ANALYSES

Retrait de la Hongrie dans la course aux JO 2024 : vers une frilosité croissante des villes pour accueillir les Jeux ?

Interview
24 février 2017
Le point de vue de Carole Gomez
Mercredi 23 février 2017, Budapest a retiré sa candidature pour l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques 2024, laissant ainsi Los Angeles et Paris seules en lice à sept mois de la désignation de la ville lauréate. Depuis des mois, la capitale hongroise faisait face à une société très réticente à cette candidature. Comment expliquez-vous un tel décalage entre le gouvernement hongrois et sa population ?

Alors que le projet était porté par le maire de Budapest, István Tarlós, mais également par le Premier ministre Viktor Orbán qui s’était beaucoup investi dans la course à l’obtention des Jeux, la population était quant à elle plus réticente. De nombreuses voix se faisaient entendre pour dénoncer le coût trop important (2,4 milliards d’euros), la très probable inflation de ce dernier, ainsi que les risques de corruption. Comme lors des manifestations géantes au Brésil en 2014, nombre de Hongrois préféraient voir ces sommes investies dans le domaine de la santé ou de l’éducation.
Ce qui est frappant dans cette candidature avortée, c’est la rapidité avec laquelle ces évènements se sont déroulés. En décembre 2016, le groupe « Momentum » a lancé l’idée d’une initiative populaire, permettant d’aboutir in fine à un référendum. Mise en place dès le 19 janvier, l’initiative a recueilli 70 000 voix au bout de seulement 10 jours. En Hongrie, pour qu’une initiative populaire soit prise en compte, elle doit atteindre le seuil de 138 000 voix, ce fût donc un succès rapide. Au 22 février, 266 000 signatures avaient été recueillies. Afin d’éviter de se voir désavouer par un référendum négatif à quelques mois d’élections législatives capitales, le Premier ministre et la municipalité ont préféré mettre un terme à la candidature hongroise.
Cet abandon porte donc à quatre le nombre de villes ayant renoncé pour cette édition : Boston (juillet 2015), Hambourg (novembre 2015), Rome (octobre 2016) et donc Budapest en février 2017. En dépit des arguments avancés par le comité de Budapest (accueil des Jeux par une ville de taille modeste, premier accueil pour la Hongrie), le contexte de méfiance à l’égard de l’évènement olympique et paralympique l’a finalement emporté.

Le retrait de la Hongrie représente-t-il une bonne nouvelle pour la candidature de Paris ?

La logique serait de dire oui, ne serait que d’un point de vue purement mathématique : d’une chance sur trois, nous passons à une chance sur deux. Sachant aussi que Budapest est une ville européenne, on pourrait penser que les membres européens du Comité international olympique (CIO) se concentreront sur la candidature de Paris. Pourtant, et nombre d’exemples par le passé l’ont démontré, la course pour l’obtention à l’accueil des Jeux olympiques peut être pleine de surprises. D’une part, même si Budapest présentait un projet sérieux, la compétition finale semblait se concentrer autour de Los Angeles et Paris. D’autre part, il s’agit d’une compétition où le dossier des Jeux est au cœur du vote. Or, les trois villes ont présenté des candidatures très différentes, mettant chacune en avant leurs atouts. Il est surtout intéressant de constater que ces défections ont tendance à se répéter au cours des dernières années pour le CIO. La dernière attribution en date concernait les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver 2022. Après l’abandon de Stockholm, Cracovie, Lviv et Oslo, seules Pékin et Almaty s’étaient présentées. Dans le cas des Jeux d’été, un tel scénario remonte à 1981 avec la compétition entre Séoul et Nagoya, qui s’était soldée par la désignation de la capitale sud-coréenne pour accueillir les JO 1988. Au final, le choix se porte véritablement sur le dossier mais il ne faut pas oublier que la désignation du CIO intervient aussi sur un aspect davantage personnel : il s’agit de parvenir à convaincre les membres du CIO de l’intérêt pour leur fédération, pour leur discipline et pour leur pays d’attribuer les Jeux à telle ou telle autre ville.

Face au déclin du nombre de candidatures, Thomas Bach, président du CIO, a émis l’hypothèse, très débattue, d’une double attribution des JO 2024 et 2028. Que pensez-vous d’une telle idée ? Le retrait de Budapest appelle-t-il à une remise en question du CIO concernant l’organisation de plus en plus lourde des JO pour les villes candidates ?

Il est intéressant de mettre cela en perspective. Au lendemain des Jeux de Sotchi de 2014, mémorable pour le dépassement du budget d’organisation et par le faste affiché, le CIO avait publié l’agenda 2020, ayant pour objectif d’afficher des coûts plus raisonnés et d’accorder davantage d’importance à l’héritage des infrastructures dans les dossiers de candidature. Le CIO s’était alors posé la question soit de partager l’accueil d’une olympiade sur deux villes et deux pays, soit d’envisager d’autres possibilités. Ces derniers mois, Thomas Bach a émis l’hypothèse de faire une attribution des JO de 2024 et de 2028. Cela permettrait au CIO de s’assurer du bon déroulement de ces deux olympiades, compte tenu de la difficulté actuelle pour trouver des villes candidates (mécontentement populaire, cahier des charges de plus en plus lourd à assumer…). Cette hypothèse n’avait été au départ émise que du bout des lèvres et ce n’est que très récemment qu’elle a été de nouveau évoquée. Pour l’instant, elle n’a pas du tout été accueillie positivement par Los Angeles et Paris, dont les comités restent fermement convaincus de l’importance de leur candidature pour 2024 et non pour 2028. Elle mécontente de surcroît certains pays qui pensaient candidater pour 2028. Cette proposition, qui reprend celle adoptée par la FIFA lors des attributions simultanées de la Coupe du monde 2018 et 2022, indique que le CIO a pris conscience du problème et tente de proposer des solutions. Toutefois, et bien qu’elle arrange le CIO qui pourrait ainsi remplir son « carnet de commandes » jusqu’à 2028, il ne peut s’agir d’une solution pérenne, puisque cela ne ferait que repousser le problème aux prochaines candidatures. Face à cette question, l’hypothèse de nouvelles procédures de désignation moins lourdes est à l’étude. Il s’agira donc pour le CIO d’apporter des modifications substantielles, au risque que les prochaines olympiades soient le chant du cygne du mouvement olympique.
Sur la même thématique
Paris 2024 : un an après, où en est-on ?