ANALYSES

Pape Diouf aurait fait un excellent maire de Marseille

Presse
1 avril 2020

Qui était Pape Diouf ?


Quelqu’un d’une droiture morale absolue pour qui la parole donnée valait plus que tout engagement contractuel. C’était une vigie morale et il va manquer aussi pour cette raison. Il était fait d’un bois qui manque notamment dans le foot business. Tous les joueurs qui ont travaillé avec lui, de Marcel Desailly à Didier Drogba, sont tous très émus parce qu’il était plus qu’un agent. C’était aussi un grand frère, un guide moral. C’était aussi un homme curieux de tout. Après notre livre, je l’ai entraîné dans des colloques académiques. Les participants étaient impressionnés de le rencontrer et lui adorait découvrir ce monde nouveau pour lui. Il y avait une sorte d’attraction et de respect mutuels. Quand je lui ai proposé le livre, l’éditeur voulait des entretiens classiques. Pape a refusé. Il a dit : « J’accepte parce que je veux dialoguer avec un géopolitologue ». Ce ping-pong intellectuel a été très plaisant à faire.


Comment vous êtes-vous rencontrés ?


A un dîner de l’UCPF (le syndicat des clubs de football). Un jury s’était réuni pour récompenser un livre portant sur le football. Nous étions tous les deux membres de ce jury et nous avons immédiatement eu un fluide l’un pour l’autre. C’était en 2007. Plus tard, je lui ai proposé ce livre et il a dit oui parce qu’on le faisait ensemble, dans un échange permanent. A l’époque, j’étais moins proche du PSG qu’aujourd’hui mais mon fils, fan absolu du PSG, râlait un peu que j’écrive un bouquin avec le président de l’OM!


Aurait-il fait un bon homme politique ? Il s’est présenté aux municipales à Marseille en 2014.


Je l’ai poussé à se présenter à la mairie de Marseille. Je pensais qu’il existait un espace pour quelqu’un comme lui. Il aurait fait un excellent maire de Marseille en insufflant quelque chose de nouveau dans cette ville. Il doutait de ses capacités. Il hésitait, pensant entrer dans un monde qui n’était pas le sien. Je lui disais : « Pape, quand on a dirigé l’OM, on peut diriger la ville. » En plus, il savait bien s’entourer, il se méfiait des courtisans. Il choisissait bien ses collaborateurs. Pape était à la fois sûr de lui et doutait toujours de ses compétences. Je le voyais aussi ambassadeur de France à Dakar. Je lui avais demandé s’il était d’accord que j’en fasse la suggestion, il m’avait donné l’autorisation. Il aurait fait un excellent ambassadeur, à l’image de Jean-Christophe Rufin (au Sénégal), qui a montré que l’on pouvait être un excellent ambassadeur sans être diplomate de métier.


Comment a-t-il réussi à enchaîner plusieurs vies tout en réussissant dans chacune d’elles ?


C’est un autodidacte. Il a fait des études de raccroc. Son père l’avait envoyé à Marseille pour entrer dans l’armée parce qu’il commençait à faire le guignol à Dakar. Son père voulait le mettre dans le droit chemin. Il a quitté la caserne pour voler de ses propres ailes. Son premier boulot était coursier dans une ville qu’il ne connaissait pas, avant le GPS. Il s’est fait ensuite lui-même par les lectures et les rencontres. Intellectuellement, c’était une éponge. Chaque sujet, il le comprenait immédiatement, il s’en rappelait et le mémorisait. Il a toujours rendu hommage aux gens qui l’ont aidé, lui ont tendu la main et façonné sa construction intellectuelle.


Seul président noir d’un club de football en France encore aujourd’hui, a-t-il fait bouger les lignes ?


Il aurait dû mais non, malheureusement. Il parlait souvent de ce plafond de verre, du temps plus important qu’il faut à un entraîneur ou un président de la diversité pour accéder aux fonctions alors que, pour les joueurs, c’est plus commun. Il était très reconnaissant envers Robert Louis-Dreyfus de lui avoir donné sa chance à Marseille. Ils se connaissaient peu. Louis-Dreyfus l’avait jugé d’instinct et lui avait confié la présidence. Pape savait qu’il était sur un siège éjectable. Il disait toujours qu’il était là pour préparer l’OM du futur et savait que chaque jour pouvait être son dernier. Par respect pour Robert Louis-Dreyfus qu’il savait très malade et sur la fin, il n’a pas voulu livrer une bataille qu’il estimait peu digne pour garder son poste de président de Marseille.


Un président noir en Ligue 1, est-ce encore possible ?


Des Pape Diouf, on n’en trouve pas sous le sabot d’un cheval. Il avait une culture, une maîtrise du langage et un sens de la repartie qui ont rendu sa personnalité hors norme. Prenons le moment de sa disparition pour reposer ce type de question. Pourquoi y a-t-il autant de joueurs issus de la diversité et pourquoi aussi peu qui deviennent entraîneur et dirigeant ?



Sur la même thématique