ANALYSES

Pourquoi le gouvernement péruvien a-t-il démissionné ? Cette décision aura-t-elle un impact régional ?

Interview
24 juillet 2012
Le point de vue de Jean-Jacques Kourliandsky
La démission du gouvernement est due à la difficulté que rencontre le président péruvien Ollanta Humala pour affronter les problèmes de son pays, auxquels il a été confronté dès son accession au pouvoir. L’exploitation des minéraux a en effet provoqué la résistance d’un certain nombre de populations concernées et la résurgence du mouvement du Sentier lumineux dans le Sud-Ouest du Pérou. Le gouvernement sortant n’a pas fait preuve d’une grande réactivité face à ces deux problèmes. Il y a notamment eu un certain nombre de morts lors de manifestations contre les conditions d’exploitation d’une future mine d’or au nord du Pérou, l’une des plus importantes du monde (le Pérou est le 6e producteur mondial d’or).



Avec l’accumulation de ces difficultés, on assistait à un décrochage du soutien au gouvernement au sein de l’opinion publique péruvienne. Il y avait donc une nécessité pour le président de montrer qu’il était capable de dialoguer et de trouver une solution qui permette le développement du Pérou, sans altérer les conditions de vie de la population. Le nouveau premier ministre a ainsi fait état de sa volonté de privilégier le dialogue sur les mesures à caractère policier, démontrant par là-même la volonté du président péruvien de retrouver une légitimité.



Ollanta Humala a été élu l’année dernière avec le soutien du Brésil, auquel il est de plus en plus étroitement lié économiquement et diplomatiquement. Le parti au pouvoir au Brésil, le PT, avait envoyé des conseillers pendant la campagne électorale d’Humala pour l’orienter vers des prises de positions modérées, qui ne heurtent pas l’électorat péruvien moyen. Il y a donc avec le Brésil une alliance stratégique dont on a mesuré les effets à l’occasion de la crise récente du Paraguay, pendant laquelle le président Lugo a été déposé par la majorité de droite du Parlement. Le Pérou a pris une position critique, la même que celle du Brésil. La décision de changer de gouvernement a-t-elle été prise en concertation avec le Brésil ? Sans doute que non, la nécessité d’un changement s’imposait au président péruvien s’il entendait retrouver une audience majoritaire auprès des siens. Mais il est certain aussi que cela correspond probablement à ce qu’attendait le gouvernement du Brésil, pour qui le Pérou représente un allié majeur sur le plan économique parce qu’il permet une sortie vers le Pacifique et par extension, une liaison plus facile du Brésil avec ses partenaires asiatiques. Le Pérou représente également un allié important permettant au Brésil d’assurer un leadership modéré sur toute l’Amérique du sud.
Sur la même thématique
Le choc Bolsonaro. Entretien avec Christophe Ventura