ANALYSES

FIFA : «Ces interpellations sont un véritable coup de tonnerre»

Presse
28 mai 2015
Interview de Pascal Boniface - La Dépêche

Cette action de la police américaine était-elle prévisible ?


Non, on ne l'attendait pas même si nous savions que des enquêtes pour corruption sont en cours depuis pas mal de temps. Interpeller de hauts responsables de la Fifa deux jours avant l'élection de son président, constitue un véritable coup de tonnerre. C'est d'ailleurs certainement pour cela que la police américaine a agi à ce moment précis.


Pensez-vous, justement, que dans ces conditions l'élection du président peut avoir lieu ?


Je pense qu'il est nécessaire de la reporter pour qu'elle se déroule dans un climat serein. Si Joseph «Sepp» Blatter tente de passer en force, faisant fi de cette affaire, cela serait très mal perçu et pourrait se retourner contre lui s'il n'est pas, semble-t-il, visé par ces procédures.


Pourquoi les USA sont, semble-t-il, les seuls à avoir ouvert des enquêtes sur des représentants de la Fifa et à intervenir en Suisse alors que plusieurs pays sont concernés par ces éventuelles malversations ?


Tout d'abord, certaines opérations financières frauduleuses se seraient produites sur le sol américain, ce qui les met en première ligne. De plus, les USA, qui ont une conception intrusive du droit, entretiennent de bonnes relations avec l'état helvétique, tout particulièrement en matière d'extradition. La justice américaine est ainsi quasi certaine que les personnes interpellées leur seront remises. Dans d'autres pays, cela n'aurait pas forcément été le cas. N'oublions pas non plus, que les USA n'ont pas décroché la Coupe du monde et en garde une rancœur.


Depuis plusieurs dizaines d'années, la Fifa est secouée par des affaires similaires. Est-ce à dire que cette association est totalement corrompue ?


On ne peut pas dire que tout le monde est mouillé, non. Beaucoup se plaignent de son fonctionnement et de son manque de transparence. Il y a certainement des gens corrompus mais ce n'est pas la mafia. On peut penser que cette organisation n'est plus adaptée au monde d'aujourd'hui et qu'il est indispensable de la réformer. C'est d'ailleurs, à l'instar de Michel Platini (président de l'UEFA) ce que pas mal de monde demande. La Fifa n'a, pour l'heure, aucun compte à rendre à personne, si ce n'est à la justice.


Certains sont prêts, à coups de millions d'euros ou de dollars, à corrompre ou à se faire corrompre. Accueillir la Coupe du monde ou décrocher des contrats de diffusion de matchs sont donc des marchés extrêmement juteux ?


Pour un pays, ce n'est pas qu'une question d'argent. Certains en perdent d'ailleurs en organisant cet événement. Mais cela génère du prestige et une exposition mondiale exceptionnelle. ça offre aussi une formidable occasion de créer une cohésion intérieure. Certains présidents veulent à tout prix cet événement pour asseoir leur popularité. C'est un enjeu de puissance et symbolique. C'est cela que cherche le Qatar par exemple. Pour des entreprises de médias ou autres, les contrats occasionnent, par contre, très souvent des retombées financières énormes. C'est pour tout ça que pas mal de gens sont prêts à pas mal de choses, parfois malhonnêtes, pour profiter des retombées de la Coupe du monde».

Sur la même thématique