Publications
Note de lecture

Ramallah Dream, voyage au cœur du mirage palestinien

Benjamin Barthe Paris, La Découverte, 2011, 271 p.

Le 4 août 2009, l’éditorialiste du New York Times, Thomas Friedman, évoquait ce qui était pour lui rien de moins que « l’idée la plus excitante de tous les temps en matière de gouvernance arabe : je l’appelle fayyadisme », en référence à l’action du Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Salam Fayyad, ancien du Fonds monétaire international. Pour Friedman, le fayyadisme est basé sur « cette notion simple mais tellement rare, selon laquelle la légitimité d’un leader arabe ne doit pas être fondée sur des slogans, ni sur le rejet, le culte de la personnalité ou les services secrets, mais sur la capacité à offrir aux citoyens des services et une administration transparente et redevable. » Dans les deux années qui s’ensuivirent, des dizaines de portraits hagiogaphiques de S. Fayyad furent publiés dans tous les grands organes de la presse américaine, jusqu’au 14 décembre 2011, date à laquelle le magazine Foreign Policy publiait un bref article intitulé « La fin du fayyadisme ». Deux semaines plus tard, le journal Al-Quds Al Arabi rapportait des propos du Président palestinien Mahmoud Abbas, qui disait refuser que l’Autorité palestinienne en soit réduite à devenir « un simple service de sécurité d’Israël, à l’image des milices d’Antoine Lahd et de Saad Haddad de naguère au Sud-Liban », référence aux milices collaborationnistes et supplétives d’Israël.
Que s’est-il passé ? De quoi Fayyad est-il le nom ? Quelle est la face obscure du pouvoir de Ramallah ? C’est à ces questions décisives que répond le livre de Benjamin Barthe, correspondant du Monde à Ramallah depuis dix ans. Le récipiendaire du prix Albert Londres de 2008 porte un regard sobre et ironique, lucide et désenchanté sur les rouages de l’Autorité palestinienne. Dès le deuxième chapitre, intitulé « La matrice coloniale », une anecdote donne le ton : chaque jour, la voiture de S. Fayyad traverse le barrage israélien de Beit El, à 200 mètres à peine de la zone autonome, et ce n’est qu’à ce stade que les services de sécurité palestiniens peuvent prendre en charge leur Premier ministre. « Ce manège biquotidien est l’une des mesquineries emblématiques de l’occupation israélienne » (p. 41) écrit B. Barthe. Plus encore, on pourrait voir cette anecdote comme révélatrice de la profonde inégalité des forces en présence, des rapports de sujétion permanents, de la souplesse de l’épine dorsale des dirigeants de Ramallah et plus largement de la faillite de ce que l’auteur appelle le « regressus de paix » (p. 225), avec ces « territoires en peau de léopard » (p. 42) créés par les accords d’Oslo et de Taba.
La question essentielle de la légitimité politique – celle de l’Autorité palestinienne dépendante d’Israël, et celle de la personne de S. Fayyad, plus appréciée par la communauté internationale que par ses concitoyens – n’est présente que de façon sous-jacente dans le livre, qui laisse le lecteur tirer ses propres conclusions. Mais comment oublier que, quelles que soient les qualités humaines ou managériales de S. Fayyad, il n’a obtenu que 2,3 % des voix en 2006, alors qu’il formait un ticket avec Hanan Ashrawi.
B. Barthe est à son meilleur lorsqu’il porte un diagnostic clinique de l’échec patent de la notion de paix économique et de la tentative de séparer le volet du développement de celui des questions de fond. Ses conclusions sont d’autant plus accablantes et percutantes que son ton demeure nuancé. Les dysfonctionnements institutionnels sont manifestes et le côté surréaliste toujours au rendez-vous, comme dans la description de ces douaniers dotés des équipements high-tech les plus sophistiqués, mais dénués des attributs les plus élémentaires de souveraineté qui leurs permettraient de faire leur travail. L’auteur décrit également la façon dont l’Autorité palestinienne vit sous perfusion économique permanente, grâce au soutien des donateurs étrangers, et signale que l’aide internationale est aussi un business juteux qui fait le bonheur des contractors privés. Certes, une élite a profité de la croissance (en réalité bien plus faible que claironné), mais au prix d’une dépolitisation croissante, de bulles et de déséquilibres structurels permanents. B. Barthe conclut en signalant le paradoxe qui a vu la montée en puissance de la métropole urbaine de Ramallah aller de pair avec la mort de l’embryon d’État palestinien.
Les autres notes de lecture
Éloge du compromis
Éloge du compromis est un titre séduisant par les temps qui courent....
L’ordre du monde
On repose le dernier livre d’Henry Kissinger avec deux sentiments contradictoires : l’admiration...
La fin de l’Europe ?
L’ouvrage arrive à point nommé pour reconsidérer les véritables raisons de la...
Le monde au défi
Hubert Védrine occupe dans le paysage intellectuel français une place à part....
Que veut Poutine ?
Ancien élève de l’ENA et du MGIMO (Institut d’État de relations internationales...
