08.2020
Dans quelle mesure les évènements qui ont conduit le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à démissionner étaient-ils prévisibles? Serge Michailof – Le président du Mali disposait d’une légitimité fragile ayant été réélu en 2018 dans un contexte d’abstentions massives, de non contrôle d’une partie importante du territoire et de vives accusations de...
 
 
20.08.2020
Interview de Serge Michailof - LCI
Comment expliquer les raisons de la contestation au Mali ? Les Maliens ont de quoi être mécontents de leur gouvernement ! Ce qu’il y a de plus important pour tout citoyen, c’est la sécurité. Or, la situation sécuritaire dans le pays n’a cessé de se dégrader depuis 2014, c’est-à-dire peu...
 
 
19.08.2020
Serge Michaïlof, vous connaissez très bien le Mali pour y avoir longuement travaillé. Comment analysez-vous ce nouveau coup de force militaire ? Ce coup de force militaire était sans doute la seule façon de sortir d’une grave impasse politique. Le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) était discrédité avec une économie...
 
 
10.07.2020
Malgré d’indéniables succès tactiques telle la « neutralisation » d’Abdelmalek Droukdel, le chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), l’armée française n’a pu empêcher, après sept ans d’efforts, l’extension des zones d’action djihadistes. L’opération « Barkhane » doit désormais disperser ses efforts au Mali, mais aussi au Niger et au Burkina...
Aires de recherche
Développement des pays dits “fragiles” - Reconstruction “post conflit”