ANALYSES

Guerre d’Ukraine : petits conseils pour apprendre à faire la part de la désinformation de celle des vrais contenus mis en ligne

Presse
15 mars 2022
Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, une foule de contenus partisans est apparue sur les réseaux sociaux et sont relayés massivement. Que doit-on vérifier en premier lieu pour déterminer si une information est vraie ou non ?

Mon premier conseil est d’attendre une heure. Il y a une très forte probabilité, sur un sujet sensible comme celui d’un conflit, qu’un fact-checker repère la fausse information rapidement. Des images grossières peuvent avoir été reprises ailleurs pour être contextualisées dans le conflit. Pour certaines personnes, c’est assez facile à repérer. Si l’on prend l’exemple de l’attaque sur l’île aux Serpents (où des soldats ukrainiens ont été attaqués par des navires russes), on a appris quelques heures après la sortie de l’information que les soldats n’étaient pas morts, mais qu’ils s’étaient rendus après avoir épuisé leurs munitions.

Comment bien vérifier la véracité des images et vidéos postées sur les réseaux sociaux ?

On peut repérer lorsqu’une image a été truquée et mal légendée après quelques recherches dans les banques d’images. Des images peuvent êtres tirées de films ou d’autres contenus. Dans certaines situations, c’est facile à repérer et des moteurs de recherches permettent de les voir comme Google Images.

Lorsqu’une image est contestée et qu’elle vient des deux côtés, c’est plus compliqué. On a l’exemple de la jeune femme ayant accouché sous les bombes et dont les Russes avaient dit que c’était une actrice maquillée. Lorsqu’un camp accuse l’autre de truquer des images, il ne vaut mieux pas re partager l’image ou vérifier de quel côté est engagé la source. Et il faut se méfier de ses propres clichés idéologiques et de sa propre tendance à voir le mal dans l’autre côté. Sur les réseaux sociaux, il faut se méfier de ce que nous aimerions entendre.

Le profil de la personne qui partage le contenu est-il un indice d’une fake news ?

Même si cela n’est pas une preuve absolue, regarder d’où vient l’information et analyser ce que la personne diffuse comme contenu d’habitude est une bonne chose. C’est un conseil facile à appliquer mais efficace.

 

Propos recueillis par Atlantico.
Sur la même thématique
Diplomatie culinaire et gastrodiplomatie
L’agriculture pour nourrir le futur
Géopolitique de la nature