Hollande l’Africain
Journaliste à RFI et collaborateur de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Christophe Boisbouvier présente...
Le boycott
Appel au boycott des Jeux olympiques de Sotchi, de produits français (vin,...
La France au défi
« Réformisme radical », cette expression empruntée à Albert Camus pourrait résumer l’intention de...
Mali
La maison d’édition De Boeck a initié depuis 2013 une collection intitulée...
La dynastie rouge
La Corée du Nord effraie autant qu’elle fascine. Les clichés font florès...
Dear Leader
Dans un régime aussi fermé et mystérieux que celui de la Corée...
Justifier la guerre ?
Pierre Hassner, chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)...
Willy Brandt
Willy Brandt, premier chancelier allemand social-démocrate (1969- 1974), est connu pour deux...
Repenser l’économie.
Les lauréats du Prix du meilleur jeune économiste, décerné par Le Monde / Cercle...
Le bilan d’Obama.
Pariant sur l’intérêt que susciteront les élections du 6 novembre 2012, les...
Le roi prédateur
Les deux journalistes, Eric Laurent (auteur des mémoires d’Hassan II) et Catherine Graciet s’aventurent à...
Tripoliwood
Delphine Minoui, grand reporter spécialiste du Moyen-Orient lauréate du Prix Albert Londres,...
Pour l’humour du risque
Sommes-nous en sécurité ? Connaissons-nous les risques qui nous guettent ? Les politiques, lois...
Les Coréens
Agrégé d’histoire, ancien de l’ENA, actuellement directeur adjoint de l’Institut des sciences...
Vivre libre
Le 17 décembre 2010, Mohammed Bouazizi, jeune vendeur de fruits et légumes tunisien de vingt-huit...
Pour une Europe juste
En janvier 2011, Élisabeth Guigou présentait sa vision de l’Europe dans un nouvel...
Pour une gouvernance mondiale
 À l’occasion des Journées de l’économie, Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Échos, a interrogé cinq...
Guerres inutiles ?
 Depuis le début du siècle les armées occidentales sont de nouveau confrontées...
Réinventer l’Occident
Autrefois impérialiste et conquérant, l’Occident se sent aujourd’hui impuissant. En effet, dans...
Le monde selon Obama
Deux sentiments ont accompagné, en Europe, la victoire d’Obama. Le premier fut...
Known & Unknown : A Memoire
Donald Rumsfeld est probablement l’une des figures politiques américaines les plus controversées de...
La Revanche du Sud
Ce temps d'un « Occident qui écrit quand l'Orient, lui, est décrit » est...
Contrôler les armes
Avec cet ouvrage, Amnesty International réussit le tour de force d’expliquer le...
Chroniques du Darfour
Jérôme Tubiana publie aux éditions Glenat, en partenariat avec Amnesty International, ses...
Pour la prochaine gauche
En publiant Pour la prochaine gauche, Michel Wieviorka poursuivait un objectif affiché :...
Obama’s Wars
Depuis son rôle dans la révélation de l’affaire du Watergate, Bob Woodward...
Le Temps de l’Afrique
Jean-Michel Sévérino est une personnalité atypique. Tandis que ses camarades de promotion...
Mémoires
Il fallait bien 800 pages à Tony Blair, pour évoquer les dix années...
Atlas de l’agriculture
Ambitieux, l’Atlas de l’agriculture cherche, comme l’indique son sous-titre, à répondre à...
L’Afrique en face
Les journalistes français spécialisés sur l’Afrique se comptent sur les doigts d’une...
Le Mexique de A à Z
 Patrice Gouy publie un nouvel ouvrage consacré au Mexique, pays qu’il parcourt...
La fabrique de nos peurs
Épidémie, inondation, famine, déplacement de population, nucléaire, pollution etc., chaque semaine, les...
Iran, l’état de crise
Alors que de nouvelles sanctions à l’encontre l’Iran sont régulièrement évoquées dans...
Les Arabes et la Shoah
Gilbert Achcar, enseignant-chercheur à l’Université de Londres, publie chez Actes Sud Les...
Shanghai-Paris
Rompant avec une vision mythologique de la capitale de l’Orient du temps...
Le multiculturalisme
Maître de conférences à l’Université de Paris IV et président de l’...
Le retour des talibans
Depuis les attentats du 11-Septembre, et l’occupation de l’Afghanistan par les forces...
La guerre économique
Notion décriée, la guerre économique méritait bien qu’un ouvrage lui soit dédiée....
Demain la faim
 La fiction qui ouvre ce livre met en scène un conflit né...
Visages de la peur
 De plus en plus, la peur semble diriger les comportements individuels et...
Vivre autrement
 « Nous avons une chance historique. Inventer, sous la contrainte de la crise...
Nourrir les hommes
 D’ici à 2050, l’humanité va voir sa population croître de 3 milliards d’âmes supplémentaires....
La mondialisation
Ce petit manuel est un guide intéressant pour qui veut clarifier ses...
Achever Clausewitz
Achever Clausewitz, comme pour se débarrasser définitivement des thèses du général prussien...
Mitterrand l’Africain?
Les ouvrages sur François Mitterrand et l’Afrique sont nombreux (Attali, Bayart, Bourgi,...
L’Afrique humiliée
L’on connaît les cris de colère d’Aminata Traoré, ancienne ministre de la...
La Russie
Ayant consacré sa thèse d’Etat à l’étude de la région caucasienne, Pierre...